Les femmes de l’ethnie Tày perdurent le métier de tissage de brocart

Pour les femmes de l’ethnie minoritaire Tày au district de Van Bang, Lào Cai (Nord), le brocart est un produit artisanal indispensable dans la vie quotidienne, le métier de tissage est transmis de génération en génération.

>>Préserver le tissage de brocatelle des Bahnar

>>La brocatelle dans le Nord-Ouest suit aussi la mode

Les femmes de la commune de Làng Giàng, district de Van Ban, Lào Cai (Nord), souhaitent

L'artisan Hoàng Thi Quanh habitant de la commune de Làng Giàng, district de Van Ban, Lào Cai (Nord) installe des moulinets à filer, tandis que quelques femmes brodent des patrons pour faire des oreillers et filent du coton. Une atmosphère joyeuse rempli la maison traditionnelle sur pilotis des Tày au pied de la montagne de Gia Lan.

En tressant rapidement la corde, Mme Quanh dit qu’aujourd’hui, la jeune génération du district de Van Ban s'intéresse moins au tissage de brocart et à la fabrication de coussin en fleurs de roseaux, couvertures, oreillers..., nous nous demandont toujours comment conserver le métier traditionnel et le transmettre à nos enfants.

Par conséquent, bien qu'elle soit occupée par des activités du village, et du Cub Khap Nôm (un chant populaire), Mme Quanh passe encore du temps à broder des objets quotidiennement pour que ses enfants et petits-enfants puissent apprendre à le faire.

Tenant un étui à couteau en brocart de 3 bras de long, Mme Quanh explique qu’il semble simple, mais il faut une semaine pour le tisser. Les filles Tày font souvent cet objet pour l’offrir à leurs amants avec le message "Je te donne un étui pour que tu puisses aller à la montagne Gia Lan pour couper l'arbre vâu" (une sorte de bambou). Elle chante une chanson folklorique en langue Tày sur la gaine du couteau.

Une combinaison harmonieuse
de couleurs accrocheuses

De son côté, Mme Hoàng Thi Diêp, du village de Na Bay, commune de Làng Giàng déclare, au sujet de la dote de sa belle-fille. "La coutume de préparer la dote pour le mariage est encore conservé dans les villages des Tày situés près du ruisseau de Chan. La fille doit fabriquer des couvertures, des coussins, des oreillers et des coussins pour les offrir aux grands-parents, parents et frères et sœurs de la famille du mari. Chaque membre reçoit un ensemble. Cela représente le respect et la piété filiale de la fille envers la famille de son mari, ainsi que l'ingéniosité et la bienveillance de la mariée", a indiqué -t-elle.

Le tissage du brocart demande de la persévérance, des mains habiles ainsi que la créativité des artisans.

Pour Phung Thi Tuong, plus de 70 ans, présidente de la Coopérative de brocart du chef-lieu de Khanh Yên, la broderie et le tissage est depuis longtemps un plaisir de la vie. Elle souhaite conserver et transmettre ce métier traditionnel de sa terre natale aux générations future. "Tant que je serai en bonne santé, je ferai encore du brocart. C'est une indispensable partie de ma vie", a partagé Mme Tuong. Aujourd’hui, la coopérative de Mme Tuong fournit des produits aux clients de la province et des régions avoisinantes. Leurs produits aux couleurs uniques de la culture Tày embellissent les maisons des familles.

Le tissage du brocart demande de la persévérance, des mains habiles ainsi que la créativité des artisans. Les motifs sur les produits en brocart de l’ethnie Tày sont une combinaison harmonieuse de lignes fines et de couleurs accrocheuses. Les couleurs vives, sombres, chaudes et froides sont très habilement traitées sur le fond principal blanc laiteux, créant une identité unique difficile à confondre avec les motifs décoratifs des autres ethnies. Chaque produit a de nombreux motifs différents qui sont liés à leur travail et à leur vie quotidienne. Les artisans s’intéressent au mélange des couleurs pour tisser des fleurs de poirier, de prunier, de pêcher, d'abricotier ... et certaines espèces d'animaux de la forêt. Leurs sentiments, leurs rêves et leurs aspirations à la beauté sont contenus dans chaque objet.


Thao Nguyên/CVN