11/09/2021 06:08
Habile de ses mains, Kim Hông a su faire des mosaïques aux couleurs éclatantes à partir de petits morceaux de papier récupérés dans des journaux, magazines ou des affiches.

>>Des boucles d'oreilles en matériaux recyclés
>>Les vieux jeans renaissent en sacs à main
>>Insuffler une âme aux objets abandonnés
 

Kim Hông, créatrice des mosaïques aux couleurs vives à partir de petits morceaux de papier.


Originaire de Nghê An (Centre) et née en 1986 à Hanoï, Nguyên Thi Kim Hông est enseignante à l’École maternelle Montessori Hanoï. Elle a l’habitude de conserver des objets usagés pour les recycler. Elle découpe souvent les images qui lui plaisent dans de vieux journaux et magazines, puis les classe par thèmes tels animaux, fleurs ou encore feuilles, pour les utiliser lors de ses cours donnés aux petits.

Créativité au temps du coronavirus

Hông s’intéresse à la peinture dès l’enfance mais n’a jamais étudié ce domaine. "Aux premiers mois de l’année dernière, en raison de l’épidémie de COVID-19, j’ai eu beaucoup de temps libre. J’ai donc essayé de tirer le meilleur parti. de tous les livres et articles disponibles en faisant des tableaux aux couleurs vives. Je trouve que faire des images avec de petits morceaux de papier n’est pas très difficile parce que dès l’école primaire, tout le monde s’y est essayé".

 

Quelques-unes de ses œuvres.


En particulier, avec ses tableaux créés à partir de petits morceaux de papier, ce n’est pas la peine de suivre minutieusement chaque trait, de remplir chaque surface, même la plus petite, pas la peine non plus de mélanger les couleurs. On utilise seulement les couleurs et images disponibles dans les journaux et magazines...

La jeune femme consacre la plupart de son temps au découpage, puis elle classe les morceaux en fonction de la couleur, de l’image et par thèmes. Et, peu à peu, ses idées pour les tableaux prennent forme.

En déchirant un papier à pois blancs sur fond noir, Hông a pensé à l’image de la "queue de poule" et c’est ainsi qu’est né un tableau. Pour les autres parties de la poule et les poussins, elle a sélectionné, parmi les journaux et magazines disponibles chez elle, les couleurs appropriées. Ensuite, elle a récupéré les motifs qui l’intéressaient et a essayé plusieurs combinaisons jusqu’à obtenir la meilleure forme. Kim Hông fabrique ses tableaux entièrement à la main. Puis les petits morceaux de papier sont collés sur du carton.

Travailler avec minutie et patience

Ses outils pour leur confection ne lui ont coûté qu’environ 100.000 dôngs. Il lui a fallu une semaine pour réaliser ce tableau de la poule et de ses poussins. 
La fabrication de mosaïques en papier est assez complexe, exige une bonne dose de patience et d’ingéniosité dans l’assemblage des petits morceaux. N’ayant jamais étudié le dessin ni la peinture, façonner des visages humains avec des émotions reste pour elle la tâche la plus difficile.
 

Ses matières premières, des morceaux de papier.


Pour Kim Hông, la combinaison des couleurs est aussi très difficile et elle doit consacrer beaucoup de temps à cette étape. Par exemple, afin de créer la queue et les plumes du cou de la poule, elle a dû essayer des centaines de morceaux de papier de couleurs différentes.

Mme Hông n’utilise généralement qu’une petite quantité de colle et essaie de tester de nombreux petits patchs. Lorsqu’elle est satisfaite, elle fixe le tout en évitant de coller à plusieurs reprises, ce qui pourrait endommager la peinture. "Le collage a juste besoin d’être encadré et accroché dans un endroit frais, à l’abri de la lumière du soleil et de l’humidité”.

Actuellement, l’institutrice considère cet artisanat comme un loisir à part entière. Cependant, après avoir partagé ses œuvres sur les réseaux sociaux, de nombreuses personnes ont exprimé le désir d’en acheter.

Sa composition appelée Hi vong (Espoir) a été réalisée en octobre 2020. Elle a été vendue aux enchères pour un projet de construction de maisons flottantes et de soutien aux victimes des inondations dans sa province d’origine de Nghê An.
"Cet artisanat m’aide à exprimer ma créativité et ma passion intérieure. Chaque réalisation est une occasion de repousser mes limites et de surmonter un nouveau défi".

Texte et photos : Thu Huong/CVN





 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les œuvres en galets uniques d’une jeune Hanoïenne

Le Vietnam et le Cambodge coopèrent pour la reprise du tourisme international Le directeur général adjoint de l'Administration nationale du tourisme, Hà Van Siêu, a exprimé sa conviction que l'industrie touristique vietnamienne et cambodgienne surmonterait bientôt les difficultés causées par la pandémie et rétablirait rapidement les activités touristiques nationales et internationales.