30/11/2021 20:01
Le Japon a confirmé mardi 30 novembre son premier cas du variant Omicron du coronavirus chez un homme revenu de Namibie, au lendemain de l'annonce par les autorités de nouvelles restrictions aux frontières.
 
Les gens portent des masques pour prévenir l'épidémie de COVID-19 en marchant dans une rue de Tokyo, au Japon, le 28 septembre.
 
Photo : Kyodo/VNA/CVN


"Concernant le voyageur revenant de Namibie, il a été confirmé qu'il s'agissait d'un cas d'Omicron après analyse à l'Institut national des maladies infectieuses", a déclaré aux journalistes le porte-parole du gouvernement, Hirokazu Matsuno. "Il s'agit du premier cas d'Omicron confirmé au Japon", a-t-il ajouté, précisant que le voyageur infecté - un homme âgé de 30 à 40 ans - est actuellement en isolement dans un établissement médical.

L'annonce intervient au lendemain du renforcement par le Japon de ses restrictions frontalières, interdisant l'accès à tous les nouveaux arrivants étrangers, quelques semaines seulement après avoir assoupli ses mesures pour permettre l'entrée de certains étudiants et voyageurs d'affaires sous certaines conditions.

Les nouvelles règles stipulent que seuls les citoyens japonais et les résidents étrangers actuels peuvent entrer au Japon, avec peu d'exemptions, et exigent des quarantaines à l'hôtel allant de trois à dix jours pour ceux qui viennent de régions où des cas d'Omicron sont connus.

Le Japon a été relativement épargné par la pandémie, avec quelque 18.350 morts depuis début 2020. Il a également évité des mesures strictes de confinement, comme cela a été le cas dans d'autres pays. Après un démarrage lent, son programme de vaccination s'est accéléré et près de 77% de la population est entièrement vaccinée.

APS/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les "patients" particuliers de l'enseignante de 89 ans

Buôn Ma Thuôt, une ville écologique, moderne et riche en identité culturelle  Après la guerre, Buôn Ma Thuôt était un véritable champ de ruines. Mais en quelques décennies, la ville a réussi à renaître de ses cendres et développer son urbanisation. La verdure qui est omniprésente sur place apporte une véritable plus-value au bien-être des habitants.