Pétrole : le Brent à plus de 120 USD

Les prix du pétrole glissaient lundi 13 juin, lestés par les craintes de récession économique et l'inflation galopante dans les pays grands consommateurs de brut comme les États-Unis, alors qu'en Chine, la possibilité de nouveaux confinements dans les plus grandes villes inquiète.

>>Le bénéfice de Saudi Aramco bondit au 1er trimestre dopé par les prix du pétrole

>>L'OPEP revoit à la baisse ses prévisions sur la croissance mondiale et la demande de pétrole

Une raffinerie en Slovaquie, le 19 mai.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août perdait 1,11% à 120,66 USD.

Le baril de West Texas Intermediate (WTI) américain pour livraison en juillet fléchissait de 1,17% à 119,26 USD.

La capitale chinoise, Pékin, a lancé lundi 13 juin un énième dépistage général dans le district le plus peuplé du centre-ville, après un regain épidémique qui a entraîné le retour de restrictions anti-COVID-19.

"L'espoir d'un retour rapide et complet à la normale de la demande de pétrole après la levée des mesures de confinement en Chine, deuxième consommateur mondial de pétrole, s'est donc avéré prématuré", ont commenté des analystes.

Les analystes ont pointé également un autre facteur qui pèse sur les prix : les nouvelles craintes de récession "après que le taux d'inflation aux États-Unis se soit avéré nettement plus élevé que prévu".


APS/VNA/CVN