Les villages horticoles s’affairent à l’approche du Têt

Lorsqu’arrive le Nouvel An lunaire, ces villages sont en pleine effervescence… Ils le sont d’autant plus, cette année, que la crise sanitaire est derrière nous et que chacun veut fêter cette nouvelle année qui arrive avec un éclat particulier…

>> La rue florale Nguyên Huê fête ses 20 printemps

>> Des revenus élevés grâce aux fleurs du Têt

>> Les fleurs de pêcher de toujours s’épanouissent dans le village de Nhât Tân

Village horticole de Sa Dec.
Photo : VNA/CVN

My Tho passe pour être le repaire des horticulteurs de la province méridionale de Tiên Giang. Ces derniers ont fort à faire, en ce moment: ils approvisionnent Hô Chi Minh-Ville et l’ensemble des provinces du Sud-Est... Autant dire qu’ils sont sur le pont… Leur principal défi? Faire en sorte que les fleurs éclosent dans un tempo parfait…

Pour Nguyên Van Nam, qui est un horticulteur de la commune de Tân My Chanh, Têt rime avec prospérité... "C’est un métier pénible, mais rentable. Les grossistes viennent commander sur place, alors il faut être prêt… En tout cas, ça vaut vraiment la peine", dit-il.

La commune de Duy Trung est considérée comme le grenier à fleurs de Duy Xuyên, qui est un district rattaché à la province de Quang Nam (Centre). À l’approche du Nouvel an lunaire, elle est envahie par des gens qui veulent s’approvisionner ou plus simplement prendre de belles photos…

Trân Thi Thu, qui est une horticultrice locale, cultive 200.000 pots de toutes sortes de fleurs. La plupart ont été commandée à l’avance par des grossistes...

"Cette année, les fleurs sont plus belles que l’an passé. Leurs prix sont aussi beaucoup plus élevés... En général, nos chiffres d’affaires du Têt s’élèvent à 1,4 milliard de dôngs, ce qui doit faire un peu plus de 56.000 USD. Cette année, j’ai embauché 12 travailleurs, à qui je peux garantir un revenu stable", explique-t-elle.

Actuellement, le district de Duy Xuyên abrite 7 ha de fleurs, répartis essentiellement entre les communes de Duy Thành, Duy Trung, Duy Nghia, Duy Hai et le bourg de Nam Phuoc. Chaque hectare rapporte en moyenne un bénéfice annuel de plus de 200.000 millions de dôngs, comme nous l’indique Phan Xuân Canh, le président du comité populaire du district.

"Nous soutenons les horticulteurs en leur octroyant des terrains. L’horticulture est vraiment une activité rentable, qui contribue à créer des emplois et à améliorer le revenu des habitants", constate-t-il.

Les horticulteurs de la province de Dak Lak, dans les hauts plateaux du Centre, sont eux-aussi en pleine effervescence…

Ôn Văn Khi, qui est un horticulteur du district de Buôn Dôn, a 70 grands pots de chrysanthèmes et 100 pots de chrysanthèmes de taille moyenne à proposer à la clientèle....

"Dans l’horticulture, il faut procéder par étapes. Ça va du mélange des engrais microbiens dans le sol jusqu’à l’arrosage. Un arrosage régulier suffit à garantir une belle floraison", confie-t-il.

Nguyên Thi Hiêu qui habite près de Buôn Ma Thuôt, cultive quant à elle 1.500 m2 de chrysanthèmes, auxquels elle apporte des soins on ne peut plus méticuleux… "Je fais deux récoltes : une le 22e jour du 12e mois lunaire et l’autre le 28e jour", raconte-t-elle. 

Pas de Nouvel An lunaire sans fleurs ou plantes d’agrément… Tout Vietnamien digne de ce nom sait cela et tient à cette belle tradition : "belle" au sens propre comme au sens figuré…

VOV/VNA/CVN

back to top