09/08/2020 08:52
Nous, jeunes passionnés de langue française, avons fait du bénévolat au village de Ta Phin, à Sa Pa, dans la province montagneuse de Lào Cai, au Nord.
>>Présenter la culture vietnamienne au monde via des jeux de société
>>Les coutumes du Nouvel An enrichissent la culture vietnamienne

Enfants des montagnes à Sa Pa, province de Lào Cai (Nord).
Photo : Nhât Minh/CVN

Sa Pa est connue pour être l’une des destinations touristiques les plus appréciées du Vietnam. Privilégiée par Mère nature, elle possède des montagnes majestueuses, des paysages magnifiques et des caractéristiques culturelles uniques. Chaque hiver, nous voyons la neige tomber sur cette terre montagneuse, mais derrière les clichés, sommes-nous curieux de connaître la vie des habitants ? Les conditions de vie des populations montagnardes contrastent nettement avec l’image idyllique destinée aux touristes.

Le climat rigoureux et le manque d’équipement rendent difficile l’accès aux études pour les enfants de la région. Nous avons donc décidé de consacrer nos efforts à leur bien-être, afin qu’ils aient un Têt plus heureux cette année.

C’est ainsi que nous avons fait du bénévolat pour la première fois. La langue française a été le déclencheur de cette initiative. Vous, jeunes étudiants en français de l’Université de langues et études internationales, de l’Institut polytechnique de Hanoï, de l’École supérieure de génie civil et de l’École normale supérieure, vous souvenez-vous de cet hiver-là ?

Nous passions nos soirées à vendre des sandwichs aux résidents des cités universitaires afin de collecter les dons pour les enfants de la montagne. Toquer à toutes les portes était vraiment étrange car nous dérangions les étudiants. Mais nous voulions rassembler le plus de soutien possible pour les enfants et, pleins d’énergie, nous avons dédié nos soirées à faire du porte-à-porte. Une fois les caisses remplies et nos pieds fatigués, ô combien étions-nous heureux du résultat de nos efforts.

Quel bonheur! Nous avons aussi organisé de grandes collectes de vêtements. Je me souviens d’une famille très enthousiaste qui nous a donné beaucoup d’habits. Ce jour-là, nous avons dû utiliser trois motos pour transporter leur don jusqu’au lieu de collecte. Tout s’est déroulé avec succès et nous avons atteint le but que nous nous étions fixé: nous étions fin prêts à apporter aux enfants la chaleur des cœurs enthousiastes des étudiants francophones.

Le jour est finalement arrivé où les voitures ont convoyé tout cet amour provenant de Hanoï jusqu’à Ta Phin. Après quatre heures de route, nous avons commencé à ressentir le froid glaçant des montagnes de Sapa. Ah, nous étions enfin arrivés…

Un jour mémorable

Nous avons confectionné les banh chung pour le Têt. Ce Nouvel An lunaire aura peut-être été spécial pour ces enfants qui préparaient les fameux gâteaux de riz carrés pour la première fois. Nous l’espérons. En tout cas, ils étaient tous très heureux et voulaient faire les gâteaux pour les rapporter à leur famille. Le bonheur pétillait dans leurs yeux naïfs alors qu’ils nous observaient attentivement réaliser la recette. Puis, les petites mains encore tremblantes de froid ont commencé à plier soigneusement chaque feuille de canna. Ils ont ensuite versé doucement le riz dans les moules, puis les haricots et la viande. Finalement, ils ont emballé le gâteau avec précaution. La curiosité d’un enfant le motive à faire des choses extraordinaires.

C’est la première fois que ces enfants faisaient des "bánh chung". 
Photo : Nhât Minh/CVN

Ce jour-là était d’autant plus spécial que c’était la finale historique de la Coupe d’Asie opposant le Vietnam et l’Ouzbékistan. Jeunes et plus vieux étaient tous rassemblés devant l’écran de l’école sur lequel s’affichaient les images du match diffusées à partir du vieux projecteur. Dans ce petit coin de région montagneuse, ceux qui ne se connaissaient pas se sont réunis et les cœurs ont battu à l’unisson, rythmés par la couleur du drapeau et la fierté nationale. Les applaudissements ont retenti dans tout Sapa lorsque le Vietnam a marqué son premier but.

Deux de mes amis m’ont dit : "Si le Vietnam gagne, nous ferons dix tours du terrain de foot en brandissant le drapeau". Malheureusement, l’équipe nationale n’a pas obtenu la victoire. Cela a peut-être été notre seule note de tristesse ce jour-là. Au même moment, malgré la défaite, Hanoï, la capitale, était secouée d’une énorme "explosion de joie", vous souvenez-vous, habitants de la capitale ?

Le soir, tandis que le feu de camps réchauffait les mains entrelacées, l’enthousiasmedes jeunes semblait également dissiper le froid glacial. Et jusqu’au bout de la nuit, nous avons célébré la jeunesse et la solidarité en dansant autour du feu. Nous étions tous rassemblés autour d’une cause commune, qui faisait tellement sens. "Peu importe la destination, l’important est de savoir qui vous accompagne". Le lendemain, nous avons rendu visite aux familles des enfants les plus pauvres de l’école. Nous leur avons donné des banh chung, des biscuits et avons parlé de la vie.

Le chemin pour aller à l’école était difficile. Nous avons gravi de nombreuses collines, emprunté de nombreux sentiers et sommes finalement arrivés au village. Nous avons trouvé, à notre grand étonnement, des maisons vétustes et humides. Mais les conditions de vie misérables ne pouvaient empêcher la forte aspiration d’apprentissage de ces enfants démunis.

Beaucoup disent que les bénévoles doivent accomplir de "grandes choses". Mais, même si nous n’avons aidé les enfants là-bas qu’avec de petits gestes, les volontaires ont tous agi avec leur cœur. Commencez avec de petites choses, vous vous rendrez compte qu’elles ont plus d’importance qu’il n’y paraît! Les activités de bénévolat pour le bien de la communauté attirent de plus en plus de jeunes et c’est un bon signe pour nous tous. Je souhaiterais faire un appel: joignons nos forces pour venir en aide aux plus démunis! Ainsi, nous pourrons préserver et promouvoir ensemble les belles traditions de nos ancêtres ainsi exprimées : "Les bonnes feuilles protègent les feuilles déchirées".
 
Hông Thanh/CVN
(Finalistes du Concours "Jeunes Reporters Francophones - Vietnam 2019")



 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le homestay à Bac Hà, un potentiel à révéler

Une campagne de communication pour stimuler le tourisme Une campagne de communication sur le thème "Bonjour Hô Chi Minh-Ville" se déroulera d’octobre à fin janvier pour promouvoir l’image d’une Hô Chi Minh-Ville sûre et conviviale et stimuler la demande touristique intérieure.