27/06/2020 08:12
La pandémie de coronavirus accélère les délocalisations hors de Chine des fabricants européens, américains ou japonais. Le Vietnam apparaît comme un solide remplaçant, avec ses avantages en termes de logistique, de main-d’œuvre et de coûts de production.

>>Prudence dans la sélection des projets d’IDE
>>Changer de stratégies pour attirer l’IDE nouvelle génération

Le Vietnam est identifié comme l’une des destinations sûres avec un environnement des affaires fiable et efficace.
Photo : VNA/CVN

À l’heure actuelle, les entreprises transnationales envisagent de déplacer leurs installations. Une nouvelle qui représente un défi de taille pour le Vietnam mais aussi une opportunité en or pour accueillir une vague d’investissements. Les réalisations du Vietnam dans la prévention et le contrôle du COVID-19 contribuent à renforcer la confiance des citoyens, des entreprises et de la communauté internationale.

Le pays est identifié comme l’une des destinations sûres avec un environnement des affaires fiable et efficace. De plus en plus d’entreprises souhaitent délocaliser leur production hors de Chine, mais le Vietnam n’est pas le seul candidat dans la "course", beaucoup souhaitent également devenir la prochaine destination d’investissements étrangers.

La société John Lang Lasalle, dans son récent rapport analysant les politiques visant à attirer les investissements en cette "nouvelle période de normalité", a également remarqué que le Vietnam n’était pas le pays le plus attrayant. Ses industries manufacturières ne sont pas prêtes à saisir cette opportunité. Son industrie auxiliaire devrait peu profiter de cette vague de transfert. 

Le Professeur Nguyên Mai, président de l’Association des entreprises à capitaux étrangers, a estimé que le Vietnam devrait agir rapidement s’il ne voulait pas être désavantagé vis-à-vis de ses concurrents.

Nécessité d’optimiser les opportunités

Vu Tiên Lôc, président de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Vietnam (VCCI), a également convenu que le pays devait "entrer de manière proactive dans de nouvelles chaînes d’approvisionnement, et ne pas attendre que les investisseurs viennent à nous". Afin d’optimiser les opportunités actuelles, le gouvernement se doit d’améliorer les technologies et les ressources humaines, de simplifier les procédures d’investissement et de soutenir les investisseurs dans la mise en œuvre rapide des projets avec un mécanisme à guichet unique. Pendant ce temps, la promotion de la réforme institutionnelle est la priorité pour aider le Vietnam à saisir cette opportunité.

Hormis des institutions et des politiques plus ouvertes pour attirer les investissements directs étrangers, le gouvernement doit également prendre soin du marché intérieur. Cela s’opère par le biais de politiques visant à stimuler la consommation, le développement de l’industrie nationale, tout en évitant de devenir dépendant à l’égard des approvisionnements étrangers en matières premières.

Apple, Microsoft, Samsung, LG, TIBCO Software, Daikin... Tous ces géants technologiques ont d’ores et déjà mis le cap sur le Vietnam. Sans doute pressentent-ils - et ils ne sont pas les seuls - que notre pays pourrait devenir le cinquième de la bande… Entendez par là qu’il pourrait rejoindre le fameux Quad (Dialogue quadrilatéral sur la sécurité), un club très fermé, composé pour l’instant des États-Unis, de l’Australie, du Japon et de l’Inde, et qui s’est fixé pour priorité de restructurer la chaîne d’approvisionnement mondiale. Cette chaîne, le Vietnam entend bien en être l’un des maillons forts. Aussi, a-t-il choisi de miser sur la transformation numérique. Mais il n’a pas attendu la pandémie pour faire ce choix. Alors que la quasi-totalité des pays du monde continuent de lutter contre le coronavirus, le Vietnam est parvenu à contenir la propagation et reprend progressivement ses activités économiques.

Le Vietnam a pris des mesures drastiques et s’est fixé la double mission d’éradiquer la pandémie de COVID-19 et de maintenir à flot l’économie.
Photo :  VNA/CVN

Aujourd’hui, il est une destination fiable pour ceux qui souhaitent investir en période post-COVID-19. En effet, les résultats de sa stratégie low-cost pour combattre la pandémie se sont avérés satisfaisants. Si l’on en croit les experts, l’économie vietnamienne se rétablira beaucoup plus rapidement que celles des autres pays. De plus en plus de consultants en investissement recommandent le Vietnam à leurs clients.

