France
La Journée des migrants célébrée au Musée national de l’histoire de l’immigration

En 2022, rappelons les jalons historiques concernant les migrants d’ici et là-bas.

>> L’Italie accueille trois navires de secours aux migrants, mais nie toute «volte-face»

>> Le naufrage d'un bateau de migrants dans la Manche fait au moins trois morts

>> Le chef de l'ONU appelle à la protection des migrants

Dessins issus des archives du Musée de la Porte Dorée.

La Journée internationale des migrants, proclamée par l'Organisation des Nations unies le 4 décembre 2000 et commémorant l'adoption de la Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille du 18 décembre 1990, est célébrée tous les 18 décembre de chaque année dans les États membres de l'ONU afin de dissiper les préjugés sur les migrants et de sensibiliser l’opinion à leurs contributions dans les domaines économique, culturel et social, au profit tant de leur pays d’origine que de leur pays de destination.

Le nombre estimé de migrants internationaux a augmenté au cours des cinq dernières décennies. Actuellement, environ 281 millions de personnes vivent dans un pays autre que leur pays de naissance, indique le Rapport sur l’état de la migration dans le monde 2022.

En France, et en particulier, au Musée national de l’immigration, dimanche 18 décembre s’est tenu un débat au travers de rencontres plurielles pour lutter contre les préjugés et pour sensibiliser l’opinion à la contribution des migrations dans les domaines économique, culturel et social, au profit des pays d’origine et de destination.

L’ensemble du mouvement associatif est mobilisé sur la question des migrations en France, que ce soit dans l’accueil et l’accompagnement des migrants, que dans leur mission de plaidoyer visant à interpeller, sensibiliser et aiguiller les pouvoirs publics. À cet effet, une rencontre-débat réunissant artistes et activistes est programmée au musée, dimanche 18 décembre, sur le thème : Mêmes causes, mêmes combats ? Vers un plaidoyer commun ?

Des réfugiés ukrainiens à la gare de Bucarest, en Roumanie, le 7 mars. 
Photo : Xinhua/VNA/CVN

Les associations ont recours de plus en plus souvent au monde artistique pour relayer et porter leurs sujets, leurs actions et leurs combats dans le champ des migrations et de l’immigration. Un autre volet de la programmation est consacré au cinéma avec la projection du film Rajaa, de Marielle Duclos. C’est l’histoire d’un groupe d’hommes venus en France, séparés de leurs enfants restés au pays, ils cohabitent dans un foyer de travailleurs migrants.

Un jeune musicien vient s’y installer et leur propose de chanter des "berceuses". Des chants entrent en résonance avec leurs témoignages sur la complexité d’une paternité à distance et dévoilent un peu de leur culture, de leur personnalité, de leur sensibilité. Chacun renoue avec ses émotions et des souvenirs enfouis (1).

Perspectives

Tous les ans, des millions de personnes dans le monde doivent fuir leur pays à cause de la pauvreté, des conflits politiques et militaires, des maladies et des catastrophes naturelles. À l'occasion de la Journée internationale des migrants du 18 décembre, la secrétaire générale du Conseil de l'Europe, Marija Pejčinović Burić, a annoncé la nomination de Leyla Kayacik en tant que nouvelle Représentante spéciale sur les migrations et les réfugiés. Les migrants ici et là-bas ont droit à un avenir meilleur. Il est de notre responsabilité collective de créer un monde plus sûr et plus humain pour eux.

Nguyên Dac Nhu-Mai : Apfsv/CVN

(1) Le Musée national de l’immigration célèbre cet événement avec des activités thématiques et artistiques. Plus sur https://www.lecourrierdelatlas.com/dimanche-18-decembre-journee-internationale-des-migrants/

back to top