SNCF
France : la direction propose des "mesures complémentaires" pour éviter une grève au Nouvel An

La direction de la SNCF a proposé jeudi soir 22 décembre des "mesures complémentaires" pour les contrôleurs afin d'éviter que leur grève, qui va perturber le weekend de Noël, ne se prolonge au Nouvel An.

>> Retour progressif à la normale après le week-end de grève des contrôleurs SNCF

>> Menaces sur les fêtes de fin d'année, semaine de négociations à haut risque à la SNCF

>> La SNCF va rembourser 200% des billets annulés à cause de la grève

Un train à la gare de Matabiau, lors d'une grève des contrôleurs de la SNCF, le 2 décembre à Toulouse.
Photo : AFP/VNA/CVN

Les syndicats ont jusqu'à vendredi 23 décembre 12h00 pour se prononcer sur ce nouvel accord qui propose "des mesures complémentaires fortes en faveur de la reconnaissance du métier de chef de bord, de la création de postes, et de la progression de leurs carrières", a indiqué la SNCF dans un communiqué.

La direction du groupe public avait réuni jeudi soir 22 décembre par visioconférence les syndicats représentatifs, alors que près de la moitié des contrôleurs seront en grève ce week-end, provoquant l'annulation de nombreux trains destination Noël. Le gouvernement a mis la pression jeudi sur la direction de la SNCF pour trouver une solution.

Cette grève est cependant atypique : elle est menée par un collectif informel de chefs de bord organisé sur Facebook et rejetant toute appartenance syndicale. Le mouvement est rendu possible par des préavis déposés par les fédérations CGT-Cheminots et SUD-Rail, qui n'appellent cependant pas à la grève.

Les nouvelles propositions de la direction comprennent notamment la création d'une "ligne métier ASCT" (chef de bord), qui réunit tous les contrôleurs sous la même casquette, a indiqué une source syndicale. 160 emplois supplémentaires devraient être créés dès 2023, et 40 emplois de plus "dans les trains sensibles". La prime spécifique des contrôleurs passerait par ailleurs de 600 à 720 euros bruts annuels.

Remboursement à 200%

Près de la moitié des contrôleurs se sont déclarés en grève ce week-end, provoquant l'annulation d'un train sur trois vendredi 23 décembre, et de deux trains sur cinq samedi et dimanche, surtout des TGV. Certains axes seront plus touchés que d'autres comme l'axe Atlantique ou l'axe Nord, avec seulement un TGV sur deux.

Un quai désert de la gare Lyon-Part-Dieu lors d'une grève à la SNCF, le 7 décembre.
Photo : AFP/VNA/CVN

A situation exceptionnelle, mesure exceptionnelle : les clients de la SNCF ont commencé à recevoir des courriels leur proposant un remboursement à 200% en bons d'achat, qu'ils aient pu voyager ou non. Avec les annulations de certains voyageurs, quelques places étaient encore disponibles jeudi soir sur les principaux trajets. Mais les trains supprimés ou complets ont poussé de nombreux d'entre eux à se tourner vers les autocars ou le covoiturage.

Flixbus dit qu'il transporterait 115.000 passagers de vendredi à lundi, 10 à 15% de plus qu'en 2019. Et BlaBlaCar Bus dit doubler certaines rotations pour jeudi et vendredi, entre Paris et plusieurs villes dont Nantes, Lyon ou Rennes. Bison Futé a prévenu que la journée de vendredi risquait d'être compliquée sur la route en Île-de-France, conseillant de quitter la région avant 10h, avec un pic de bouchons attendu entre 15h00 et 18h00. D'autres voyageurs ont adapté leurs jours de trajet en train.

"J'ai décidé de partir un jour avant, en posant un congé, et de décaler aussi mon retour, en faisant du télétravail", explique Xavier, qui rejoint Bayonne depuis Paris. Air France, touchée aussi par un appel à la grève de deux syndicats d'hôtesses et stewards jusqu'au 2 janvier, a pour sa part indiqué qu'elle assurerait tous ses vols vendredi et samedi.

"On a tout donné pour éviter la grève", avait souligné le PDG de la SNCF Jean-Pierre Farandou jeudi matin 22 décembre, insistant sur les négociations annuelles obligatoires qui ont entériné début décembre une revalorisation salariale moyenne de près de 6% en 2023 pour les cheminots, d'après lui.

"Et pour les chefs de bord TGV, on a même ajouté 1,5 point de plus", avait-il souligné. "On a mis de l'emploi, on a donné la garantie qu'il y ait deux chefs de bord par TGV et on a pris des engagements de déroulement de carrière".

AFP/VNA/CVN



back to top