À Son La, les gardiens dévoués de la culture Thaï

La famille de Hoàng Thi Mai et Quàng Van Hac est très connue des habitants de la ville de Son La, chef-lieu de la province éponyme au Nord, pour son dévouement à la préservation de la culture des Thaï. Pour ce couple, la sauvegarde et la promotion du patrimoine culturel de son ethnie sont l’œuvre d’une vie.

>>Lo Thi Ban, la gardienne du folklore thaï

>>Les ambassadrices de la culture Thaï

Une séance d'enseignement de la danse des Thai de Hoàng Thi Mai. 
Photo : VOV/VNA/CVN

Chaque week-end ou pendant les vacances d’été, Hoàng Thi Mai, 75 ans, qui habite le village de Bo, à Son La, apprend à ses petits enfants à chanter des chants traditionnels Thaï.

Née dans le district d’Yên Châu, Hoàng Thi Mai a grandi avec les sons des khèn (orgue à bouche) et des pi (flûte en roseau) ainsi que les douces mélodies des chansons folkloriques Thaï. Quand elle avait 13 ans, elle a été recrutée dans la troupe des chanteurs et des danseurs de Son La. Depuis sa retraite en 1989 jusqu’à aujourd’hui, Hoàng Thi Mai enseigne les chants traditionnels et la danse Xoè aux habitants et aux jeunes de sa commune. Elle a créé une troupe artistique dans son village pour réunir celles et ceux désireux de préserver la culture traditionnelle Thai.

"Au départ, notre troupe ne comptait que six membres. En 2005, lorsque les touristes ont commencé à venir en grand nombre au village, j’ai décidé de former deux groupes artistiques de femmes et de jeunes. Aujourd’hui, les associations des femmes, des jeunes et des personnes âgées du village ont leurs propres groupes artistiques. Notre village compte actuellement cinq groupes artistiques. Je suis très heureuse à chaque fois que les villageois les appellent «les troupes de Mme Mai", a-t-elle dit.

Pour Hoàng Thi Mai, la culture et l’art constituent un moyen de nourrir les âmes, mais aussi de connecter les gens de son village.

"Les mouvements artistiques ont permis de préserver les identités culturelles de nos ancêtres, mais aussi de développer le tourisme local. De plus en plus de visiteurs se rendent dans notre village pour découvrir la culture des Thaï", a-t-elle partagé.

Si Hoàng Thi Mai est très connue pour son dévouement à la valorisation des chants et des danses traditionnels de son ethnie, son époux Quàng Van Hac a, quant à lui, créé des classes pour enseigner aux villageois l’écriture ancienne des Thaï. Aujourd’hui, ses classes réunissent une centaine d’élèves de tous âges, le plus jeune ayant 7 ans et le plus âgé de plus de 60 ans.

"Je prépare moi-même les plans de cours. Chaque cours dure trois mois, avec deux séances par semaine. À la fin de chaque cours, on fait le bilan pour récompenser les meilleurs élèves. J’envisage de créer davantage de classes de langue Thaï ancienne pour que les jeunes puissent parler et écrire leur langue traditionnelle", a-t-il fait savoir.

Tous les membres de la famille de Hoàng Thi Mai et Quàng Van Hac peuvent écrire et parler couramment le Thai et comprennent parfaitement les us et coutumes de leur ethnie. Lu Thi Huong, l’une de leurs petits enfants, a indiqué: "Je suis très fière de pouvoir non seulement parler, mais aussi maîtriser l’ancienne écriture Thaï. Je remercie mes grands-parents d’avoir appris aux jeunes comme moi des traits culturels typiques des Thai et nous perpétuerons notre culture traditionnelle".

Quàng Van Hac (debout) enseigne aux villageois l’écriture ancienne des Thaï
Photo : VOV/VNA/CVN

En 2009, Quàng Van Hac a créé la section d’encouragement aux études de la lignée familiale des Quàng du village Bo. À ce jour, plus de 60 membres de la lignée des Quàng sont diplômés de différentes écoles supérieures et d’universités de renom. Plusieurs d’entre eux occupent des fonctions importantes au sein des forces armées, comme nous indique Luong Van Dich, secrétaire du comité et Parti et chef du village Bo.

"Malgré leur âge, monsieur Quàng Van Hac et Hoàng Thi Mai sont très enthousiastes à l’idée de transmettre aux jeunes la quintessence culturelle de l’ethnie. C’est aussi grâce à eux que les villageois s’emploient activement à la promotion du patrimoine culturel traditionnel au service de développement du tourisme. À ce jour, le niveau de vie des villageois s’est nettement amélioré tant matériel que spirituel", a-t-il souligné.

En 2020, Quàng Van Hac a représenté la section d’encouragement aux études de la lignée familiale des Quàng du village Bo pour recevoir le satisfecit de l’Association d’encouragement aux études au Vietnam. En avril dernier, son épouse Hoàng Thi Mai a été invitée par le président de la République à la rencontre des patriarches, des chefs de village et des artisans illustres des minorités ethniques. C’est un grand honneur, mais aussi une importante source d’encouragement pour eux afin de persévérer dans leurs nobles missions.

"Je suis très fière d’avoir été invitée à cette rencontre avec les dirigeants du Parti et de l’État. Ils nous ont encouragés à être fiers de nos identités et à continuer de les valoriser", a partagé Hoàng Thi Mai.

"Tous les Thaï doivent apprendre à parler et à écrire leur langue traditionnelle. Ils doivent également sauvegarder et perpétuer les bonnes mœurs et coutumes de leur ethnie», a insisté Quàng Van Hac.

Tant qu’il y aura des personnes comme Hoàng Thi Mai et Quàng Van Hac, la culture traditionnelle Thaï aura encore de l’avenir.

VOV/VNA/CVN