09/03/2017 16:05
Hô Chi Minh-Ville est considérée comme une terre d’accueil, où diverses populations se sont établies. Ce constat fait, on est tenté de dire que la mégapole est devenue un terrain "fertile" pour d’innombrables cultures culinaires.

>>Hô Chi Minh Ville et la bouffe de rue
 

Le marché cambodgien de la rue Lê Hông Phong, 10e arrondissement, à Hô Chi Minh-Ville.


Pour diverses raisons, les gens venant des quatre coins du pays ont apporté avec eux leurs traditions culinaires. C’est ce que l’on peut voir, par exemple, en plein milieu du 11e arrondissement dans le marché Bà Hoa. Là, depuis des décennies, des personnes originaires de Quang Nam et de Quảng Ngãi se côtoient, et les plats de leurs régions sont nombreux. On peut citer le duong tan (sucre de canne cuit et coupé en tranches ovales de 3 cm de longueur), des patates coupées en fils et séchées, le keo guong (à base de sucre jaune en poudre, de malt, de sésame et de cacahuètes). Mais, on peut aussi se régaler avec toutes sortes de gâteaux à base de riz (banh tet, banh u, banh in, banh nâm, banh bèo), des sauces et pâtes mam et autres salaisons, dont le mam cà (salaison de morelles de fruits ronds et petits), le mam cai (salaison de poissons). Les habitants de Quang Nam et Quang Ngai résidant à Hô Chi Minh-Ville se sentent donc comme chez eux.

Les spécialités régionales

La gastronomie du Nord n’est pas à la traîne ! On la retrouve dans la rue Hông Hà de l’arrondissement de Tân Binh, avec des spécialités délicieuses de Hanoï et des provinces du Nord comme le bun cha (vermicelle au porc grillé), les  rouleaux de crabe, le riz du Nord, le pho hanoïen (soupe de bœuf aux nouilles de riz), le banh da cua de Hai Phong (soupe de crabe aux nouilles de riz)..., avec tous les parfums du Nord.

Dans l'esprit des gens de la ville, le marché Bên Thanh est considéré comme le haut lieu de la culture gastronomique des Saïgonnais. C’est le lieu incontournable pour les touristes d’où qu’ils viennent, en particulier la nuit. En effet, tout autour du marché Bên Thành, des échoppes servent des plats régionaux, comme le banh xèo (crêpe du Sud), le banh khọt, le banh hoi du Sud, le bun bo Huê (vermicelle de riz au bœuf), le banh bèo ou le banh nâm ...

Outre ces spécialités régionales typiques, à Hô Chi Minh-Ville, dans n’importe quelle rue ou impasse, les visiteurs sont attirés par les pains de viande froide, les rouleaux de printemps, le popiah ou encore les soupes de crabe... C’est la célèbre «bouffe de rue», simple, mais réellement très populaire.

 

La soupe de raviolis, rue Ha Tôn Quyên, 11e arrondissement, dans la mégalopole du Sud.


Une gastronomie internationale

Toutefois, Hô Chi Minh-Ville, c’est aussi les cuisines d’ailleurs ! Elles sont quasiment toutes présentes, des spécialités de la Chine, du Japon, de la République de Corée, du Cambodge, et même les meilleurs plats espagnols...

La gastronomie chinoise est apparue et se trouve en particulier dans les 5e, 6e et 11e arrondissement, là où la communauté chinoise est omniprésente. Là, rien que des bons plans pour déguster du canard laqué ou du porc rôti, notamment dans les rues Ta Uyên ou Bùi Huu Nghia, dans le 5e arrondissement. On trouve aussi de la soupe de raviolis rue Ha Tôn Quyên, dans le 11e arrondissement, ou encore de l’eau de ginseng, rue Nguyên Trai, dans le 5e arrondissement...

Il y a un marché cambodgien dans la rue Lê Hông Phong, dans le 10e arrondissement. Ces boutiques spécialisées sont évidemment tenues par des Cambodgiens qui ont tenté l’aventure au Vietnam, ou encore d’anciens Viêt kiêu (Vietnamiens d'outre-mer) du Cambodge. Les spécialités sont parfaites : stockfisch Trèn, le prahok, le jerky cambodgien (viande séchée et salée de bœuf), le palmier à sucre, la feuille de margousier… On trouvera aussi de la bière, du lait et des boissons gazeuses importés du Cambodge. Le restaurant de vermicelle Tu Xê est bien connu des Saïgonnais depuis des décennies. Ici, on peut commander le fameux vermicelle Num bò chóc.

Ainsi, au fil du temps, de nombreuses zones gastronomiques se perpétuent. On citera également le marché sud-coréen, rue Tân Son Hoa dans l’arrondissement de Tân Binh, ou encore la gastronomie japonaise dans la rue Lê Thanh Tôn, dans le 1er arrondissement...

Enfin, de nombreux restaurants et cafés mettent également en valeur les gastronomies thaïlandaises, françaises ou grecques...C’est le cas pour de nombreux établissements situés en plein centre-ville.


Texte et photos : Minh Thu/CVN

 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le dernier écrivain public de la poste centrale de HCM-Ville

Mois du tourisme d’An Giang 2017 Rencontre avec le chef Martin Yan, festival de course de bœufs, festival de Ba Chua Xu à Châu Dôc… font partie de la série d'événements de la Semaine de la culture gastronomique et touristique d’An Giang, qui s’inscrit dans le cadre du Mois du tourisme d’An Giang.