Nouvelle grève des trains au Royaume-Uni sur fond de grogne croissante

Une nouvelle grève dans les chemins de fer britanniques mardi 13 décembre annonce d'importantes perturbations, dans un Royaume-Uni confronté, à l'approche des fêtes, à des mouvements sociaux historiques face à la crise du coût de la vie.

>> Accord entre Londres et Bruxelles possible avant la fin de l'année, selon Dublin

>> Grèves en série au Royaume-Uni, le métro londonien paralysé

>> Royaume-Uni : Londres annonce des réformes financières post-Brexit

Dans le métro de Londres, le 10 novembre.
Photo : AFP/VNA/CVN

Selon le syndicat RMT, 40.000 de ses membres qui travaillent sur le réseau ferré Network Rail et 14 compagnies de train se joindront au mouvement, prévu mardi 13 décembre et mercredi, vendredi et samedi, ainsi que quatre jours en janvier.

Des agents de sécurité d'Eurostar aux agents de la police aux frontières qui contrôlent les passeports dans les aéroports - contraignant le gouvernement à prévoir de déployer des militaires pour effectuer les contrôles - les transports sont particulièrement concernés par les mouvements sociaux en cette fin d'année.

Le secteur de la santé, où les infirmières observeront jeudi et le 20 décembre une grève inédite, rejoints par les ambulanciers, est également très touché. Plusieurs secteurs de l'administration sont également affectés.

Le secteur privé n'est pas épargné, le syndicat Unite faisant planer la menace d'une grève chez le brasseur Greene King et d'une pénurie de bière pour les fêtes.

Au coeur de toutes ces revendications, l'inflation, qui atteint plus de 11%, alimentée par les prix de l'énergie notamment sous l'effet de l'invasion russe de l'Ukraine.

À la veille du mouvement sur le rail britannique, alors que la neige est déjà venue perturber les transports dimanche et lundi, le syndicat RMT a refusé les dernières propositions de la direction du réseau ferré Network Rail.

"Nouvelles lois dures" 

"Le gouvernement refuse de lever le petit doigt pour empêcher ces grèves et il est clair qu'ils veulent rendre illégaux les mouvements de grève efficaces", a déclaré le secrétaire général du RMT, Mick Lynch.

Le Premier ministre conservateur Rishi Sunak a promis mercredi de mettre en place de "nouvelles lois dures" pour lutter contre les conséquences des grèves.

À l'issue d'une réunion gouvernementale de crise lundi, consacrée à la fois aux perturbations dues à la météo et aux conflits sociaux, le ministre d'État Oliver Dowden a appelé les syndicats à "annuler" les grèves et à négocier avec les employeurs.

Pendant le mouvement, certains trains circuleront entre 7h30 et 18h30, mais le trafic sera nul dans certaines régions du pays, notamment dans la majeure partie de l'Écosse et du Pays de Galles.

Le Rail Delivery Group, qui rassemble les compagnies ferroviaires, avait récemment annoncé que seulement environ 20% des trains seraient en circulation, exhortant les usagers à prévoir leurs trajets à l'avance et à ne voyager qu'en cas d'absolue nécessité.

Son président Steve Montgomerry a regretté le refus de la direction du RMT de soumettre sa proposition d'une augmentation de salaire de 8% au vote des membres du syndicat, se disant "ouvert à la discussion".

AFP/VNA/CVN

back to top