06/03/2022 08:03
Shan Tuyêt, une variété de thé de montagne, est depuis longtemps une spécialité des hautes terres du Nord. Vàng A Binh, un jeune d’ethnie Tày vivant à Lào Cai, la valorise en la mettant dans des tubes de bambou séchés au feu…
>>Les potentiels pour développer le théier Shan Tuyêt
>>Bac Hà préserve et développe l'artisanat traditionnel
>>Bac Hà développe le tourisme d’immersion

Vàng A Binh a consenti de gros efforts dans la mise en place de nouveaux produits à partir du thé Shan Tuyêt. 


Ban Liên est une commune située à une trentaine de kilomètres à l’est du centre du district de Bac Hà, province de Lào Cai (Nord). Elle est célèbre depuis longtemps pour ses théiers centenaires qui poussent le plus naturellement possible sur les pentes abruptes des montagnes, souvent couvertes d’une brume épaisse, d’où leur nom de Shan Tuyêt qui signifie "montagne enneigée" en vietnamien.

Les feuilles sont récoltées à la main par des habitants locaux issus de minorités ethniques. Puis elles sont séchées à petit feu avant d’être mises en vente. Vàng A Binh, habitant de Ban Liên, a fait largement connaître le thé Shan Tuyêt de sa commune.

Avec son teint bistré, son beau sourire et ses yeux brillants, Vàng A Binh fait plus jeune que son âge de 28 ans. Il consacre beaucoup d’enthousiasme à la production de tubes de thé Shan Tuyêt. "J’ai étudié de près les expériences de fabrication de ce type de thé dans différentes localités au Vietnam. J’ai appliqué quelques méthodes appropriées afin de créer un produit original. Je souhaite qu’il accumule tout le goût du terroir, celui des montagnes et forêts, ainsi que les efforts des habitants de Ban Liên".

Allier économie et préservation

"Un tube de thé semble simple, mais il faut au moins six mois de travail et de nombreuses étapes". Après la cueillette des feuilles vient la phase de transformation du thé frais en thé séché. Suit ensuite l’étape spécifique à ce processus de fabrication : mettre le produit dans le tube. Le facteur qui déterminera l’odeur et le goût du thé, c’est le choix des bambous. "Les tubes sont fabriqués à base de bambous de la forêt. Il faut choisir de vieux pieds car cela permet d’avoir une bonne odeur".



Chaque tube de thé Shan Tuyêt de Vàng A Binh accumule tout le goût du terroir, celui des montagnes et forêts.


L’autre étape importante qui décide la qualité du thé en tube, c’est le processus de séchage des tubes au feu. Afin d’avoir un produit de haute qualité, Vàng A Binh a testé son thé d’une manière plus sophistiquée et plus minutieuse. "Les tubes de thé se réchauffent au feu mais il ne faut pas non plus les enflammer ! Il faut maintenir le feu à un niveau stable. Le thé tire alors sa saveur de l’intérieur du tube. C’est ce qui donne une bonne odeur quand vous le mettez dans l’eau chaude pour l’infusion".

Ces tubes sont conservés dans la cuisine pendant cinq mois afin que le thé sèche complètement et qu’il se mélange à la fumée du foyer. C’est le point le plus différent du thé de Ban Liên.

La méthode de transformation de Vàng A Binh apporte une valeur ajoutée plus importante pour cette variété de thé. A Binh participe également à la préservation de la culture locale.

"Lorsqu’on déguste une tasse de thé à la couleur dorée comme le miel, on peut ressentir la douceur du thé Shan Tuyêt, le parfum des montagnes et des forêts, et surtout le goût de la fumée typique de la cuisine, chaleureuse, parfumée que l’on ne retrouve dans aucun autre thé", confie Dào Phuong Loan, une touriste hanoïenne.

Le jeune entrepreneur a reçu le soutien du programme  "“Promouvoir l’égalité des sexes en améliorant l’efficacité économique dans la production agricole et le développement du tourisme" (Gender Responsive Equitable Agriculture and Tourism-GREAT), déployé dans les provinces de Lào Cai et Son La et financé par le ministère australien des Affaires étrangères et du Commerce, en partenariat avec le Centre de développement de l’économie rurale (CRED) pour la période 2019-2022.

Vàng A Binh s’inscrit aussi à des programmes touristiques où les visiteurs sont invités à participer au processus de fabrication de thé dans sa cuisine. Le jeune entrepreneur et ses idées créatives contribuent largement au développement d’activités touristiques communautaires, apportant une nouvelle physionomie à la localité.

 
Texte et photos : Phuong Mai/CVN
 

 

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Préserver les métiers traditionnels des minorités ethniques

Hô Chi Minh-Ville introduit la culture locale dans ses activités touristiques Ces derniers temps, Hô Chi Minh-Ville a introduit la culture locale dans ses activités touristiques et considère cela comme l'une des stratégies pour promouvoir le tourisme de la ville. De nombreux districts et arrondissements lancent constamment de nouveaux produits pour stimuler le marché du tourisme de la ville.