11/07/2020 18:28
Lors de la crise économique des années 90 à Cuba, le beau-père de Yank Benavente pédalait de longues distances pour chercher à manger. Alors que l'île souffre des effets de la pandémie, Yank, lui, fait pousser des légumes sur son toit.
>>La Havane entame son déconfinement, mais sans touristes étrangers
>>Guatemala : des potagers urbains contre les pénuries en temps de confinement

Jesus Sanchez élève lapins et poules dans la cour de sa maison à La Havane, le 24 juin 2020. Photo : AFP/VNA/CVN

Artiste de 38 ans, il n'a plus de travail depuis que le pays a fermé ses portes aux touristes fin mars. Mais il a désormais des laitues, des blettes, des concombres et des tomates au-dessus de chez lui, dans le quartier du Vedado à La Havane.

Si l'agriculture urbaine est à la mode, en Europe notamment, à Cuba c'est une nécessité alors qu'une deuxième Période spéciale - du nom de la crise des années 90 due à l'effondrement de l'URSS - se profile.

"L'idée de cultiver des légumes en ville, cela vient des problèmes du pays et du monde, liés à l'économie et au coronavirus", explique Yank, qui a fabriqué des jardinières à partir de vieilles gouttières françaises "Guichard Frères" récupérées sur une maison en cours de démolition.

Il répond ainsi à l'appel du gouvernement communiste, qui incite les habitants à faire pousser leurs aliments en prévision de temps plus durs.

"Nos réserves, notre potentiel, se trouvent dans notre capacité à produire nous-mêmes", assure le ministre de l'Economie Alejandro Gil.

Agriculture insuffisante 

Certes, la pandémie de coronavirus a aggravé la situation sur l'île, privée des devises du tourisme qui lui permettaient de payer ses importations. Mais, comme le souligne l'économiste Pedro Monreal sur Twitter, "les raisons de la crise (alimentaire, ndlr) existaient avant la pandémie".

Problème principal : l'agriculture cubaine ne couvre que 20% des besoins de la population, obligeant à importer le reste, pour un coût de 2 milliards d'USD. 

Une étude économique d'une ambassade dresse un portrait sombre: "Cuba figure aujourd’hui parmi les pays d’Amérique Latine présentant les plus faibles rendements en matière de production agricole", avec des pertes de près de 57% des aliments produits, pendant la récolte puis la distribution, et plus de 14% de la surface agricole laissée à l'abandon.

En 2019, sous l'effet de ces problèmes structurels mais aussi du climat, la production de légumes a baissé de 4,3% et celle de fruits de 11,6%. Yank se souvient qu'en 1994, pendant la Période spéciale, le manque d'aliments poussait son beau-père à enfourcher son vélo pour aller à la campagne chercher des légumes.

"Si on ne trouve pas vite une solution, je pense que ça va être pire qu'en 94", redoute-t-il.

"La beauté d'une laitue" 

Yoandra Alvarez travaille dans sa plantation d'arbres fruitiers, à La Havane, le 23 juin. Photo : AFP/VNA/CVN 

Déjà, à cette époque, avoir un potager chez soi était encouragé. À Cuba, "l'agriculture urbaine est née sous la Période spéciale, quand la population avait besoin d'alternatives pour se fournir en aliments", rappelle Marcelo Resende, représentant de l'Organisation onusienne pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) sur l'île. "Et dans ce contexte de difficile production d'aliments, le pays met l'accent sur l'agriculture urbaine pour y répondre" à nouveau.

Yoandra Alvarez, 49 ans, s'y est mis dès les années 1990. Dans la banlieue de La Havane, elle a repris un terrain à l'abandon, où s'entassaient les détritus.

Aujourd'hui y poussent une centaine d'arbres fruitiers, de quoi fabriquer confitures et glaces.

Considérée comme une référence locale, elle se réjouit de voir ce regain de l'agriculture urbaine : "C'est très intéressant. Les gens commencent à voir la beauté d'une laitue", sourit-elle.

Faute d'engrais chimiques, quasi-impossibles à importer en raison de l'embargo américain, les Cubains utilisent des techniques naturelles, mais "il faut améliorer l'accès aux graines, à l'eau, on y travaille", indique le représentant de la FAO.

Pour Jesus Sanchez, adepte de la permaculture et de l'agriculture urbaine, plus de retour en arrière possible : chez lui, il utilise des vieux pneus et des bouteilles comme récipients pour ses cultures, tout en élevant lapins et poules.

"Pas besoin de sortir pour chercher des condiments, et on a de la citrouille, du manioc et de la patate douce pour manger", raconte-t-il, heureux de partager avec ses voisins. "Quand on cueille les mangues, on en donne à tout le monde!". 

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une expérience inoubliable pour les étudiants francophones au Vietnam

L'île de Phu Quôc développe une agriculture écologique liée au tourisme Le district insulaire de Phu Quôc, province de Kiên Giang (Sud), est déterminé à développer un modèle de production agricole écologique associé aux services et au tourisme afin de créer plus de produits touristiques d'ici 2025 et à l'horizon 2030.