Pour une croissance partagée dans l’espace francophone

Placé sous le thème “Pour une croissance partagée dans l’espace francophone”, le Forum économique francophone (FEF) s’est tenu les 20 et 21 novembre à Djerba, Tunisie, en marge du XVIIIe Sommet de la Francophonie.

>> Le Vietnam a beaucoup de potentiels pour renforcer la coopération numérique francophone

>> XVIIIe Sommet de la Francophonie : renforcer la connectivité pour avoir un meilleur avenir

>> Clôture du XVIIIe Sommet de la Francophonie qui ouvre la connectivité pour la réforme

L’événement était organisé conjointement par l’Agence de promotion de l’investissement extérieur en Tunisie (FIPA-Tunisia), en partenariat avec l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (UTICA) et la Chambre de commerce et d’industrie de Tunis (CCIT).

Délégués au Forum économique francophone.

Cet manifestation d’envergure internationale avait pour objectif d’offrir aux acteurs économiques (hommes d’affaires, entreprises, institutions, porteurs d’idées de projets, experts et décideurs…), représentants de la Tunisie et de plus de 80 pays membres permanents, associés ou observateurs de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), un cadre d’échange permettant de renforcer le dialogue et d’identifier de nouvelles opportunités de coopération et de partenariat entre les pays dans l’espace francophone, et ce dans de nombreux domaines les plus importants étant l’investissement et la numérisation. Des représentants du ministère vietnamien du Commerce et de la Chambre de commerce et d’industrie du Vietnam (VCCI) y ont participé.

Réponses aux aspirations des populations

Depuis Dakar 2014, date de lancement de la première édition, le FEF s’est imposé comme une composante importante de l’action économique de l’OIF. Le document “Stratégie économique pour la Francophonie (SEF)”, adopté pour la période 2020-2025, définit les problématiques et les objectifs majeurs recherchés à travers une action de développement économique impliquant les différentes parties prenantes de l’espace francophone.

Ainsi “la prospérité partagée et durable”, qui place “l’épanouissement de l’individu au cœur du procès” du développement économique durable, ressort comme étant le cap ultime de la vision développée par le document SEF, dans la mesure où une prospérité partagée est porteuse de réponses aux aspirations des populations, particulièrement les jeunes et les femmes et constitue en outre une source d’épanouissement des acteurs cibles.

Intervenants lors de l'événement.

C’est avec cette visée stratégique que la Tunisie a organisé le “FEF Djerba 2022”, à l’occasion du XVIIIe Sommet de la Francophonie.

Après la cérémonie inaugurale présidée par le président de la République tunisienne Kaïs SAÏED et Louise Mushikiwabo, secrétaire générale de la Francophonie, les experts, représentants d’institutions internationales et officiels ont débattu des thématiques clés relatives au développement économique dans l’espace francophone en vue d’une relance en crescendo.

Parmi les thèmes citons l’intégration des chaînes de valeurs et la densification des échanges dans l’espace francophone ; les financements de l’entreprise privée francophone : vecteur de croissance partagée, de création d’emplois et d’innovation ; l’entrepreneuriat des jeunes et des femmes dans l’Espace Francophone à l’ère de la transition numérique.

L’événement a été marqué par des séances de réseautage entre hommes d’affaires des plus de 50 pays présents. La cérémonie de clôture a été marquée par une séries de recommandations et la remise des “PRIX FEF Djerba 2022”.

Le Vietnam, un acteur commercial actif

Participant au FEF 2022, Lan Anh, secrétaire de la VCCI avait qualifié ces questions de “brûlantes et vraiment importantes dans le contexte actuel d’une économie mondiale connaissant de nombreux bouleversements”. Les gouvernements et les entreprises des pays francophones ont besoin de renforcer davantage leur coopération, de fixer des objectifs à court et à long termes pour maximiser leur rôle dans le nouveau contexte.

