L'ONU satisfaite des négociations Poutine - Erdogan sur la prorogation de l'accord céréalier

Les Nations unies se félicitent de la rencontre entre les présidents russe et turc, Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan, pour discuter de la prorogation de l'accord céréalier qui expire le 19 novembre, a déclaré jeudi13 octobre lors d’une conférence de presse le porte-parole du chef de l'organisation mondiale, Stéphane Dujarric.

>> Le président turc et le chef de l'ONU discutent des exportations de céréales de l'Ukraine

>> Téhéran accueille Poutine et Erdogan pour discuter de la Syrie et de l'Ukraine

>> Président turc : la nécessité d'expédier céréales et engrais russes via le couloir céréalier

Le président turc Recep Tayyip Erdogan (gauche) serre la main à son homologue russe Vladimir Poutine lors d'un sommet régional à Téhéran, le 19 juillet.
Photo : AFP/VNA/CVN

"Nous nous félicitons des nouvelles sur les résultats de la rencontre entre Poutine et Erdogan qui ont examiné la prolongation de l'accord", a indiqué Stéphane Dujarric, porte-parole du secrétaire général des Nations unies. 

Il a ajouté que le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, avait contacté jeudi 13 octobre les autorités turques pour avoir des détails sur l’entretien.

L'accord sur les céréales a été évoqué lors de négociations à Astana entre les président russe et turc. Selon le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov, les deux dirigeants "ont constaté qu’une grande partie des céréales allait quand même en Europe, c'est-à-dire dans les pays riches. Et seulement une très petite partie était destinée aux pays pauvres." Il a fait remarquer que la Turquie et la Russie pourraient dresser la liste des pays les plus pauvres où les livraisons doivent être effectuées en premier lieu.

Le 22 juillet, une série de documents a été signée à Istanbul pour résoudre le problème des livraisons de vivres et d’engrais sur les marchés mondiaux. Grâce au mémorandum signé par la Russie et l'ONU, la communauté internationale s'est attelée à lever les sanctions antirusses qui empêchent ces exportations. Un autre document précise le mécanisme de sortie des céréales des ports de la mer Noire contrôlés par Kiev. Le Centre de coordination conjointe mis en place par la Russie, la Turquie, l'Ukraine et les Nations unies assure l’inspection des navires chargés de céréales afin d'empêcher la contrebande d'armes et d'exclure les provocations.

TASS/VNA/CVN

back to top