14/06/2022 08:37
La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et le Premier ministre italien Mario Draghi ont entamé des entretiens séparés lundi 13 juin avec les responsables en Israël, au début de visites axées sur la coopération énergétique.
>>L'UE se prépare à un éventuel arrêt complet des importations du gaz russe
>>L'Allemagne préparée à des sanctions énergétiques russes

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et le chef de la diplomatie israélienne Yair Lapid à Jérusalem, le 13 juin. 
Photo : AFP/VNA/CVN

Israël travaille d'arrache-pied pour pouvoir exporter une partie de ses ressources gazières en mer vers l'Europe, qui cherche à remplacer les achats de combustibles fossiles russes depuis des tensions en l'Ukraine et les sanctions contre la Russie.

Mme von der Leyen a rencontré à Jérusalem le chef de la diplomatie israélienne Yaïr Lapid et la ministre israélienne de l'Énergie, Karine Elharrar.

Selon un porte-parole de Mme Elharrar, Mme Von der Leyen a répété que "l'UE a besoin du gaz israélien".

M. Lapid a lui qualifié dans un communiqué les liens avec l'UE d'"atout stratégique".

Mardi 14 juin, Mme von der Leyen doit s'entretenir avec le Premier ministre Naftali Bennett.

Elle doit par ailleurs rencontré le Premier ministre palestinien Mohammed Shtayyeh en Cisjordanie occupée. L'Autorité palestinienne attend de l'UE le versement de millions d'euros pour l'aider à juguler son déficit budgétaire.

Gazoduc 

À l'occasion de sa première visite officielle au Moyen-Orient depuis son accession à la tête du gouvernement italien en 2021, Mario Draghi a rencontré lui aussi M. Lapid, avant de discuter mardi 14 juin avec MM. Bennett et Shtayyeh.

MM. Draghi et Lapid ont discuté du "renforcement des liens biltéraux, de la situation géopolitique dans le sillage du conflit en Ukraine et de la coopération entre les deux pays", selon le bureau de M. Lapid.

Récemment, Ursula von der Leyen avait suggéré de mettre fin d'ici à 2027 à la dépendance européenne aux hydrocarbures russes.

Des "annonces" concernant une coopération énrgétique "avec Israël et d'autres partenaires dans la région" doivent être faites "dans les prochains jours", a indiqué une porte-parole de la Commission, précisant que Mme von der Leyen se rendrait en Égypte après Israël.

Selon un porte-parole de Mme Elharrar, Israël et l'UE œuvrent depuis plusieurs mois à un accord qui permettrait d'exporter du gaz israélien vers l'Europe via l'Égypte.

La crise en Ukraine fait "de l'Europe un nouveau marché, en particulier pour Israël" qui n'avait jamais considéré le Vieux continent "comme un marché majeur" pour ses exportations gazières, a récemment déclaré Karine Elharrar.

Problèmes de taille

Le gisement Leviathan d'Israël.
Photo : AFP/VNA/CVN

Israël est entré dans le cercle des pays producteurs et exportateurs de gaz après la découverte au début des années 2010 de plusieurs réservoirs gaziers au large de ses côtes en Méditerranée, avec des réserves chiffrées à environ 1.000 milliards BCM (milliard de mètres cubes).

Mais deux problèmes de taille se posent pour Israël. L'absence de gazoduc pour relier ses plateformes de forage en Méditerranée aux marchés du Sud de l'Europe et un différend avec le Liban voisin sur la délimitation d'une partie de sa zone de droit exclusif.

Et pour l'exportation, trois grandes options s'offrent à Israël. Acheminer son gaz naturel vers l'Égypte, voisin déjà relié à l'État hébreu par un pipeline, pour ensuite le liquéfier et le transporter par bateau en Europe ; construire un gazoduc vers la Turquie qui est, elle, reliée au Vieux continent ; construire une nouvelle route des hydrocarbures directement vers le sud européen.

Cette troisième option a déjà un nom, EastMed, basé sur un accord avec Chypre et la Grèce portant sur la construction d'un gazoduc sous-marin de 1.800 km.

Mais ce projet, chiffré à plus de six milliards d'USD, est onéreux, et pourrait prendre du temps à se matérialiser. Des responsables israéliens espèrent toutefois voir l'Italie investir dans ce pipeline.

La découverte de vastes gisements gaziers en Méditerranée orientale a aiguisé l'appétit des pays riverains et attisé les contentieux frontaliers.

En octobre 2020, le Liban et Israël, techniquement toujours en état de guerre, ont entamé via les États-Unis des pouparlers pour délimiter leur frontière maritime et lever les obstacles à la prospection d'hydrocarbures. Mais ces discussions sont suspendues depuis mai 2021 à la suite de différends concernant la surface de la zone contestée.
AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le lotus impérial cultivé dans la cour d’une maison centenaire à Hanoï