Mondial : liesse en France après la victoire des Bleus

Sur les Champs-Élysées à Paris, à Bordeaux, à Lyon ou encore à Marseille, la qualification des Bleus pour la finale du Mondial-2022 a été célébrée mercredi soir 14 décembre tard par des milliers de supporters dans une ambiance largement bon enfant, avec cependant, en marge, des incidents et interpellations et un accident mortel.

>> Mondial-2022 : France - Maroc, une demi-finale pour l'histoire

>> Mondial : la France et Mbappé retrouveront l'Argentine et Messi en finale

Un supporter français tient un fumigène après la victoire de la France contre le Maroc en demi-finale du Mondial-2022 de football, le 14 décembre sur les Champs-Élysées.
Photo : AFP/VNA/CVN

"On est en finale, on est en finale !". Malgré le froid vif, dès avant la fin du match, des centaines de supporters s'étaient réunis spontanément sur les Champs-Élysées, sillonnés de voitures faisant retentir leur klaxon et de scooters tournant autour de l'Arc de Triomphe, en agitant le drapeau bleu blanc rouge.

"C'est la fête, on a gagné, on est en finale. Pour moi, on gagne sans aucun doute (dimanche prochain, NDLR), c'est à nous cette étoile, je voulais vivre ça sur les +Champs+", a déclaré à l'AFP Anna Issa, 18 ans, venue de La Réunion à Paris "faute d'aller au Qatar".

"Je suis très content de retrouver la finale, c'est la deuxième fois en quatre ans (après 2018)", a renchéri Sylvain Badin, 24 ans. "Quel plaisir de retrouver l'Argentine (en finale)", a-t-il ajouté, tout à sa "joie", avant de ranger son drapeau français pour tenter de retrouver un ami dans la foule.

"Ça ne reste que du foot"

Plus tôt durant le match, quelques dizaines de supporters marocains s'étaient rassemblés sur l'avenue, le drapeau rouge étoilé de leur pays sur le dos, pour suivre la rencontre sur leurs téléphones portables.

"On a perdu, mais ça ne reste que du foot. On a fait l'histoire en allant en demi-finale (...) On est fiers de notre pays et contents pour la France", a insisté Kamal Seddiki, étudiant marocain de 22 ans.

Quand la France a doublé la mise par Randal Kolo Muani (79e), le but a été salué par un car de CRS qui a déclenché sa sirène.

Quelque 10.000 policiers et gendarmes étaient mobilisés en France pour encadrer les supporters des deux équipes - dont 5.000 à Paris et en région parisienne.

Selon une source policière, un groupe de 40 personnes proches de l'ultradroite, qui s'apprêtaient à rejoindre les Champs-Élysées à Paris à l'issue de la demi-finale, a été interpellé lors d'un contrôle dans le XVIIe arrondissement.

Les forces de l'ordre massivement déployées sur l'axe bondé et alentour ont encadré les célébrations émaillées de petits heurts, répondant à des jets de projectiles par des charges et tirs de gaz lacrymogènes.

Au total, 115 interpellations ont eu lieu dans l'agglomération parisienne dont 101 à Paris, a indiqué la préfecture de police, peu avant 01h00 jeudi 15 dé.

Interpellations à Avignon ou Lyon

À Bordeaux, la place de la Victoire s'était noircie de monde dès le coup de sifflet final. Selon la préfecture, 2.500 personnes s'y trouvaient vers 22h30, sans débordement apparent.

Une supportrice de la France célèbre la victoire contre le Maroc en demi-finale du Mondial-2022 de football, le 14 décembre à Paris.
Photo : AFP/VNA/CVN

"On est contents pour la France", a assuré Hossam Boutalah, un étudiant de 20 ans, ayant endossé le drapeau marocain. "On est des frères, après tout, on est ensemble", a-t-il dit, même si "le Maroc a bien joué et aurait mérité de mettre un but".

À Marseille, 3.000 personnes étaient présentes sur le Vieux-Port, sans aucun incident notable, et plusieurs milliers de supporters réunis dans le centre de Nice.

Le préfet de l'Hérault a annoncé à Montpellier la mort d'un jeune garçon, "violemment percuté par un chauffard à la suite du match" et "décédé peu après sa prise en charge médicale".

La ville de Lyon a été le théâtre de scènes de liesse et de concerts de klaxon. Mais, peu après la fin du match, "un groupe de jeunes d'extrême droite s'est rapproché des supporters rassemblés sur la place Bellecour. Il y a eu une rixe et la police est rapidement intervenue pour repousser le groupe et le suivre", selon une source préfectorale. La préfecture a fait état de sept interpellations au total dont deux parmi les militants d’ultradroite.

À Annecy, une interpellation a eu lieu après des jets de projectiles sur les forces de l’ordre et un homme a été évacué à l’hôpital, blessé lors d’une rixe, selon la préfecture de Haute-Savoie.

Des interpellations ont été signalées également à Avignon : 14 dont huit pour tirs de mortier, selon un bilan de la police transmis à l’AFP.

Aucun incident n'a en revanche été répertorié à Strasbourg, mais un rassemblement place Kléber, au pied de l’emblématique arbre de Noël où des supporters, sous la neige, ont entonné la Marseillaise.

AFP/VNA/CVN

back to top