Le Conseil de sécurité de l'ONU préoccupé par le dernier coup d'État au Burkina Faso

Le Conseil de sécurité de l'ONU s'est dit vendredi 7 octobre "gravement préoccupé" par le coup d'État du 30 septembre au Burkina Faso qui a renversé Paul-Henri Sandaogo Damiba, notamment par les graves défis en matière de sécurité régionale dans la région du Sahel au Burkina Faso.

>> Deuxième coup d'État en huit mois, le chef du gouvernement démis de ses fonctions

>> Le chef de l'ONU exprime son inquiétude vis-à-vis de la situation au Burkina Faso

>> Damiba démissionne après deux jours de tensions

Une séance du Conseil de sécurité de l'ONU. 
Photo : VNA/CVN 

Ce deuxième coup d'État au Burkina Faso en l'espace de huit mois est regrettable et compromet la stabilité, ont déploré les membres du conseil dans un communiqué, appelant les parties prenantes dans ce pays d'Afrique de l'Ouest à résoudre leurs différends via dialogue.

Lors du premier coup d'État du 24 janvier, le président Roch Marc Christian Kaboré avait été renversé, Paul-Henri Sandaogo Damiba prêtant serment le 16 février suivant.

Le Conseil de sécurité a salué l'appel de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) à une fin de la violence et des pillages de toutes sortes, soulignant le besoin urgent de la restauration de l'ordre constitutionnel dans le pays. Ils ont exprimé leur soutien aux efforts de médiation régionaux et continentaux.

Le Conseil a aussi salué la déclaration de l'Union africaine (UA) qui a réaffirmé son opposition à toute prise ou maintien du pouvoir par des moyens anticonstitutionnels au Burkina Faso, exigeant le respect scrupuleux du calendrier d'un retour rapide à l'ordre constitutionnel.

Les membres du Conseil ont en outre regretté que l'instabilité politique et sécuritaire et la situation socio-économique et humanitaire désastreuse au Burkina Faso offrent une opportunité aux groupes terroristes de faire des ravages dans ce pays. Ils ont encouragé davantage de soutien international pour aider à faire face à la situation dans le pays.

Ils ont également salué les conseils de la Commission de consolidation de la paix des Nations unies concernant le soutien aux efforts de consolidation de la paix au Burkina Faso, y compris l'engagement et la coordination de la commission avec les partenaires régionaux et internationaux du Burkina Faso pour relever efficacement les défis de consolidation de la paix et de transition du pays.

Xinhua/VNA/CVN 

back to top