Tennis
Masters ATP : Nadal encore éliminé, Ruud encore en demies

Sans être une surprise, c'est quand même une désillusion : Rafael Nadal, à court de compétition depuis juillet, a encaissé mardi 15 novembre une deuxième défaite en autant de matches aux Masters de Turin qu'il quitte prématurément en laissant son compatriote Carlos Alcaraz sur le siège de N°1 mondial.

>> Masters ATP : Nadal et Tsitsipas pour le trône, Djokovic pour le record

Casper Ruud après avoir battu Taylor Fritz aux Masters de tennis le 15 novembre 2022 à Turin
Photo : AFP/VNA/CVN

De son côté, le Norvégien Casper Ruud (4e mondial) s'est qualifié pour les demi-finales, comme l'an dernier, en battant en soirée Taylor Fritz (9e) 6-3, 4-6, 7-6 (8/6). L'Américain affrontera jeudi 17 novembre le Canadien Félix Auger-Aliassime (6e) avec en jeu le deuxième ticket pour les demies du groupe Vert.

Les tournois en salle de fin de saison n'ont jamais réussi à Nadal et les Masters qui réunissent chaque année les huit meilleurs joueurs de la saison resteront vraisemblablement le seul gros trou de son immense palmarès.

Dix-huit éditions se sont jouées depuis 2005, année où il aurait pu y participer pour la première fois. Mais cette année-là, comme en 2008, 2012, 2014, 2016 et 2018, il a renoncé sur blessures. Sinon, il a perdu deux finales (2010 et 2013), atteint quatre fois les demi-finales et à cinq reprises, il n'est pas parvenu à s'extraire des poules. En 2021, il n'était pas qualifié.

Après avoir perdu en deux sets contre Fritz dimanche 13 novembre, l'Espagnol de 36 ans (2e) a de nouveau été battu sans parvenir à prendre le moindre set à Auger-Aliassime. Si bien qu'en remportant en soirée le premier set de son match contre Fritz, Ruud a scellé l'élimination de Nadal.

Du coup, Alcaraz (forfait sur blessure avant le début des Masters), qui était devenu à 19 ans le plus jeune N°1 mondial depuis que le classement ATP existe (1973), devient également le plus jeune N°1 en fin d'année. Et le premier, hors Big 4 (Federer, Nadal, Djokovic, Murray) à finir la saison sur le trône depuis Andy Roddick en 2003.

Si la défaite contre Fritz lui avait laissé un goût amer, le ressenti de Nadal n'était pas aussi négatif après celle concédée face à Auger-Aliassime.

"De manière générale, c'était mieux que l'autre jour, a-t-il estimé. Mais je n'ai pas su saisir une seule des occasions que j'ai eues".

Là où le Rafa des grands jours est impitoyable, celui de cette fin de saison est friable. Mardi, le joueur aux 22 titres du Grand Chelem n'a pas su concrétiser ses occasions, élever son niveau sur les points clés.

Il n'a remporté aucune des cinq balles de break qu'il s'est procurées et n'en a sauvé que deux sur les quatre concédées à son adversaire.

En difficulté avec sa première balle de service, Auger-Aliassime s'est rapidement retrouvé sous pression dans la première manche: il a dû sauver deux balles de break dès le premier jeu et deux autres à 3-3.

"Jeu horrible"

Mais à chaque fois il s'en est sorti et c'est l'Espagnol qui a craqué dans le huitième jeu. Alors qu'il menait 40/0 et semblait devoir facilement égaliser à 4-4, Nadal n'a pas su conclure et a concédé le premier break de la partie. son adversaire canadien a aisément bouclé le premier set ensuite sur son jeu de service.

"Ce jeu à 4-3 a été horrible. Ensuite, je me suis battu jusqu'au bout, mais quand les choses vont dans ce sens, il n'est pas évident de changer la dynamique ni le résultat", a regretté Nadal avant de résumer : "Mon adversaire a mieux joué les points clés".

Auger-Aliassime s'impose pour la première fois face à l'Espagnol en trois rencontres, dont les huitièmes de finale à Roland-Garros, où il avait poussé le tenant de 14 titres sur la terre battue parisienne à un cinquième set.

Le Canadien a assuré n'avoir reçu "aucun secret" sur Nadal de la part de son oncle et entraîneur historique Toni, qui fait désormais partie de son staff à lui.

En revanche, depuis Roland-Garros il a "beaucoup amélioré (son) revers et (son) retour de service" qui, combinés à un service et un coup droit "toujours d'un très haut niveau", ont fait merveille sur la surface rapide du Pala Alpitour de Turin.

Nadal enregistre par ailleurs une quatrième défaite d'affilée (après celles en huitièmes de finale à l'US Open et dès son entrée en lice à Paris, ainsi qu'à Turin), ce qui ne lui était plus arrivé depuis novembre 2009.

AFP/VNA/CVN

back to top