29/02/2020 23:16
Le président américain Donald Trump, en pleine campagne électorale, a de nouveau réclamé à la Banque centrale américaine une baisse des taux pour permettre à l'économie américaine de faire face aux effets du nouveau coronavirus, alors que l'institution se prête à intervenir si nécessaire.
>>La Bourse de Paris passe sous les 5.500 points (-3,32%)
>>Le coronavirus pourrait avoir un impact négatif sur la croissance

Le président américain Donald Trump parle aux medias dans les jardins de la Maison Blanche à Washington D.C. le 28 février. Photo : AFP/VNA/CVN

"Regardez les autres pays, ils remplissent tous les caisses (...). Et notre Fed reste assise là, ne fait pas ce qu'elle devrait faire", a accusé vendredi 28 février Donald Trump, coutumier des attaques contre la Fed et son président Jerome Powell.

La Fed "a fait beaucoup d'erreurs, mais j'espère (qu'elle) va intervenir bientôt", a encore dit vendredi 28 février le président américain à des journalistes dans les jardins de la Maison Blanche.

Donald Trump, qui espère être réélu pour un second mandat à la Maison Blanche, avait admis mercredi 26 février que l'épidémie empêcherait sans doute la croissance américaine d'atteindre 3% en 2020, ce qui est pourtant l'un de ses principaux arguments.

Il réclame depuis des mois une nouvelle baisse des taux à la Fed, qui a entamé une pause après trois tours de vis successifs, laissant ses taux entre 1,50 et 1,75% après trois baisses.

L'épidémie galopante du COVID-19 aura peut-être finalement raison de l'attentisme de la Fed, alors que la panique a même gagné les places boursières. Wall Street a connu sa pire semaine depuis la crise financière de 2008.

Sur fond d'appels pressants à baisser les taux d'intérêt, Jerome Powell a même publié un rare communiqué de presse vendredi 28 février, dans lequel il juge que "les fondamentaux de l'économie américaine restent solides", bien que "le coronavirus pose un risque croissant pour l'activité économique".

"La Réserve fédérale suit avec attention les développements et leurs conséquences pour les perspectives économiques. Nous utiliserons nos outils et agirons en conséquence pour soutenir l'économie", a-t-il encore indiqué, sans donner d'autre détail.

Et tous les marchés parient désormais sur une baisse des taux lors de la prochaine réunion de la Fed les 17 et 18 mars, là où quelques jours auparavant ils n'en voyaient aucune à l'horizon.

"L'agonie des marchés appelle à un soutien urgent de la Fed", estiment vendredi 28 février les économistes d'Oxford Economics, qui tablent sur deux baisses des taux cette année, en mars et avril.

Soutenir la consommation

"La Fed a une marge de manoeuvre", les taux d'intérêt étant plus élevés aux États-Unis qu'en Europe, estime l'ancienne présidente de la Fed Janet Yellen.

"Ça ne va pas tout régler mais cela soutiendra un peu les dépenses des consommateurs, l'économie américaine et les marchés financiers", a-t-elle indiqué mercredi 26 février dans le Michigan, n'écartant pas un risque de récession après 11 ans de croissance.

"La Réserve fédérale devrait inciter les Banques centrales mondiales à agir immédiatement", affirmait même Kevin Warsh, un ancien gouverneur de la Fed, dans le Wall Street Journal mercredi 26 février, appelant à réduire ses taux.

Dans l'immédiat, le gouverneur de la Banque d'Angleterre, Mark Carney, a prévenu que la croissance mondiale et celle du Royaume-Uni devraient ralentir, tandis que la présidente de la Banque centrale européenne (BCE) Christine Lagarde a dit qu'elle surveillait "très attentivement" les répercussions de l'épidémie mais ne constatait pour l'heure aucun "choc durable" sur l'activité et l'inflation.
 
AFP/VNA/CVN
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
«Bún Ốc Bà ngoại» transmet les valeurs de la cuisine vietnamienne

Excursion au village des chapeaux iconiques Le village de Chuông, situé à plus de 30 km du centre-ville de Hanoï, est réputé depuis longtemps pour la fabrication de chapeaux coniques en feuilles de latanier.