04/02/2017 16:28
Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault et son homologue russe Sergueï Lavrov ont discuté vendredi 3 février par téléphone de la crise syrienne et de la situation dans l'Est de l'Ukraine, où une nouvelle vague de violence a récemment éclaté.
>>Syrie : poursuite des négociations sans avancée apparente
>>Syrie : pas de pourparlers face à face entre opposants et régime

Des Syriens traversent une rue détruite du quartier d'al-Akroub d'Alep, le 17 décembre 2016.
Photo : AFP/VNA/CVN

Pendant leur conversation téléphonique, MM. Ayrault et Lavrov "sont convenus de la nécessité d'un respect effectif de l'accord de cessation des hostilités pour permettre le succès des négociations" sur la crise en Syrie.

Les pourparlers de paix visant à mettre fin à la guerre civile qui a commencé il y a près de six ans dans le pays doivent se poursuivre sous l'égide des Nations unies afin de parvenir à une transition politique dans le cadre fixé par la résolution 2.254 du Conseil de sécurité des Nations unies, qui demande à toutes les parties syriennes de cesser immédiatement les hostilités et de participer aux négociations de paix, ont-ils ajouté.

En ce qui concerne la crise ukrainienne, le chef de la diplomatie française a "marqué sa grande préoccupation face à la reprise des combats ces derniers jours dans l'Est de l'Ukraine".

Il a appelé Moscou "à tout faire pour mettre fin à cette situation, afin de permettre, en premier lieu, de fournir une aide humanitaire aux populations civiles".

La Russie a demandé à l'Ukraine de "cesser immédiatement les provocations armées" dans la région du Donbass, dans l'Est du pays, a déclaré mardi 31 janvier le ministère russe des Affaires étrangères ans un communiqué.
 
Xinhua/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le dernier écrivain public de la poste centrale de HCM-Ville

Bac Giang vise à accueillir plus d’un million de touristes en 2017 La province de Bac Giang (Nord) s'efforce d’accueillir plus d'un million de visiteurs cette année, selon le directeur du Service provincial de la culture, des sports et du tourisme Trân Minh Hà.