gt;>gt;Bac Giang poursuit la promotion commerciale de son litchi" />
04/07/2020 22:30
Le 20 juin, les premiers lots de litchis de Luc Ngan ont été écoulés en une journée dès leur arrivée au Japon. Un grand succès et une fierté pour les agriculteurs de la province de Bac Giang.

>>Trân Van Hành, le "sorcier des litchis"
>>Bac Giang poursuit la promotion commerciale de son litchi

Effervescence à la saison de récolte des litchis de Luc Ngan, province de Bac Giang (Nord). 

Selon le Département de la protection des végétaux, relevant du ministère de l’Agriculture et du Développement rural, deux tonnes de litchis exportés vers le marché japonais ont été vendues le 20 juin. Les litchis sont emballés dans des boîtes de 9 ou 10 fruits, pesant chacune 200 gr et au prix promotionnel de 498 yens japonais (soit 4,65 USD, l’équivalent de plus de 100.000 dôngs).

Peu avant, le 18 juin, des experts japonais étaient venus examiner à Bac Giang (Nord) les mesures phytosanitaires, le processus de transformation préliminaire, l’emballage, la stérilisation… des litchis, avant d’être envoyés au Japon. Les expéditions ont été mises en œuvre par les exportateurs Chanh Thu et Ameii Vietnam JSC. Ces premiers lots ont été transportés par voie aérienne le 19 juin. Selon les prévisions, 200 tonnes de litchis frais devraient s’écouler sur le marché japonais cette année.

Depuis des années, la Chine demeure le premier importateur de litchi vietnamien. Ces derniers temps, ce fruit de Luc Ngan a pénétré d’autres marchés dont l’Australie, les États-Unis, l’Europe de l’Est, mais c’est la première fois qu’il est exporté, et particulièrement prisé, au pays du Soleil-Levant. Il s’agit du succès important pour les cultivateurs de Luc Ngan.

Le 15 décembre 2019, le ministère japonais de l’Agriculture, des Forêts et de la Pêche (MAFF) a officiellement annoncé l’accord du pays d’introduire le litchi vietnamien, avec naturellement des règlements stricts sur la quarantaine des plantes importées. C’est le résultat de cinq ans de négociations entre le ministère de l’Agriculture et du Développement rural du Vietnam et le MAFF.

Pour conquérir l’un des marchés les plus exigeants comme le Japon, les producteurs doivent respecter des règlements rigoureux. Les fruits doivent notamment être cultivés dans des vergers sous la supervision de spécialistes du Département de la protection des végétaux et doivent posséder des codes de traçabilité.

Litchis bio, l’exploit des cultivateurs 

Cueillette des litchis à Luc Ngan, province de Bac Giang (Nord). 

Bac Giang, province septentrionale à 50 km de Hanoï, tire sa réputation de ses vergers de litchis à perte de vue, concentrés dans les districts de Luc Nam, Chu et Son Dông, le plus connu étant Luc Ngan. À présent, elle compte 15.000 ha de litchis aux normes de pratiques agricoles VietGAP et 218 ha aux critères GlobalGAP, réservés à l’exportation en Europe. En 2020, la localité a délimité près de 103 ha, d’une capacité de 600 tonnes, à destination du Japon.

Gâtée par la nature, la terre de Luc Ngan possède des conditions favorables permettant la culture des litchis. Celle-ci et Thanh Hà (province de Hai Duong) constituent les deux plus grandes zones de litchis du Vietnam servant à la consommation tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays. Rien qu’à Luc Ngan, la culture des litchis biologiques se situe dans les deux communes de Quy Son et Giap Son, où se trouvent des vergers soigneusement entretenus par des agriculteurs chevronnés.

L’application des technologies avancées tels que systèmes d’irrigation et de drainage ou utilisation des caméras pour superviser les processus de soin et de cueillette, est un grand pas dans la modernisation de l’agriculture. Cela permet d’augmenter la quantité et la qualité des fruits afin de répondre aux critères des marchés étrangers exigeants.

"En respectant les normes VietGAP et GlobalGAP, ainsi que les exigences japonaises, la qualité des litchis s’est considérablement améliorée", a fait savoir le directeur adjoint du Service de l’agriculture et du développement rural de Bac Giang, Lê Ba Thành.

Stimuler la consommation

Des litchis frais de Bac Giang vendus dans un supermarché AEON au Japon.

Selon le président du Comité populaire provincial, Duong Van Thai, en 2019, Bac Giang a récolté 150.000 tonnes de fruits, pour un chiffre d’affaires de 6.300 milliards de dôngs. En 2020, le volume devrait atteindre 160.000 tonnes, soit 10.000 tonnes de plus qu’en 2019. Afin d’assurer un écoulement efficace en cette saison, les autorités locales, en collaboration avec les ministères concernés, ont ainsi déployé des mesures de promotion. En raison de l’impact du COVID-19, le ministère de l’Industrie et du Commerce et la province de Bac Giang ont présenté le produit local en ligne dans deux provinces chinoises Guangxi et Yunnan. Des échanges commerciaux en ligne avec des partenaires japonais ont également été réalisés afin de trouver de nouveaux débouchés.

À noter que certaines entreprises locales essaient, de se renouveler dans la transformation des fruits, via notamment la confection de litchis séchés. Il s’agit d’une mesure favorable permettant de palier à la situation de surplus des stocks étant donné que la saison de la récolte ne dure que deux mois, en juin et juillet.

Texte et photos : Thu Hà-VNA/CVN

 

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une expérience inoubliable pour les étudiants francophones au Vietnam

Le secteur touristique se joint au combat contre le COVID-19 Vu la situation épidémique compliquée dans le monde ainsi qu’au Vietnam, le secteur touristique de la province de Thua Thiên-Huê (Centre) respecte bien les règles fixées dans le cadre de la lutte et la prévention du COVID-19.