D’excellents résultats commerciaux pour le Vietnam

Grâce aux politiques flexibles du gouvernement et aux efforts des entreprises pour élargir leurs marchés d’exportation, le commerce extérieur du pays a affiché l’an passé une croissance impressionnante, dépassant pour la première fois les 700 milliards d’USD.

>> En 2022, les exportations de bois et de ses produits dérivés ont atteit les objectifs fixés

>> Les exportations de poivre en 2022 atteignent 963 millions d'USD

>> En 2022, une hausse à deux chiffres des exportations nationales de thé

En 2022, la valeur d’import-export des marchandises a atteint 732,5 milliards d’USD, en hausse de 9,5% par rapport à 2021, a informé Nguyên Thi Huong, cheffe de l’Office général des statistiques.

En 2022, les exportations de riz ont atteint près de 6,7 millionsde tonnes pour 3,2 milliards d’USD.
Photo : VNA/CVN

Les exportations se sont chiffrées à 371,85 milliards d’USD, et les importations, à 360,65 milliards, soit une hausse de 10,6% et de 8,4% respectivement sur un an. En conséquence, la balance commerciale en 2022 a affiché un excédent commercial de 11,2 milliards d’USD, a-t-elle indiqué. En 2022, 36 produits ont rapporté plus d’un milliard d’USD chacun grâce à leurs exportations, dont huit avec plus de 10 milliards chacun. En même temps, 46 produits importés ont connu un chiffre d’affaires de plus d’un milliard d’USD chacun.

Le Vietnam est l’une des économies les plus ouvertes d’Asie. Il exporte appareils électroniques, circuits intégrés et micro-assemblages électroniques, chaussures, produits technolo-giques et machines. Ses importations sont principalement circuits intégrés électroniques, matériaux semi-conducteurs, etc.

Les principaux partenaires commerciaux du Vietnam sont les États-Unis, la Chine, le Japon et la République de Corée. Le modèle économique vietnamien reste fortement dépendant des investissements étrangers et des exportations, notamment vers les États-Unis et la Chine. Le commerce vietnamien se caractérise par une certaine inégalité géographique : le pays affiche un excédent commercial avec les pays occidentaux, mais a une balance commerciale déficitaire avec certains de ses voisins asiatiques. Pour poursuivre son développement, le pays doit continuer à augmenter la valeur de ses exportations et à diversifier ses produits.

Dans le Top 30 mondial

Selon l’Organisation mondiale du commerce (OMC), le Vietnam figure dans le groupe des 30 pays et territoires ayant le commerce extérieur le plus élevé. Son classement s’est continuellement amélioré au fil des ans. En 2021, la valeur de ses exportations était au 23e rang mondial, et celle des importations, au 20e. Parmi les pays de l’ASEAN, le Vietnam se classe au 2e rang, à la fois pour les importations et les exportations, derrière Singapour. Pour la période 2012-2021, le commerce extérieur du pays a atteint 4.110 milliards d’USD.

Selon Nguyên Câm Trang, directrice adjointe du Département d’import-export relevant du ministère de l’Industrie et du Commerce, les activités d’import-export du Vietnam sont confrontées à de nombreuses difficultés en 2023. Des perturbations dans l’approvisionnement en marchandises et les prix élevés des matières premières risquent d’entraîner une récession dans de nombreuses grandes économies du monde. La forte inflation de nombreux pays, en particulier des principaux marchés d’exportation du Vietnam, réduit également la demande de biens de consommation tels que textiles, chaussures et meubles alors que ce sont des produits d’exportation essentiels du pays. Par conséquent, la baisse de l’exportation de ces produits affectera négativement la balance commerciale du pays.

Cependant, grâce à sa participation à des accords de libre-échange bilatéraux et multilatéraux et à son expérience, le Vietnam peut limiter les risques liés à la baisse des exportations. Dans ce contexte, Nguyên Câm Trang a recommandé aux entreprises de se mettre à jour de manière proactive concernant les différents marchés d’importation. Ainsi, elles peuvent changer leurs politiques de gestion et de production et actualiser leurs plans d’affaires. Les entreprises doivent en effet chercher à diversifier leurs marchés d’exportation et d’importation.

Avec de nombreuses mesures, le ministère de l’Industrie et du Commerce accompagne toujours les entreprises, en particulier les bureaux commerciaux du Vietnam à l’étranger sont dotés d’un système d’alerte précoce. Ils fournissent rapidement des informations sur les différents marchés où ils sont implantés, aidant les entreprises à diversifier rapidement leurs marchés pour un développement durable”, a déclaré Nguyên Câm Trang.

Les exportations vietnamiennes dépendront de l’évolution du conflit russo-ukrainien, du contrôle de l’inflation, de l’évolution des grands marchés d’exportation... C’est à la fois un défi et une opportunité pour les entreprises exportatrices de se redresser et de maintenir la croissance des exportations. Les entreprises exportatrices peuvent profiter de la réduction tarifaire offerts par les accords de libre-échange que le Vietnam a signés, en particulier les accords de nouvelle génération tels que Accord de partenariat transpacifique global et progressiste (CPTPP), Accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Vietnam (EVFTA), Partenariat économique régional global (RCEP)…

Le Vietnam a établi des relations de coopération commerciale et d’investissement avec plus de 230 pays et territoires, signé plus de 90 accords commerciaux bilatéraux ; 12 accords commerciaux multilatéraux ; près de 60 accords de promotion et de protection des investissements ; ainsi que 54 accords de non double imposition. Parallèlement, les biens d’exportation du pays ont progressivement affirmé leur qualité et leur image de marque, en particulier produits agricoles, sylvicoles et aquatiques, produits textiles, chaussures, téléphones et accessoires électroniques, qui représentent une part importante de la structure des exportations.

Les exportations de produits aquatiques ont dépassé 11 milliards d’USD en 2022.
Photo : VNA/CVN

Vers une production verte et circulaire

Cependant, les entreprises doivent investir dans l’innovation technologique pour continuer à améliorer leur compétitivité et la qualité de leurs produits afin de fabriquer au Vietnam des produits pour de grandes marques internationales. Elles doivent se restructurer et s’orienter vers une production verte et circulaire. Il est nécessaire pour les entreprises domestiques de digitaliser leurs processus et reconvertir leurs modèles économiques en utilisant de plus en plus le commerce électronique transfrontalier et en rejoignant les plates-formes mondiales de commerce électronique.

Les entreprises doivent également suivre de près et prévoir l’évolution des marchés nationaux et internationaux et les nouvelles politiques et réglementations, en particulier celles concernant les obstacles techniques... Il faut qu’elles investissent en recherche et développement pour créer de nouveaux produits répondant aux nouvelles tendances de consommation, plus respectueuses de l’environnement.

En plus des marchés traditionnels, elles doivent être attentives aux nouveaux marchés potentiels comme les pays arabes et musulmans par exemple, avec des gammes de produits dédiées à des segments de clientèle distincts. Autre nouveau marché potentiel important et mondial : les produits bio qui ont le vent en poupe depuis quelques années. Plus globalement, les entreprises vietnamiennes doivent développer et promouvoir leur image en diversifiant leurs formes de communication, elles doivent chercher le soutien des organisations internationales et tirer parti des outils en ligne et des plates-formes numériques.

Thê Linh/CVN


back to top