Des milliers de Britanniques dans la rue face à l'inflation

Des milliers de Britanniques sont descendus dans les rues samedi 1er octobre pour protester contre la crise du coût de la vie, brûlant parfois des factures après une semaine de chaos sur les marchés financiers.

>> Une grève du rail historique pourrait semer le chaos au Royaume-Uni

>> Royaume-Uni : nouvelle grève de trains en pleine crise du pouvoir d'achat

>> Troisième jour de grève dans les transports britanniques face à l'inflation

Manifestation contre le coût de la vie, le 1er octobre à Londres.
Photo : AFP/VNA/CVN

Inflation au plus haut, livre sterling au plus bas, inquiétudes à l'approche de l'hiver... Le nouveau gouvernement conservateur de Liz Truss avait promis une action immédiate pour faire face à la crise.

L'hiver - qui s'annonce rude pour de nombreux ménages ayant du mal à payer leurs factures - "va montrer la vraie cruauté de notre gouvernement", selon Lily Holder, une manifestante de 29 ans à Londres.

La majorité des Britanniques ont accueilli froidement le "mini-budget" présenté par le gouvernement la semaine dernière. Les annonces ont aussi affolé les marchés et fait descendre la livre sterling à un plus bas historique, entraînant une intervention du Fonds monétaire international et de la banque centrale.

"Can't pay, won't pay"

Souvent étranglés par une inflation qui frôle les 10% et inquiets de savoir s'ils pourront se chauffer ou rembourser leurs prêts cet hiver, certains refusent de payer leur facture au mois d'octobre. Le gouvernement a annoncé un gel du plafond des prix de l'énergie mais ces derniers ont quand même doublé en un an.

"Can't pay, won't pay", chantaient des manifestants devant la gare londonienne de King's Cross samedi 1er octobre, brûlant de fausses factures énergétiques.

Dans ce contexte de grogne sociale exacerbée, les mobilisations qui se multiplient depuis juin dans tous les secteurs ont repris de plus belle, après une trêve observée après le décès d'Elizabeth II le 8 septembre.

Les cheminots sont en grève -la plus importante depuis le début de l'année- samedi 1er octobre dans tout le pays, avec seulement 11% du trafic assuré.

Malgré les fortes perturbations, la mobilisation du rail est comprise et soutenue par la plupart des Britanniques, selon un sondage Ipsos. Dans les rues de Londres comme dans d'autres villes du Royaume-Uni, de nombreux manifestants brandissaient des affiches appelant à soutenir les débrayages.

AFP/VNA/CVN

back to top