09/08/2020 12:15
La fête du "soufflage d’oreille" est le premier rituel de la vie des Bahnar. Elle est organisée afin de bénir et de nommer un nouveau-né, remercier les esprits et prier pour la bonne santé de l’enfant. Ce dernier deviendra ainsi une bonne personne pour sa famille et sa communauté.
>>Fête des éléphants au Tây Nguyên
>>Phá bàu, une fête originale des S’tiêng à Binh Phuoc
>>Fête de la bonne santé des Ê dê

Les Bahnar organisent cette fête à des dates variables selon les familles. Habituellement, elle a lieu deux ou trois jours après la naissance du bébé. Cependant, la fête peut se dérouler une semaine après la naissance ou lorsque le cordon ombilical tombe, généralement huit à dix jours après la naissance. Si les conditions économiques sont difficiles, la famille pourra attendre jusqu’à ce que le bébé rampe ou même marche.

Les offrandes de la cérémonie comprennent souvent le sacrifice de poulets (des coqs pour les garçons et des poules pour les filles), du fil, du riz et du ruou cân (alcool de riz que l’on sirote à l’aide d’une tige de bambou).

Durant la cérémonie, la sage-femme et le chaman bénissent, prient pour la bonne fortune et rendent un culte aux ancêtres... Le chaman frotte doucement la tête, la poitrine, le dos et les membres de l’enfant avant de lui souffler à l’oreille. La sage-femme exécute le rituel en perçant l’oreille de l’enfant. Le chaman invite ensuite la sage-femme à boire le ruou cân. Enfin, les parents et les voisins du bébé boivent et chantent tous ensemble. Grâce à cela, l’enfant a la garantie d’une vie prospère et en bonne santé, et a toutes les chances de devenir une bonne personne.
 
Texte et photos : Hoàng Hai/DTMN/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le homestay à Bac Hà, un potentiel à révéler

Une campagne de communication pour stimuler le tourisme Une campagne de communication sur le thème "Bonjour Hô Chi Minh-Ville" se déroulera d’octobre à fin janvier pour promouvoir l’image d’une Hô Chi Minh-Ville sûre et conviviale et stimuler la demande touristique intérieure.