06/12/2020 16:24
Après un premier match poussif remporté sur le fil contre le Monténégro (24-23), les handballeuses françaises devront passer à la vitesse supérieure, dimanche 6 décembre (18h15) à Herning (Danemark), contre la Slovénie pour leur deuxième match du 1er tour de l'Euro-2020.
>>Hand : Nantes retrouve la Ligue des champions avec un succès à Celje
>>La FIFA va imposer un congé maternité pour les footballeuses
>>Hand : Nantes chute lourdement à Aalborg en Ligue des champions

La Française Aïssatou Kouyaté à la lutte avec la joueuse du Montenegro Djurdjina Jaukovic lors du 1er tour de l'Euro-2020 de handball le 4 décembre 2020 à Herning, au Danemark. Photo : AFP/VNA/CVN

Une victoire leur assurerait une place au tour principal avec un capital de départ d'au moins deux points, et une finale de groupe contre le Danemark à jouer mardi 8 décembre (20h30), pour aborder la suite de la compétition avec le maximum de confiance.

"On s'attend à une rencontre difficile, parce que c'est une équipe à fort potentiel, ça joue bien et c'est un excellent coach", a estimé le sélectionneur Olivier Krumbholz samedi 6 décembre en conférence de presse, louant le travail de son homologue Uros Bregar, tant avec l'équipe nationale qu'avec Ljubljana en club.

"C'est une équipe qui a de très gros points forts mais également des lacunes sur certains postes. À nous de jouer intelligemment en défense. Certains secteurs du terrain ne sont pas utilisés à fond", a-t-il ajouté.

"J'espère que l'on a fait le plus difficile dans la gestion de ces matches pièges. Que tout le monde va se libérer", a souhaité le sélectionneur, en référence au match compliqué contre le Monténégro vendredi 4 décembre.

Face à la Slovénie, la base arrière sera particulièrement scrutée, après être passée à côté de son match contre le Monténégro, notamment sur les tirs de loin (3 sur 17 à 9 mètres). La Bisontine Aïssatou Kouyaté, entrée en jeu dans les dix dernières minutes pour son premier tournoi international avec les Bleues, a été l'éclaircie de la rencontre en la faisant basculer à elle seule.

Emmenées par l'arrière droite Ana Gros, qui fait les beaux jours de Brest dans le championnat de France et en Ligue des champions, la Slovénie se trouve au pied du mur après sa défaite contre le Danemark vendredi (30-23).

"C'est une fille qui s'investit à 100% dans ce qu'elle fait. Elle n'a pas peur de prendre ses responsabilités. On sait que c'est une joueuse cadre. Elle va encore plus se donner, parce qu'il y a une chance de voir le tour principal pour la Slovénie", se méfie l'ailière droite de l'équipe de France Pauline Coatanéa, à propos de sa coéquipière de Brest.

La Slovénie avait surpris la France pour son premier match au Mondial-2017 en Allemagne. L'équipe de la petite république de l'ex-Yougoslavie s'est renforcée avec l'arrivée d'Elizabeth Omoregie, née à Athènes d'un père Nigérian et d'une mère bulgare, naturalisée slovène fin 2017 et qui fait ses débuts avec la sélection.

Avec l'arrière gauche de Metz Tjasa Stanko et le retour en sélection de l'arrière droite Barbara Lazovic, les Slovènes peuvent viser une qualification pour le tour principal, ce qu'elles n'ont plus réussi en Championnat d'Europe depuis 2012 (12e place).

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
La collection unique de statues de buffles du peintre-artisan Nguyên Tân Phat

Vung Viêng, un paisible village de pêcheurs à Quang Ninh Les touristes pourront trouver un havre de paix au cœur de la baie de Bai Tu Long, province de Quang Ninh (Nord). Il s’agit du village flottant de pêcheurs de Vung Viêng, qui a conservé sa simplicité et sa tranquillité.