OIT : le Vietnam fait de grands efforts pour limiter les impacts du COVID-19

Lors d’une interview accordée à l’Agence Vietnamienne d’Information à l’occasion du Nouvel An 2023, la directrice du Bureau de l’Organisation internationale du travail (OIT) au Vietnam, Ingrid Christensen, a estimé que le gouvernement vietnamien, sur la base des ressources nationales et de la conjoncture à ce moment-là, avait fait de grands efforts pour limiter les impacts de la pandémie de COVID-19.

>> Le Vietnam protège et promeut toujours activement les droits de l'homme

>> Hô Chi Minh-Ville prépare des mesures de prévention du COVID-19 pendant le Têt

Avec sa politique axée sur l’homme et sa volonté de ne laisser personne pour compte, dès le déclenchement du COVID-19 sur son sol, parallèlement à la mise en œuvre de mesures d’urgence, le gouvernement vietnamien a continuellement lancé des directives rigoureuses pour aider les travailleurs à surmonter les difficultés et stabiliser leur vie, et a préparé des mesures de bien-être social avec une large couverture jamais connue dans le passé.

La directrice du Bureau de l’Organisation internationale du travail au Vietnam, Ingrid Christensen.
Photo: OIT/CVN

La directrice du Bureau de l’Organisation internationale du travail au Vietnam, Ingrid Christensen, a déclaré savoir qu’après avoir consulté la Confédération générale du travail du Vietnam (VGCL), la Chambre de Commerce et d’Industrie du Vietnam (VCCI) et l’Alliance des coopératives du Vietnam (VCA), le gouvernement vietnamien avait lancé plusieurs paquets de mesures de soutien à travers différentes politiques en matière d’impôts, de capitaux, de crédit et de bien-être social pour maintenir les emplois et assister les entreprises et les travailleurs.

Ingrid Christensen a déclaré apprécier les assistances du gouvernement vietnamien à travers les paquets de mesures de soutien tels que les ajustements d'impôts en faveur des entreprises qui leur avaient permis de poursuivre leurs activités et de maintenir des emplois pendant la période difficile.

Selon le ministère du Travail, des Invalides et des Affaires sociales, le marché vietnamien de l’emploi a connu une grande avancée tant en matière de nombre que de qualité. En effet, la main-d’œuvre vietnamienne a continué d’augmenter pour atteindre plus de 51,6 millions de personnes. Sa qualité a également continué de s’améliorer, le taux de travailleurs formés progressant d’année en année.

Cependant, le « choc » apporté par la pandémie de COVID-19 a révélé des faiblesses telles que la pénurie de main-d’œuvre sectorielle… Cela exige que le marché de l’emploi renforce sa résilience pour un développement durable.

Selon la directrice du Bureau de l’OIT au Vietnam, avec ses efforts de protection de sa population face au COVID-19 et de promotion de l’importance des questions sociales après la pandémie, le Vietnam est en bonne reprise. Toutefois, vu des crises éventuelles dans les temps à venir, les défis économiques et ceux liés au marché de l’emploi pourraient toujours constituer des problèmes nécessitant l’attention.

Ingrid Christensen a suggéré au Vietnam d’accélérer le développement social et événement pour atteindre ses objectifs de devenir d’ici 2030 un pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure et un pays développé à revenu élevé d’ici 2045.

Elle a insisté sur la nécessité de consolider les fondements macroéconomiques et de maintenir des investissements complets et réguliers dans la protection sociale pour que le Vietnam surmonte les défis et maintienne un développement inclusif et durable.

S’agissant des efforts de formation professionnelle en faveur des travailleurs ruraux au Vietnam dans le but de créer de nouveaux emplois et d’augmenter les revenus des travailleurs, Ingrid Christensen a cité des statistiques de la Direction de l'enseignement et de la formation professionnels (DVET – Directorate of Vocational Education and Training), selon lesquelles 4,57 millions de travailleurs ruraux avaient reçu des assistances pour la formation professionnelle, dont près de 4 millions avaient trouvé un emploi après la formation, soit un taux moyen de 89,3% pour la période 2016-2020.

Selon la spécialiste, cette information promet que la DVET aurait des investissements supplémentaires dans la formation professionnelle pour les travailleurs ruraux. En outre, l’amélioration des compétences professionnelles des travailleurs doit être un facteur clé dans les stratégies de développement à long terme des entreprises. Les travailleurs, eux, devraient poursuivre les principes de l'apprentissage tout au long de la vie pour enrichir leurs connaissances, améliorer leur savoir-faire et augmenter leurs expériences.

Ingrid Christensen a enfin affirmé l’engagement de l’OIT à continuer à travailler avec la DVET pour soutenir le développement de ces compétences importantes et l’amélioration des compétences des travailleurs ruraux à travers des projets de coopération au développement.

VNA/CVN

back to top