La coordinatrice de l’ONU au Burkina Faso déclarée persona non grata

Les autorités du Burkina Faso ont déclaré vendredi 23 décembre la coordinatrice de l’ONU Barbara Manzi persona non grata, a fait savoir le même jour le ministère burkinabè des Affaires étrangères.

>> Le chef de l'ONU exprime son inquiétude vis-à-vis de la situation au Burkina Faso

>> Le Conseil de sécurité de l'ONU préoccupé par le dernier coup d'État au Burkina Faso

>> Le Programme alimentaire mondial s'engage à apporter une aide humanitaire au Burkina Faso

Un véhicule blindé des Nations unies, dans les rues de Ouagadougou, le 3 octobre au lendemain du putsch contre Damiba.
Photo : AFP/VNA/CVN

"Manzi doit quitter le territoire du Burkina Faso le 23 décembre", indique le communiqué publié sur le site Burkina 24.

Commentant le renvoi de la coordinatrice de l’ONU, la chef de la diplomatie burkinabè, Olivia Ragnaghnewendé Rouamba, a considéré les propos récents de Manzi sur le chaos, causé par des groupes terroristes dans lequel s’enlise le pays, comme dénigrant le Burkina Faso et dissuadant d’éventuels investisseurs.

Barbara Manzi a été désignée par le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres au poste de coordinatrice de l’ONU au Burkina Faso en août 2021. Elle a également assumé les fonctions de représentant de l’ONU pour les questions humanitaires. Mme Manzi a une longue expérience de travail dans différentes structures de l’ONU.

Les autorités burkinabè ont également renvoyé jeudi 22 décembre deux Français soupçonnés d’activité d’espionnage.

Début décembre, les autorités du Burkina Faso ont suspendu les activités de Radio France internationale (RFI) dans le pays jusqu'à nouvel ordre. Selon le communiqué signé par le ministre de la Communication, de la Culture, des Arts et du Tourisme et porte-parole du gouvernement, RFI a favorisé l’activité des "groupes terroristes en vue de dissuader les milliers de Burkinabè mobilisés pour la défense de la patrie" par ses messages "intimidant" la population.

Le Burkina Faso est devenu ces dernières années l'épicentre d’activités terroristes de groupes islamistes en Afrique de l'Ouest. Deux groupes terroristes opèrent dans l'est et le nord-est du pays: l'État islamique dans le Grand Sahara (structure de l’État islamique*) et le groupe djihadiste Ansar al-Islam.

TASS/VNA/CVN

back to top