WTA
L'Ukrainienne Yastremska chute sur la dernière marche à Lyon contre Zhang Shuai

L'Ukrainienne Dayana Yastremska, 128e mondiale, n'a pas pu aller au bout de sa folle semaine au tournoi de Lyon, où elle a été battue dimanche 6 mars en finale par la Chinoise Zhang Shuai (64e) en trois manches 3-6, 6-3, 6-4.

>>Tennis : la Française Caroline Garcia passe difficilement le premier tour à Indian Wells

>>Tennis : Pliskova éliminée à Wuhan, Barty assurée de rester N°1

>>Tennis: Caroline Garcia qualifiée pour les demi-finales à Strasbourg

L'Ukrainienne Dayana Yastremska, après sa victoire en demi-finale face à la Roumaine Sorana Cirstea, le 5 mars au tournoi WTA de Lyon.
Photo : AFP/VNA/CVN

"J'ai joué pour moi-même et pour mon pays. J'avais beaucoup d'émotion et j'étais très fatiguée après avoir gagné des matches difficiles. J'aurais aimé avoir plus de fraîcheur pour la finale. Je n'ai pas évolué à mon meilleur niveau mais j'ai donné tout ce que j'ai pu. J'ai puisé énormément d'énergie dans le soutien du public", a livré Yastremska, peinant à retenir ses larmes au moment de la remise des récompenses, avec, toujours, son drapeau jaune et bleu ukrainien sur les épaules.

Zhang Shuai (33 ans), victorieuse de Caroline Garcia en demi-finale (6-2, 7-5), s'est avérée une adversaire trop solide et sans doute plus fraîche physiquement et mentalement. Elle avait notamment gagné par abandon (à 3-0 dans la première manche) contre la Russe Vitalia Diatchenko, vendredi 4 mars en quarts de finale. Elle n'a perdu qu'un set pendant tout le tournoi.

Pourtant, la jeune Ukrainienne de 21 ans, bénéficiaire d'une invitation, le 22 février, soit deux jours avant le début de l'opération russe en Ukraine, a pu y croire : elle avait gagné le premier set et menait 2-0 puis 4-2 dans le dernier avant de craquer, probablement autant de fatigue qu'au plan émotionnel.

"C'était une semaine difficile, très émouvante. Une journée difficile aussi, un match très dur. Je me suis battue pour l'Ukraine et je remercie les gens pour leur état d'esprit au pays où ils se battent", a insisté la joueuse, qui a conclu son discours d'un "Slava Ukraini" ("Gloire à l'Ukraine").

Elle a aussi annoncé, en conférence de presse, faire don de sa dotation, soit un peu plus de 14.500 euros, à une fondation humanitaire de son pays. Avec sa jeune soeur Ivanna (15 ans), elle avait quitté sa ville natale d'Odessa avant de laisser ses parents à la frontière roumaine. Et depuis, leur départ, elle n'a pas vraiment de nouvelles. C'est de Bucarest qu'elles ont rejoint la France et Lyon où elles sont arrivées le 26 février.

Dayana Yastremska, ex-21e mondiale avant d'être suspendue pour dopage et finalement blanchie, n'avait plus disputé de finale depuis janvier 2020. Son parcours lui permettra lundi 7 mars de se hisser aux portes du Top 100 (101e) et suscite aussi un véritable élan de sympathie autour de sa personne.

Ainsi, elle a obtenu une invitation pour disputer le tournoi d'India Wells aux États-Unis où elle ne pouvait plus participer aux qualifications. Selon son agent, elle devrait pouvoir jouer aussi à Miami par la suite avant la tournée européenne.


AFP/VNA/CVN

back to top