Le président indonésien visite la ville meurtrie par la bousculade dans un stade

Le président indonésien Joko Widodo a annoncé mercredi 5 octobre qu'il allait demander un audit de tous les stades de football du pays et s'est engagé à trouver la cause "profonde" de la bousculade qui a fait 131 morts ce week-end.

>> Le président indonésien ordonne une enquête sur la bousculade meurtrière à Malang

>> Des enfants parmi les morts d'une bousculade meurtrière, des policiers sanctionnés

Le président indonésien Joko Widodo (en blanc) arrive à Malang après une bousculade meurtrière dans un stade, le 5 octobre.
Photo : AFP/VNA/CVN

Le chef de l'État indonésien s'est rendu dans la ville de Malang, située dans l'Est de l'île de Java, pour rencontrer les familles des victimes, se rendre au chevet des blessés et inspecter le stade où s'est produit l'un des pires drames de l'histoire du football ce week-end.

"Nous avons besoin d'améliorations dans toute la gestion, la gestion des spectateurs du stade, du temps, de la sécurité. Cela doit être entièrement audité pour qu'une telle tragédie ne se reproduise plus", a-t-il déclaré à des journalistes au stade de Kanjuruhan qui porte encore les traces de la tragédie.

Il avait indiqué plus tôt que l'audit concernera "tous les stades utilisés par la ligue" de football.

Le dirigeant indonésien a affirmé s'être entretenu la veille avec le président de la Fédération internationale de football (FIFA), Gianni Infantino, sur les moyens d'améliorer la manière de "gérer le football" en Indonésie.

La visite du président indonésien intervient dans un contexte de colère grandissante à l'encontre de la police accusée par des supporteurs d'avoir aggravé un mouvement de foule.

Le drame s'est produit quand des fans du club Arema FC sont descendus sur le terrain pour interpeller joueurs et dirigeants après leur défaite face à l'équipe rivale de Persebaya Surabaya.

La police a qualifié l'incident d'émeute et affirmé que deux policiers ont été tués. Des survivants du drame l'ont cependant accusée d'avoir réagi de manière excessive en envoyant du gaz lacrymogène dans les tribunes.

En réponse à cette tragédie, Joko Widodo a ordonné la suspension de tous les matchs, une indemnisation des victimes et une enquête sur le drame. Elle pourrait durer deux à trois semaines.

La police a indiqué que l'enquête se concentrait sur six portes du stade dont elle possède des images via des caméras placées à l'extérieur.

AFP/VNA/CVN

back to top