Des produits agricoles haut de gamme cultivés à Lâm Dông

Ces produits agricoles coûteux ne sont pas vendus à grande échelle mais ceux qui les achètent sont des clients fidèles. Ils ne se soucient pas en priorité des prix mais d'abord de la qualité et de la sécurité sanitaire des aliments. Les agriculteurs qui répondent à ces exigences peuvent avoir du succès.

>>Le kaki, roi des fruits de Dà Lat

>>Lâm Dông exporte des légumes hydroponiques en République de Corée

>>La culture des bananiers fait la richesse de Muong La

Récolte des tomates dans la ferme Hokkaido Lotus à Lâm Dông (hauts plateaux du Centre).
Photo : TT/CVN

La ferme Hokkaido Lotus cultive des tomates Queen Hokkaido dans le district de Lac Duong, province de Lâm Dông (haux plateaux du Centre), depuis 2017. Il s’agit d’une variété de tomate ramenée du Japon par un expert du Pays du Soleil-Levant.

À maturité, les tomates sont rouges et pèsent environ 10-20 g. Elles sont vendues 500.000 dông/kg dans des supermarchés de produits agricoles de haute qualité, surtout à Hô Chi Minh-Ville. Ces fruits ont un goût légèrement aigre au début, mais ensuite une forte douceur persiste longtemps dans la bouche et la gorge.

La ferme récolte les tomates les lundis, mercredis, vendredis mais ne cueille que des fruits mûrs pour assurer une douceur standard. Chaque tomate est ensuite testée avant d'être emballée.

Selon Nguyên Tuyêt Hâu, gestionnaire de la ferme, la technologie utiliser pour produire la tomate Queen Hokkaido provient exclusivement du Japon. Tous les processus de production, de préparation du substrat, de semis, de récolte et le traitement préliminaire sont suivis à la lettre en respectant les règles édictées par les experts japonais.

Concrètement, pour lutter contre les ravageurs et les maladies des végétaux, la ferme applique la Gestion intégrée de nuisibles (IPM) dans laquelle les mesures physiques et biologiques sont les plus importantes. Une hygiène impeccable et indispensable pour empêcher le développement des maladies fongiques est toujours une priorité.

La ferme utilise des pièges collants et des ventilateurs pour aspirer les insectes, et les ouvriers enlèvent généralement les feuilles malades au lieu d'utiliser des pesticides. Cependant, en cas d'absolue nécessité, la ferme pourra éventuellement utiliser des pesticides d'origine biologique sur une courte période.

"La plantation doit être effectuée en toute sécurité pour la santé des personnes travaillant directement à la ferme tous les jours. Ici, les tomates peuvent être consommées immédiatement lorsqu'elles sont cueillies. Je pense que le prix de 500.000 dôngs/kg est vraiment raisonnable", a dit Mme Tuyêt Hâu.

Des fleurs comestibles

Pas trop loin de la ferme des tomates Queen Hokkaido, Orlar est l'une des rares entreprises spécialisées dans la culture de fleurs comestibles destinées à approvisionner principalement le marché des hôtels 5 étoiles et des grands restaurants au Vietnam.

Des plantes fleuries dans la ferme d'Orlar.
Photo : TT/CVN

Ces fleurs sont cultivées à Lac Duong, puis distribuées à Hô Chi Minh-Ville. Une boîte de fleurs mélangées au hasard comme violettes, œillets, lotus, sarrasin, utilisée pour décorer les gâteaux et les salades ou pour les cocktails, coûte 70.000 dôngs pour 12 g, soit 5,8 millions de dôngs le kilo.

Ces plantes fleuries sont cultivées sur un substrat de roche minérale capable d'absorber l'eau et les nutriments suspendus sur un système de piliers et complètement isolé du sol.

Mai Thi Kim Ngân, nutritionniste des plantes de la ferme, fait savoir que ces variétés sont très adaptées à la culture à Dà Lat car elles proviennent de pays au climat tempéré. En saison sèche, les fleurs sont plus productives qu'en saison des pluies. Chaque plante produit environ 100 g de fleurs en moyenne à chaque récolte.

Les fleurs sont cueillies tôt le matin ou en fin d'après-midi pour conserver leur fraîcheur. Le processus d'emballage et de transport doit également garantir qu’elles bénéficient toujours de conditions fraîches (chambre froide, véhicules réfrigérés).

La récolte se fait entièrement à la main. Les ouvriers tiennent un seau devant leur poitrine et coupent les fleurs avec des ciseaux. Chaque jour, une personne en ramasse 2 kg, pas plus.

Selon le Dr Lyndal Hugo, co-fondateur australien et Pdg de la compagnie Orlar, après l'épidémie de COVID-19, la demande de fleurs comestibles est à nouveau en plein essor. Maintenant, l'entreprise compte 12.000 plantes sur une superficie de 1.000 m². Dans le futur, elle agrandira encore sa surface de culture pour répondre à la demande du marché et se concentrera sur des produits de haute qualité comme le bok choy, la laitue, la tomate.

Champignon de haute qualité

Pas aussi "chères" que les tomates et les fleurs comestibles, les champignons à crinière de lion (ou champignon à tête de singe en Chine) sont vendus entre 300.000 et 450.000 dôngs/kg.

Nguyên Minh Thuân, propriétaire de la ferme des champignons crinière de lion à Dà Lat, province de Lâm Dông (hauts plateaux du Centre).
Photo : TT/CVN

Ces champignons à la taille d'un poing, de couleur blanc ivoire et entouré de filaments blancs, ont un goût amer. Pour éliminer celui-ci complètement, ils doivent être blanchis dans l'eau bouillante pendant environ 3 à 5 minutes. Une fois cuits, ils sont croustillants, avec un arrière-goût sucré, et ressemblent un peu au poulet. Ils peuvent également être transformés en steaks dans les restaurants végétariens ou peuvent être sautés à votre goût.

Selon Nguyên Minh Thuân, propriétaire de la ferme, Dà Lat est l’endroit idéal pour cultiver les champignons crinière de lion car les fluctuations de température entre le jour et la nuit ne sont pas trop grandes. Il est donc possible de les faire pousser toute l'année. Chaque sachet d'embryons de champignons produit environ 350 g de champignons après 4 mois.

Outre des produits frais, M. Thuân a l'intention de vendre des champignons pré-traités, séchés, pré-assaisonnés ou en sachets. Selon lui, bien que le prix des marchandises soit cher, le potentiel de développement reste très élevé.


Thao Nguyên/CVN