28/12/2020 22:34
Lê Thi Vân et Hoàng Hai Phong sont deux parmi les 56 jeunes agriculteurs honorés par le prix Luong Dinh Cua 2020. Leur point commun ? Ils sont tous deux revenus dans leur ville natale, encore pauvre et peu développée, après l’obtention de leur diplôme universitaire, déterminés à y faire fortune.

>>Un jeune pêcheur lutte contre la pollution marine
>>Des jeunes agriculteurs à l’honneur

Lê Thi Vân à côté de son modèle de tomates "haute technologie".
Photo : TP/CVN


Issu d'une famille d'agriculteurs dans le bourg de Sao Vàng, district de Tho Xuân (province de Thanh Hoa au Centre), Lê Thi Vân est familière avec le dur labeur de l'agriculture traditionnelle, en particulier des districts montagneux pauvres comme Tho Xuân. Témoin du travail sans relâche que fournissaient ses parents afin de joindre les deux bouts, Vân décide de s’enrichir "grâce à la terre".

Diplômée en ingénieur agronome de l'Université Hông Duc (ville de Thanh Hoa, province éponyme), la jeune femme née en 1986 postule en 2009 au Bureau de représentation de Netafim (Israël) au Vietnam, un groupe spécialisé dans l'agriculture de haute technologie. Dix ans plus tard, elle décide de quitter cet emploi stable et fonde l’EURL Rich Farm, spécialisée dans la construction de modèles de transfert technique, de fourniture des équipements agricoles et de soutien de la consommation des produits pour les agriculteurs.


Les premières difficultés étaient notamment de trouver des clients, connaître les besoins du marché, accompagner les partenaires pour construire des plans ainsi que de concevoir un système de serre. Pour la jeune femme, la plus grande difficulté demeurait cependant d’obtenir la confiance et de changer les habitudes des agriculteurs, notamment dans la haute région.

"J'ai planté avec succès des melons de Kim Hoàng et des tomates high-tech. En même temps, j’ai également construit des modèles et processus de production de haute technologie adaptés aux agriculteurs locaux. Petit à petit, j’ai commencé à avoir des clients de l’ensemble du pays", a partagé Vân.

En outre, la jeune femme a trouvé une solution pour construire un système de serre adapté au revenu des agriculteurs. "En utilisant certains matériaux de fabrication domestique, le coût de ce système est réduit de la moitié. La durée de sa construction est raccourci et la qualité de l’ouvrage reste assuré", a confié Vân.

Actuellement, la compagnie Rich Farm compte une zone de présentation des produits sur plus de 1.000 m2 et deux modèles de production agricole de haute technologie sur plus de 1,8 ha. Lê Thi Vân a reçu de nombreuses commandes d’achat d’équipements et de transfert technologique de plusieurs provinces, dont Phu Tho (Nord), Thanh Hoa (Centre) et Vinh Long (Sud). "Mon entreprise embauche 35 employés à plein temps avec un salaire mensuel de 6,5 à 10 millions de dôngs ainsi que 30 travailleurs saisonniers. Chaque année, son chiffre d'affaires atteint 20 à 21 milliards de dôngs. Plusieurs produits de la marque Rich Farm ont ainsi été crées, dont notamment le melon, le cantaloup et la tomate", a-t-elle indiqué.

En plus du fait d’avoir mis en place un commerce florissant, l’entrepreneuse participe activement aux activités et mouvements de jeunesse ainsi qu’à la sécurité sociale du bourg Sao Vàng. Elle a par ailleurs offert près de 50 millions de dôngs au Fonds "Petit(e) frère (sœur) de l’Union de la jeunesse communiste Hô Chi Minh" et a parrainé la construction d'un système d'irrigation du bourg de Sao Vàng d'une valeur de 15 millions de dôngs.

Modèle exemplaire de viticulture

Le jeune agriculteur Hoàng Hai Phong.
Photo : TP/CVN

Diplômé de l'Université de la pédagogie de Thai Nguyên (province éponyme au Nord), Hoàng Hai Phong (né en 1987) a lui aussi décidé de retourner à Lang Son, sa ville natale, (province septentrionnale du même nom) pour travailler dans l'agriculture. Il est actuellement propriétaire d'un modèle de culture viticole combiné au tourisme expérientiel dans la commune de Mai Pha (ville de Lang Son).


En 2012, Phong propose à ses parents de convertir près de 1.000 m2 de terres agricoles (où étaient cultivés du maïs et du riz) en une culture viticole. Il est la première personne à cultiver cette plante dans cette ville. Malheureusement, sa première récolte s’est conclue en échec.

"À la suite de la perte de plusieurs centaines de nos pieds de vignes, j'ai été très découragé. J’ai cependant trouvé l’origine du problème et je me suis lancé dans la maîtrise d’une technique pour en venir à bout. J’ai ainsi décidé de continuer de planter. Heureusement, notre 2e récolte a été un succès et a porté de bons fruits !", a dit Phong.
 

Le vignoble de Hoàng Hai Phong.
Photo : Vnexpress/CVN


Après avoir planté avec succès deux variétés de raisins, Cu Phong et Tao Hông, le jeune homme décide d’étudier de cultiver à titre d’essai, une nouvelle variété plus rare et plus chère, Ha Den, ainsi que des fraises. "Les vignes cultivées dans un climat froid, comme la région montagneuse du Nord, connaîtront un processus d'hibernation, ce qui demande davantage de temps et de soins. Mais, en contre partie, leur qualité est nettement supérieure que celles cultivées dans les régions chaudes", a expliqué Phong.

Le jeune homme possède actuellement près de 4 ha de raisins à Lang Son et dans la province de Phu Tho (Nord). Ses revenus actuels rapportés sont de 1,5 milliard de dôngs par an avec un bénéfice de près d’un milliard de dôngs. Phong embauche six travailleurs à plein temps avec un salaire mensuel de 5 à 7 millions ainsi que de nombreux travailleurs saisonniers.

"Ma décision de rentrer dans la terre natale et d’y développer la culture viticole est la meilleure décision de ma vie, a affirmé Phong. Je souhaite désormais transférer le modèle viticole à de nombreux jeunes locaux".
 

Le prix Luong Dinh Cua

Le prix Luong Dinh Cua, du nom d'un grand agronome du Vietnam, créé en 2006, est une distinction annuelle du Comité central de l’Union de la jeunesse communiste de Hô Chi Minh pour les jeunes des zones rurales ayant contribué de façon particulièrement remarquables à la production, aux affaires, à la protection de l'environnement et à l’instauration de la Nouvelle ruralité.
 


Quê Anh/CVN









 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
La collection unique de statues de buffles du peintre-artisan Nguyên Tân Phat

Vung Viêng, un paisible village de pêcheurs à Quang Ninh Les touristes pourront trouver un havre de paix au cœur de la baie de Bai Tu Long, province de Quang Ninh (Nord). Il s’agit du village flottant de pêcheurs de Vung Viêng, qui a conservé sa simplicité et sa tranquillité.