10/10/2021 12:00
Feu le Héros du Travail Tu Giây a jeté les premières bases de la science nutritionnelle vietnamienne. Il a été nommé, en 2009, parmi les 20 légendes vivantes de la nutrition mondiale. Revenons sur sa carrière à l’occasion du 100e anniversaire de sa naissance (10 octobre 1921).
>>Le temps du Vui sông (Vivre dans la joie)
>>La taille des Vietnamiens augmente grâce à une meilleure nutrition
>>Équilibrer son alimentation végétarienne

Le Professeur Tu Giây et sa femme en 2000.
Photo : QĐND/CVN
Tu Giây (1921-2009) est né dans une famille très pauvre dans un petit village en banlieue de Hanoï. Orphelin de père depuis tout petit, il a passé une enfance pénible. Malgré tout, il était un élève studieux et intelligent, obtenant toujours d’excellents résultats d’études. Après le bac, Tu Giây a réussi en 1943 le concours d’entrée à l’École de médecine de l’Indochine à Hanoï, connue pour une sélection rigoureuse, à l’entrée et ensuite à chaque année d’étude. Après la première année, Tu Giây faisait partie des 40 étudiants retenus parmi les 200 inscrits à  poursuivre en 2e année.

Alors que la Révolution d’Août 1945 éclata, le jeune homme décida de suspendre ses études pour se porter volontaire dans l’armée, commença alors sa contribution à la révolution, qui ne faillit pas jusqu’à la fin de la guerre contre les Américains.

Initiatives pour mieux nourrir les soldats

Tu Giây a occupé différents postes importants au sein des services de la santé militaire de l’Armée populaire vietnamienne. Pendant ces années-là, il a consacré beaucoup de ses recherches à l’étude sur l’hygiène et la nutrition, en particulier sur la question de l’amélioration des repas pour les soldats pendant la guerre. Ses initiatives ont apporté une contribution importante au développement du secteur des fournitures et de la nutrition de l’armée.

Ses travaux scientifiques les plus célèbres sont les recettes d’aliments secs de conserve N70 et N71 fabriqués sur la base du soja, le vade-mecum pour reconnaître les herbes sauvages comestibles, les sacs de riz flottants mis sur les rivières pour ravitailler les soldats, ou encore le modèle de production VAC (potager-étang-étable) dans les bases militaires. À ce propos, Tu Giây avait pour mission de trouver un moyen de ravitailler l’armée de la base militaire de Viêt Bac en viande et en légumes sans dépendre trop des fournisseurs locaux. Il fit aménager des potagers autour de chaque caserne, creuser un puit, un étang et une étable pour l’élevage de poissons, poulets et porcs.

Directeur de l’Institut national de la nutrition

Nommé au grade de Professeur en 1980, Tu Giây devint un an plus tard directeur de l’Institut national de la nutrition, relevant du ministère de la Santé. Alors âgé de 60 ans, sa voix compta beaucoup pour l’élaboration de stratégies nationales et l’organisation des séminaires internationaux de cette filière. Tu Giây a présidé de nombreux programmes de recherche importants au niveau de l’État sur l’enrichissement des repas des Vietnamiens.

Tu Giây a introduit au Vietnam la pyramide alimentaire, publiée pour la première fois en Suède en 1974.
Photo : CTV/CVN

Entre 1981 et 1990, grâce aux bases scientifiques convaincantes données par lui et ses collègues, le Programme alimentaire mondial des Nations unies (PAM) a décidé d’octroyer au Vietnam des aides urgentes dans le cadre des projets PAM 2651 et PAM 3844 sur l’alimentation complémentaire pour les mères et les enfants souffrant de malnutrition. Tu Giây a introduit au Vietnam la pyramide alimentaire (publiée pour la première fois en Suède en 1974), permettant aux Vietnamiens d’élaborer un régime équilibré.

En 1993, Tu Giây a été élu "Meilleur nutritionniste d’Asie" par le Journal de nutrition clinique de l’Asie-Pacifique (Asia Pacific Journal of Clinical Nutrition, APJCN). En 2000, pour toutes ses contributions, il s’est vu décerner le titre de Héros du Travail par l’État vietnamien. En mars 2008, lors de sa 35e session à Hanoï, le Comité permanent du système des Nations unies sur la nutrition (UNSCN) lui a remis un Prix du mérite (Awards of Merit), en reconnaissance de ses contributions exceptionnelles dans ce domaine.

Lors du 19e Congrès international de nutrition en octobre 2009 en Thaïlande, Tu Giây a été honoré comme l’une des 20 légendes vivantes de la nutrition mondiale (Living Legend in Nutrition). Mais Tu Giây n’était pas seulement un scientifique de renom, il était aussi journaliste. Tout jeune, il prit comme modèle le journaliste patriote Nguyên Van Vinh (1882-1936), et avec quelques camarades de lycée, il lança le bulletin Van (Littérature) qui fut suspendu après seulement quelques numéros en raison de son idéologie anti-française.

Pendant la Résistance contre les colonialistes français, on lui a demanda de prendre en charge le journal Vui Sông (Jouir de la vie) du Département de la médecine militaire. Publié pendant six ans, Vui Sông devint le premier journal de santé du pays et le plus lu de l’époque, avec un tirage allant jusqu’à 30.000 exemplaires pour chaque publication.

Tu Giây (2e à gauche) et ses trois fils en 1980.
Photo : QĐND/CVN  

Un père de famille exemplaire

Tu Giây fut aussi un bon père de famille, élevant ses trois fils sur des valeurs solides. Ce n’est donc pas un hasard si tous ses fils sont ensuite devenus des officiers réputés de l’armée. L’aîné Tu Dê, né en 1949, rejoignit l’armée de l’air à l’âge de 16 ans, pour devenir un excellent pilote de l’armée vietnamienne. Faisant partie de l’escadron Quyêt Thang (Victoire décisive), Tu Dê participa notamment au bombardement de la base aérienne de Tân Son Nhât, le 28 avril 1975. Il s’est vu décerner en 2015 par l’État le titre de Héros des forces armées populaires.

Son deuxième fils Tu Linh, né en 1952, choisit l’artillerie puis assuma le poste de directeur du Centre d’information scientifique militaire du ministère de la Défense. Quant au cadet Tu Ngu, il a suivi la voie de son père en devenant un médecin militaire. Il est actuellement vice-président et secrétaire général de l’Association vietnamienne de nutrition.

Parlant de son père, le Héros des forces armées populaires Tu Dê affirme avec fierté : "Ma famille vit selon son exemple, notamment sa volonté et sa passion pour les études, son dévouement pour le travail. Je vois en lui un homme polyvalent à quatre facettes : un nutritionniste de premier plan en Asie et au Vietnam, un hygiéniste militaire, un journaliste compétent, et un enseignant érudit".

Linh Thao/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le concours "Jeunes Reporters Francophones 2021" couronné de succès

Ouverture du Festival du tourisme de Hô Chi Minh-Ville 2021 Le 17e Festival du tourisme de Hô Chi Minh-Ville, organisé conjointement par le Service municipal du tourisme et l'Association municipale du tourisme, s’est ouvert dans la soirée du 4 décembre.