Y Thai Êban, un sculpteur hors pair

Y Thai Êban est un célèbre sculpteur de la ville de Buôn Ma Thuôt, chef-lieu de la province de Dak Lak (hauts plateaux du Centre). L’artisan se passionne depuis une trentaine d’années pour la préservation de l’art traditionnel de son ethnie Ê dê.

>>H’Wi Buôn Ya, une infirmière dévouée

>>Mùa Thi Tông, une couturière H'mông à Son La

>>Le savoir-faire traditionnel d’un couple d’artisans Bahnar

Y Thai Êban présente quelques-unes de ses œuvres.

Entouré de centaines de figurines en bois, Y Thai Êban commence la conversation en présentant quelques-unes de ses œuvres dont Le chaman. "C’est une de celles que je préfère le plus. Elle s’est vu décerner la médaille d’argent du Concours de sculpture sur bois des ethnies du Tây Nguyên (hauts plateaux du Centre) en 2017".

Y Thai Êban est un artisan Ê dê, une ethnie minoritaire très présente dans la province de Dak Lak (Tây Nguyên). Sa passion pour la sculpture sur bois est née dès sa tendre enfance, lorsqu’il suivait ses oncles en forêt à la recherche de matériaux pour fabriquer des figurines rituelles.

Le petit a été fasciné par le talent de ses aînés qui créaient des œuvres d’art vivantes et expressives à partir de simples morceaux de bois. Il les a convaincus de lui apprendre cet artisanat, à commencer par la maîtrise du couteau, de la gouge et de l’herminette, les seuls trois outils qu’il utilise depuis pour concevoir de belles figurines. Et depuis plus de trois décennies, il ne cesse de pratiquer et de peaufiner sa technique en réalisant sur du bois toutes ses idées inspirées de la mythologie des Ê dê, de leurs pratiques culturelles ou simplement de leur vie quotidienne.

Des créations de Y Thai Êban.

"Quand une nouvelle idée me vient en tête, je prends directement mes outils pour la réaliser sans passer par une esquisse. Pour moi, la sculpture est à la fois un métier et une passion. C’est aussi un art ancestral que je veux absolument préserver et mettre en valeur. Je voudrais que les jeunes de mon ethnie s’intéressent davantage à ce savoir-faire pour le perpétuer", confie l’artisan de 52 ans.

Un artisan de talent

Aux yeux de son épouse H Yâo Bya, Y Thai Êban est très talentueux. "Il peut graver de jolis motifs sur une porte et concevoir des figurines avec des milliers d’expressions différentes. Dans ma famille, tout le monde le soutient dans son travail de préservation du métier ancestral. Je lui ai demandé de transmettre son talent à nos deux fils", exprime H Yâo Bya.

Si Y Thai Êban est très connu dans sa province depuis des dizaines d’années, sa réputation nationale n’a vraiment décollé qu’en 2015, lorsqu’il a participé à la première édition du Concours de sculpture sur bois des ethnies du Tây Nguyên. Depuis, il a reçu des centaines de commandes. Cet engouement pour les figurines en bois rassure beaucoup l’artisan, car pendant une longue période, cet art était tombé dans l’oubli.

L’artisan en train d’achever son œuvre "Le chaman", lors du Concours de sculpture sur bois des ethnies du Tây Nguyên en 2017.

"Y Thai Êban est un fervent acteur de la préservation de la sculpture et de la culture Ê dê en général. C’est le meilleur sculpteur de la commune. De notre côté, nous l’aidons à promouvoir cet art auprès d’un plus large public", indique Bùi Van Huong, un responsable chargé des activités culturelles de la commune d’Ea Tu, où vit Y Thai Êban.

Généreux et soucieux de préserver cet artisanat dans sa communauté, l’artisan chevronné organise souvent des cours en faveur des villageois désireux de devenir sculpteurs professionnels et de gagner leur vie grâce à ce métier. Une dizaine d’apprenants au total, de 27 à 50 ans. Il leur propose également du travail lorsqu’il reçoit beaucoup de commandes. Selon lui, plus les jeunes pratiquent la sculpture, plus cet art ancestral a des chances de perdurer.

Texte et photos : H’Xiu - VOV/CVN