Lutte contre la pêche INN

À la Une du numéro 44, le bleu dominait nettement. Le ciel était bleu, la mer aussi, ainsi que de nombreux bateaux de pêcheurs. Le NT90850TS semblait diriger la manœuvre pour un départ en haute mer afin de ramener des fruits de mer.

>> Pour une pêche durable et responsable

>> Quang Ninh résolue à éradiquer la pêche illégale

>> Pêche illicite : efforts redoublés pour lever le “carton jaune”

Le numéro 44 parlait clairement de la lutte contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée avec un titre limpide et bleu : Pêche illicite : Le Vietnam durcit les mesures et un titre intérieur Pour une pêche durable et responsable.

En effet, dans ce dossier de sept pages, on apprenait que "le Vietnam est décidé à répondre aux réglementations strictes de l’Union européenne (UE) afin de maintenir la position de ses produits halieutiques sur ce marché".

Pourquoi l’UE était-elle donc citée ? C’était parce que le 23 octobre 2017, la Commission européenne (CE) avait infligé un "carton jaune" à l’encontre du Vietnam pour ses pratiques de pêche jugées illégales. Ainsi, sa filière pêche a subi de nombreux impacts négatifs.

Ainsi, le Vietnam est passé aux choses sérieuses : "une base de données de ses 91.716 navires de pêche (enregistrement, immatriculation, licence), a été constituée afin de lutter contre la pêche illégale dans les eaux étrangères pour garantir à la fois les intérêts et les moyens de subsistance à long terme des pêcheurs, mais aussi protéger la réputation de l’industrie vietnamienne des produits aquatiques et l’image du pays sur la scène internationale".

Enfin, "un Projet de lutte contre la pêche INN à l’horizon 2025 a été approuvé par le Premier ministre le 14 septembre 2022. Il vise à prévenir, réduire et éliminer la pêche INN ; lever le carton jaune de la CE ; contrôler les activités de pêche, protéger les ressources, les écosystèmes marins et développer la pêche vietnamienne durable". Cela porte ses fruits (de mer) puisque "les provinces de Quang Ngai, Khanh Hòa, Phu Yên, Tiên Giang ont réussi à réduire considérablement les violations depuis 2021".

J’ai une solution pour que tout ceci rentre dans l’ordre : peindre, comme sur la plupart des bateaux du delta du Mékong, une paire d’yeux pour éloigner les mauvais esprits. Pourquoi nos bateaux à la Une du numéro 44 n’avaient-ils pas d’yeux?

Hervé Fayet/CVN

back to top