16/03/2021 08:30
Les produits agricoles vietnamiens ont du mal à trouver preneurs dans cette période où la pandémie de COVID-19 a freiné considérablement le commerce international. Il est alors temps que la chaîne agroalimentaire s’intègre et se développe en misant sur des produits transformés.
>>Au secours des agriculteurs
>>Créer de meilleurs débouchés
>>Start-up et innovation chez deux lycéens hanoïens

À cause de la pandémie de COVID-19, beaucoup de produits agricoles ont du mal à s’écouler sur le marché.
Photo : VNA/CVN

Les produits agricoles vietnamiens restent dans la très grande majorité des produits bruts qui rencontrent bien souvent des problèmes de débouchés. En conséquence, il y a beaucoup de pertes et les prix baissant, ils ne sont pas payés au juste prix.

Face à cette situation, de plus en plus d’agriculteurs se tournent vers des entreprises capables de transformer leurs produits comme ATK Viêt Nam.

Pour répondre au problème de débouché…

"Il y a de trop nombreux cas où les fruits et légumes étaient vendus à un prix très bas. Voir une bonne récolte, ne pas trouver preneur fait très mal au cœur. C’est pourquoi nous espérons changer la situation en liant davantage agriculture et transformation", explique Nguyên Thi Thu, directrice de la Compagnie de production et de commerce ATK Viêt Nam.

Sa société propose aujourd’hui plusieurs produits transformés comme de la poudre végétale, des vermicelles à base de légumes tubercules, des tisanes et du vinaigre de riz, qui sont tous bien appréciés par les clients.

Ces produits permettent d’utiliser les produits des paysans mais également d’améliorer la valeur pour que toute la chaîne soit gagnante. L’approvisionnement en produits bruts est ainsi important et l’entreprise coopère avec de nombreuses localités pour assurer une production régulière de produits.

Le gouvernement encourage les entreprises domestiques à investir dans l’agroalimentaire pour mieux exporter leurs produits.
Photo : VNA/CVN

Le cas de la compagnie ATK n’est plus isolé aujourd’hui. Beaucoup d’entreprises ont dû changer leurs modes de production pour s’adapter aux nouvelles exigences du marché en raison de la pandémie de COVID-19.

Le "roi des baguettes" vietnamiennes, Kao Siêu Luc, et la société agroalimentaire saïgonnaise Duy Anh ont par exemple créé des baguettes, des galettes et des vermicelles à base de fruits du dragon et de pastèques. Ces nouveaux produits alimentaires aussi délicieux qu’originaux ont immédiatement séduit les consommateurs.

"Avant l’épidémie, nous n’exportions que des produits alimentaires à base de riz. Le fait d’ajouter des fruits dans nos ingrédients de base nous a permis de créer des produits uniques. Notre clientèle est ravie", partage Lê Duy Toan, directeur de la société agroalimentaire Duy Anh.

Implantée dans la province de Dông Nai (Sud), la coopérative agricole Xuân Dinh exportait essentiellement des durians et des ramboutans. Pour compenser les impacts négatifs de la crise sur leurs exportations, l’entreprise a décidé d’introduire sur le marché national des glaces au durian et de vendre des ramboutans en conserve, explique sa directrice Dang Thi Thuy Nga.

Les légumes et les fruits étant des denrées périssables rapidement, leur conservation est une problématique majeure des entreprises. Transformation et diversification sont ainsi les deux mots d’ordre pour développer et moderniser le secteur agricole et l’intégrer davantage à la chaîne agroalimentaire. Cela permettra assurément d’améliorer égale-ment les exportations.

… et pour exporter davantage

Le Vietnam a l'ambition de faire de l'agroalimentaire l'un des dix premiers mondiaux d'ici 2030.
Photo : VNA/CVN

Dang Phuc Nguyên, secrétaire général de l’Association des producteurs de fruits et légumes du Vietnam, considère la transformation comme la "bouée de sauvetage" des produits agricoles. Il encourage ainsi les entreprises domestiques à investir dans l’agroalimentaire pour mieux exporter leurs produits. 

Nguyên Hông Son, directeur de l’Institut des sciences agricoles du Vietnam, partage ce point de vue : "Le gouvernement favorise l’agroalimentaire. Les entreprises doivent moderniser leur chaîne de production et investir dans des entrepôts pour stocker leurs produits pendant les périodes de surproduction. Aujourd’hui par exemple, alors que la demande de boissons à base de fruits est élevée, peu d’entreprises vietnamiennes se sont encore lancées dans ce créneau".

Le gouvernement fait des technologies de transformation des produits agricoles une grande priorité. L’objectif affiché est de faire de l’agriculture vietnamienne l’une des 15 plus développées à l’horizon 2030 et de faire de l’agroalimentaire l’un des dix premiers mondiaux. C’est ce qu’indique une directive gouvernementale signée l’année dernière par le Premier ministre Nguyên Xuân Phuc précisant les mesures pour développer l’industrie nationale de transformation des produits agroforestiers et aquatiques ainsi que mécaniser la production agricole.

Dans cette perspective, les deux ministères concernés, celui de l’Agriculture et du Développement rural ainsi que celui des Sciences et Technologies, doivent travailler de concert. Le premier doit élaborer un plan de mécanisation ambitieux et le second donner la priorité au développement des technologies applicables à la transformation et à la conservation des produits agricoles.

Le ministère du Plan et de l’Investissement, quant à lui, doit équilibrer et allouer les fonds nécessaires pour la mise en œuvre des projets de développement
de l’agroalimentaire.
 
Phuong Nga/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Bac Hà, une destination au fort potentiel

Des bulles touristiques dans le Sud Vietnam L’épidémie de COVID-19 étant désormais sous contrôle, le tourisme revit à Hô Chi Minh-Ville. Après des circuits fermés vers Cu Chi et Cân Gio, en banlieue de la ville, c’est maintenant toute la région du Sud qui se rouvre aux touristes saigonnais.