12/02/2020 18:14
La Russie n’a officiellement plus de malades du nouveau coronavirus sur son territoire après la sortie d’hôpital mercredi 12 février du deuxième et dernier cas confirmé dans le pays, un ressortissant chinois.

>>Une "chance réelle de stopper" le virus qui a fait plus de 1.000 morts
 


Le ressortissant chinois d’une trentaine d’années était soigné depuis le 26 janvier dans un hôpital de Tchita, la capitale du territoire de Transbaïkalie frontalier de la Chine. Il en est sorti à 12h00 locales (03h00 GMT) après s’être vu remettre un certificat de bonne santé et une boîte de vitamines.


"Il est en parfaite santé et n’est pas un danger pour le public", a indiqué le médecin-chef de l’hôpital Sergueï Iourtchouk, cité dans un communiqué des autorités médicales de la région.

Les médias russes ont publié une vidéo de la sortie d’hôpital de l’ex-malade dans laquelle Sergueï Iourtchouk lui lit une déclaration assurant qu’il est "totalement guéri" avant de lui remettre la boîte de vitamines.

"Ca fait du bien d’être dehors. Maintenant, je vais aller chez moi à Tchita, ma femme et mon fils sont là", a déclaré l’homme, cité par les médias russes. Il avait passé deux semaines en quarantaine.

L’autre malade en Russie du nouveau virus, désormais officiellement appelé par l’OMS "COVID-19", une étudiante chinoise, était sortie guérie de l’hôpital mardi 11 février. Dans les deux cas, l’infection était légère, selon les médecins russes. Plusieurs personnes qui ont été en contact avec les deux malades sont toujours en quarantaine.

La Russie a pris des mesures drastiques pour lutter contre la propagation du nouveau coronavirus qui a pour l’instant fait plus de 1.000 morts, presque tous en Chine. Parmi elles figurent la fermeture de ses quelque 4.250 km de frontière avec la Chine, la coupure des liaisons ferroviaires ou la restriction des vols.


AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Centre de l’information et de la bibliothèque Luong Dinh Cua

La pagode Bút Tháp, chef-d’œuvre d’architecture Dans le petit village de Dinh Tô, à 25 km au nord-est de Hanoï, se trouve un des plus vieux lieux de culte bouddhiste du Vietnam : la pagode Bút Tháp, littéralement la pagode de la Tour du pinceau. Véritable bijou architectural, sa visite s’impose.