Les pays du G20 lancent un fonds pour se préparer aux futures pandémies

Les grandes économies du G20 ont annoncé dimanche 13 novembre, en amont de leur sommet en Indonésie, un fonds de 1,4 milliard d’USD pour se préparer aux futures pandémies, une somme jugée insuffisante par le pays hôte de la réunion.

>> L'ONU demande au G20 de prendre en main la reprise économique mondiale

>> Les membres du G20 s'engagent à relever les défis de la santé mondiale

>> Xi Jinping rencontrera Biden et Macron au G20 de Bali

Le président indonésien Joko Wikodo.
Photo : AFP/VNA/CVN

Lors d'une conférence de presse, le président indonésien Joko Wikodo a expliqué que ce fonds, auquel participent 24 pays, membres ou non du G20, vise à "éviter une pandémie et à s'y préparer".

"Mais ce n'est pas suffisant", a déclaré M. Widodo, estimant que 31 milliards d’USD seraient nécessaires. "Nous devons nous assurer que la communauté puisse résister à une pandémie. Une pandémie ne peut plus prendre des vies et casser les articulations de l'économie mondiale".

Ce fonds a été lancé par les ministres de la Santé et des Finances du G20 en présence du directeur général de l'Organisation mondiale de la santé Tedros Adhanom Ghebreyesus et du président de la Banque mondiale David Malpass.

Il est considéré comme l'une des rares avancées attendues à l'occasion du sommet des chefs d'État et de gouvernement du G20 qui s'ouvre mardi 15 novembre sur l'île indonésienne de Bali.

Les États-Unis ont contribué à hauteur de 450 millions d’USD, soit près d'un tiers du total, la secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, estimant que le fonds devait contribuer à "une architecture sanitaire mondiale plus saine et plus réactive".

Les autres principaux donateurs incluent la France, le Royaume-Uni, le Canada, l'Inde, la Chine, l'Australie et le Japon.

L'Indonésie, hôte du sommet du G20, a indiqué prévoir de contribuer, sans préciser le montant prévu. Le pays a été très durement touché par la pandémie de COVID-19, avec une violente vague mi-2021, quand son système de santé s'est retrouvé submergé et qu'il a rencontré des difficultés pour s'approvisionner en vaccins alors que les pays riches donnaient leurs doses à leurs populations.

"Ce nouveau fonds dédié est un outil important qui aidera les pays à revenu faible ou intermédiaire à mieux se préparer aux crises sanitaires mondiales", a souligné David Malpass.

APS/VNA/CVN

back to top