Jusqu’à présent, le Vietnam a établi des échanges commerciaux avec 44 des 54 pays membres officiels de l’OIF, dont 29 pays africains. En 2021, grâce à des mesures efficaces pour contrôler la pandémie et relancer les économies, le chiffre d’affaires d’import-export entre le Vietnam et les pays francophones a atteint 33 milliards d'USD, en hausse de 36,5%, dont plus de 20 milliards d'USD d’exportations du Vietnam.

Du 1er janvier à fin août 2022, les échanges commerciaux entre le Vietnam et les pays francophones ont atteint 24 milliards d'USD, dont plus de 16 milliards d'USD d’exportations du Vietnam.

Certains de principaux partenaires du Vietnam dans cette région sont la Côte d’Ivoire, l’Égypte, la République démocratique du Congo. Les exportations du Vietnam vers ces marchés comprennent produits agricoles (riz, poivre, café, légumes), produits aquatiques, appareils électriques, textiles et chaussures, fer et acier... En ce qui concerne les importations, il s’agit de produits agricoles bruts (noix de cajou, coton), de bois, de caoutchouc, de minéraux…

“Le marché des pays francophones, en particulier en Afrique, est vraiment prometteur. Du point de vue de VCCI, nous continuerons d’encourager le commerce et d’investissement avec les pays francophones, de renforcer la fourniture d’informations et de favoriser davantage la connectivité entre entreprises vietnamiennes et africaines”, s’est-elle engagée

Concernant la situation des investissements, Hoàng Duc Nhuân, Conseiller commercial du Vietnam sur le marché africain, a indiqué que la coopération en matière d’investissement entre les pays africains, francophones en particulier, était encore limitée. Le Vietnam a investi plus de 3 milliards d’USD en Afrique, principalement dans les domaines de l’exploration et de la production de pétrole et de gaz en Algérie, ou dans les télécommunications de Viettel en Tanzanie et au Mozambique.

Il existe également un certain nombre d’entreprises privées qui investissent en Côte d’Ivoire dans la transformation de la noix de cajou.

Rencontre entre des partenaires dans le cadre du Forum économique francophone.

“Les partenaires, notamment les pays africains francophones, sont très désireux d’attirer les investissements étrangers, dont le Vietnam, notamment dans le domaine de l’agriculture et de la transformation des produits agricoles. Dans le temps à venir, le gouvernement édifiera également des programmes et des plans pour faciliter l’appel aux investissements, promulguer de nouvelles lois sur les investissements avec de nombreuses politiques prioritaires dans les domaines de l’exploration des mines ou de l’industrie de transformation des produits agricoles”, a précisé M. Nhuân.

Le président de la Chambre de commerce et d’industrie du Nord-Est de la Tunisie, Chérif Lachenani, a reconnu que le Vietnam et la Tunisie étaient des pays éloignés géographiquement mais, d’après lui, il existe un lien qui les aide à se rapprocher, c’est la langue française. “Notre souhait, c’est qu’entre la Tunisie et le Vietnam, il y ait plus de contacts. Nous souhaiterions que l’ambassade du Vietnam à Alger ouvre un bureau de représentation commerciale en Tunisie pour rapprocher les hommes d’affaires. Le marché actuel est ouvert. Les frontières et les transports, la monnaie ou le règlement…, ne sont pas tous forcément des obstacles. Si on arrive à discuter ensemble, on peut les régler et se rapprocher, créant ainsi un espace économique francophone”, a-t-il proposé.

Forum économique francophone.

Dans le cadre du FEF, les entreprises participantes ont exprimé leur souhait de voir l’OIF promouvoir la connectivité et le partage de la croissance afin que les pays membres puissent rapidement se redresser et se développer de manière durable. Un développement économique vert, inclusif et basé sur l’innovation et la créativité constituent leurs objectifs. En outre, l’OIF doit également s’attacher à promouvoir la mise en œuvre de la Stratégie économique de la Francophonie pour la période 2021-2025 et de la Stratégie de coopération numérique 2022-2026.

Avec 88 membres et observateurs, représentant près de 20% des échanges commerciaux et 16% du PIB mondial, on espère que la coopération économique entre le Vietnam et les pays francophones continuera de se développer.

Texte et photos : Thu Hà NGUYEN/CVN

back to top