Ouverture de la Semaine des sciences et technologies VinFuture

La Semaine des sciences et technologies VinFuture s’est ouverte le 17 décembre à Hanoï par un échange avec le jury et le Comité de présélection.

>> VinFuture, "un prix porteur d'espoir

>> Sciences : le palmarès du Prix VinFuture dévoilé

>> Première : le Prix VinFuture pour un avenir meilleur

Échange avec le jury et le Comité de présélection du Prix VinFuture, le 17 décembre à Hanoï.

Fort du succès de la première édition du Prix VinFuture, le Fonds à but non lucratif du même nom fondé par le président de Vingroup, Pham Nhât Vuong, et son épouse Pham Thi Thu Huong, a lancé la deuxième édition placée sous le thème “Renaissance et Reconstruction”.

L’objectif est d’honorer des ouvrages scientifiques et technologiques exceptionnels qui ont un impact positif pendant et après la pandémie de COVID-19, contribuant à améliorer la vie de millions de personnes sur la planète.

Le point d’orgue de cette saison 2022 est la Semaine des sciences et technologies VinFuture avec cinq principales activités : échange avec le jury et le Comité de présélection, discussion “Innover aujourd’hui, créer demain”, symposium “La science pour la vie”, cérémonie de remise du Prix VinFuture et échange avec les lauréats.

Des centaines de scientifiques, décideurs politiques et hommes d’affaires des six continents se sont rendus au Vietnam pour participer aux activités de cet événement.

L’échange avec le jury et le Comité de présélection s’est déroulé autour de trois sessions de discussion : mondialisation dans les sciences et technologies ; parcours des femmes scientifiques : succès et défis ; opportunités des scientifiques des pays en développement.

Les membres du jury et du Comité de présélection ont raconté les histoires inspirantes sur la passion des scientifiques, leurs réalisations et sacrifices consenties tout au long de leur parcours.

Ressources nationales

Le Pr. français Gérard Albert Mourou (à droite), prix Nobel de physique 2018, lors de l'échange avec le jury et le Comité de présélection du Prix VinFuture, le 17 décembre à Hanoï.

“Il faut considérer les connaissances et l’intelligence comme une ressource importante de chaque pays et savoir en faire bon usage”, a souligné le Pr. français Gérard Albert Mourou, lauréat du prix Nobel de physique 2018 également l’un des membres du jury.

Selon lui, les scientifiques, les grands intellectuels, sont la clé pour se développer et résoudre les problèmes de la mondialisation.

Le Pr. Gérard Albert Mourou a déclaré que, quel que soit le pays ou le territoire, “nous vivons et travaillons tous dans un village planétaire où l’énergie et la technologie sont des facteurs de développement importants”. Il y a plus de 50 ans, le premier laser optique est né. Depuis, il a permis aux scientifiques de créer des sources d’énergie illimitées, plus grandes que le nucléaire. Aujourd’hui, bien qu’elle soit prometteuse, la technologie laser a besoin d’être étudiée plus à fond.

La recherche scientifique ne cesse de s’améliorer et de se développer, il faut toujours essayer, faire beaucoup d’efforts.

Femmes scientifiques : succès et défis

La Pr. Jennifer Tour Chayes de l’Université de Californie à Berkeley.

“Rêvez grand et saisissez les opportunités”, “Soyez vous-même, pas les autres”... tels sont les messages du jury du Prix VinFuture.

Parlant de sa propre expérience, la Pr. Monica Alonso Cotta de l’Université Campinas du Brésil a dévoilé que seulement 10% des professeurs de physique sont des femmes. Par conséquent, “il n’y a pas beaucoup d’exemples pour encourager les femmes à poursuivre la physique”, a-t-elle estimé.

“Nous sommes souvent coincés dans les stéréotypes de genre. Par exemple, les filles n’ont pas le droit de faire ceci et cela. Nous devons être conscients des stéréotypes de genre qui nous entourent et ne pas nous laissez affecter”, a-t-elle souligné.

La Pr. Nguyên Thuc Quyên, coprésidente du Comité de présélection du Prix VinFuture.

“N’importe où vous travaillez, vous devez surmonter la discrimination. Il est important d’être toujours dignes, quel que soit l’environnement dans lequel nous travaillons”, a insisté la Pr. Jennifer Tour Chayes de l’Université de Californie à Berkeley.

Pour la Pr. Nguyên Thuc Quyên de l’Université de Californie, coprésidente du Comète de présélection du Prix VinFuture, il vaut viser grand et savoir saisir les opportunités. “Ayez une attitude positive. Plus les gens essaient de vous rabaisser, plus vous devez être motivées. Il n’y a aucune règle qui dit que vous devez réussir seule, alors consultez la communauté et demandez de l’aide quand vous en avez besoin”, a-t-elle conclu.

Le Pr. Dan Kammen, ancien émissaire scientifique du Département d’État américain, l’un des plus grands experts mondiaux dans le domaine de l’énergie.

Le Pr. Dan Kammen de l’Université de Californie, à Berkeley, ancien émissaire scientifique du Département d’État américain, l’un des plus grands experts mondiaux dans le domaine de l’énergie, a reconnu qu’auparavant, beaucoup de gens pensaient que la recherche scientifique était un travail très dur dévolu aux hommes. Aujourd’hui, cette affirmation n’est plus vraiment vraie car dans les laboratoires, il y a beaucoup de femmes, dont les recherches sont hautement applicables et peuvent résoudre certains des problèmes les plus brûlants auxquels l’humanité est confrontée.

Inutile de dire que dans son laboratoire, il se sent extrêmement fier de la présence de nombreuses femmes professeurs venues d’Afrique ou d’Asie du Sud-Est.

Daniel Kammen a fait remarquer que le taux de femmes vietnamiennes travaillant dans les laboratoires est plus élevé qu’aux États-Unis. “C’est un fait remarquable dont mon pays devrait s’inspirer”, a-t-il confié.

Texte et photos : Phuong Nga/CVN

back to top