12/05/2021 16:02
Des journaux allemands ont publié des articles soulignant que si Trân Tô Nga ne portait pas l'affaire devant les tribunaux, la tragédie de l'agent orange/dioxine serait enfouie dans la poussière du passé.
>>Le PC allemand soutient les victimes de l'agent orange/dioxine du Vietnam
>>Agent orange : Trân Tô Nga va poursuivre son combat
>>Les conséquences de l'agent orange persistent au Vietnam, selon un journal allemand

Capture d'écran de l'article publié le 11 mai sur le site du journal "Junge Welt".
Photo : VNA/CVN

Dans son article publié mardi 11 mai, le journal Junge Welt a indiqué que Trân Tô Nga vivait au Vietnam pendant la guerre. Son objectif est d'obliger les géants de la chimie à payer des dommages et intérêts. Mais ce qui est encore plus important pour elle, c’est la reconnaissance du fait que sa souffrance a été causée par l'utilisation de défoliants contenant de la dioxine.

Pendant la guerre, Trân Tô Nga  travaillait comme journaliste pour l'agence Giai Phong (Libération). Elle souffre de plusieurs maladies connues pour être liées à l'exposition à la dioxine. Sa première fille est décédée d'une maladie cardiaque lorsqu'elle était bébé. Ses deux autres filles et un petit-enfant souffrent également de maladies liées à la dioxine.

Selon l’article, Trân Tô Nga et ses amis ne veulent pas être découragés par le jugement du tribunal d’Evry. Lors d'une vidéoconférence avec l'agence Vietnam News, elle a déclaré que quelle que soit la décision du tribunal, la lutte de dix ans pour la justice se poursuivrait. Elle a déclaré qu'elle était prête à continuer pendant de nombreuses années.

Pendant la guerre au Vietnam, l'armée américaine a pulvérisé plus de 80 millions de litres d'herbicide sur le sud du Vietnam dans le but de détruire la forêt tropicale où se cachaient les combattants pour l'indépendance du pays. En plus de la défoliation des forêts, des herbicides ont également été utilisés pour détruire les récoltes des villageois qui soutenaient réellement ou supposément le front de libération. La procédure - qui peut être qualifiée de guerre chimique en droit international - a eu des conséquences dévastatrices à ce jour. Quatre millions de personnes au Vietnam en souffrent encore, a indiqué l’article.

Jusqu'à il y a deux ans, tous les gouvernements américains refusaient de faire amende honorable aux personnes touchées au Vietnam. En revanche, ils ont accordé à leurs propres soldats diverses aides médicales et indemnités. Après des décennies de négociations, les États-Unis sont maintenant prêts à détoxifier certaines zones encore fortement contaminées par la dioxine à proximité de leurs anciens aéroports militaires et à fournir une aide dans les zones les plus gravement touchées - sans toutefois en reconnaître la moindre responsabilité, a souligné l'article.

Plusieurs autres journaux allemands, dont DW, Spiegel et Focus, ont également publié des articles sur le combat pour la justice de Trân Tô Nga, soulignant que si elle ne portait pas l'affaire devant les tribunaux, la tragédie de l'exposition à l'agent orange/dioxine serait enfouie dans la poussière du passé.

VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Quand les femmes d’ethnies minoritaires participent aux modèles économiques locaux

Destinations attrayantes de la province de Thanh Hoa Outre ses belles plages, la province de Thanh Hoa (Centre) regorge de destinations attrayantes, comme la réserve naturelle de Pu Lông et le parc national de Bên En.