"Les entreprises étrangères se sentent en sécurité dans ce pays", a affirmé Fred Burke, directeur du cabinet d’avocats d’affaires internationales Baker Mackenzie. "La façon dont le Vietnam a géré cette crise sanitaire a impressionné tout le monde et particulièrement les investisseurs", a précisé Michael Sieburg, de la société de conseil YCP Solidiance.

Nikkei Asian Review a estimé qu’à l’issue de la pandémie, les capitaux devraient se déplacer vers l’Asie du Sud-Est et le Vietnam pourrait faire partie des pays les plus convoités. Cette tendance a été observée au niveau de la Chine qui n’a pas hésité à délocaliser ses entreprises au Vietnam et dans d’autres pays de l’ASEAN.

"Chaque jour, nous accueillons une dizaine de chefs d’entreprises étrangers souhaitant s’installer dans notre parc industriel", a déclaré Nguyên Anh Van, responsable du complexe industriel Vân Trung 2, dans la province de Bac Giang (Nord). "Les entreprises étrangères veulent savoir si les conditions sont favorables et si les infrastructures répondent à leurs besoins. Elles s’intéressent aussi à la qualification et à l’abondance de la main-d’œuvre locale", a-t-il souligné.

"Le Vietnam ayant contrôlé la pandémie, les investissements étrangers et tout particulièrement japonais se sont multipliés", a indiqué Hirai Shinji, responsable de l’Agence japonaise et chargée de la promotion du commerce extérieur (JETRO) à Hô Chi Minh-Ville. Par exemple, la société Kizuna a décidé de s’implanter dans le Sud et d’ouvrir cette année une usine de 100.000 m2. Le journal économique sud-coréen Chosun Biz a expliqué que lorsque les filiales étrangères du géant électronique sud-coréen Samsung étaient pratiquement toutes à l’arrêt, Samsung Vietnam a réussi à maintenir ses activités.

Dans son rapport publié en avril sur la perspective économique mondiale 2020, le Fonds monétaire international a estimé que le Vietnam était l’"économie la plus dynamique de l’ASEAN" et se dit convaincu de sa reprise économique. L’agence Bloomberg a fait savoir qu’en avril 2020, le montant des projets développés par les investisseurs s’élevait à 12 milliards d’USD. Avec l’un des meilleurs bilans mondiaux dans la lutte contre le COVID-19, le gouvernement vietnamien a prouvé sa capacité à garantir aux investisseurs un environnement d’affaires stable, sûr et favorable.

S’apprêter à devenir l’"atelier" de l’Asie

"Avec une population jeune et une main-d’œuvre plus importante que d’autres pays voisins, le Vietnam apparaît comme une destination attrayante pour les entreprises étrangères souhaitant délocaliser leur production", a déclaré Samuel Pursch, directeur adjoint de Vriens & Partners. La proximité avec la Chine est particulièrement adaptée aux entreprises souhaitant déplacer leurs activités. Cependant, au lieu d’abandonner totalement l’Empire du Milieu, les investisseurs choisissent d’ajouter des installations de production avec des intrants bon marché au Vietnam, également connu sous le nom de stratégie Chine+1.

Afin de limiter leur dépendance à la chaîne d’approvisionnement en Chine, les entreprises souhaitent pouvoir se diversifier, de sorte qu’en cas d’incident, elles disposent d’une autre option. Par ailleurs en Chine, les salaires augmentent très rapidement, ce qui ne représente plus un réel avantage en termes de coûts. Le Vietnam apparaît alors comme l’une des économies recherchées par la plupart des entreprises. Sur de nombreux aspects, faire des affaires au Vietnam est plus facile pour une entreprise étrangère. Il est donc très difficile pour les constructeurs de faire du profit. Par conséquent, il est plus judicieux pour le pays de se concentrer sur le secteur électronique. Un choix intentionnel mais aussi le résultat d’un investissement important de Samsung au Vietnam.

Le pays a prouvé sa capacité à garantir aux investisseurs un environnement d’affaires stable, sûr et favorable.
Photo : VNA/CVN

"Le COVID-19 pousse certainement les entreprises à délocaliser vers le Vietnam. Nombreuses sont celles qui jugent trop risquées de dépendre d’un seul pays pour leur chaîne d’approvisionnement. Le coronavirus a donné aux entreprises une raison supplémentaire de déménager. Cela représente une tendance à long terme", a déclaré Adam Sitkoff, directeur exécutif de la Chambre américaine de Commerce (Amcham).

Le pays devient progressivement un point lumineux dans le secteur manufacturier en Asie, en particulier dans l’industrie électronique, grâce à sa grande main-d’œuvre à bas coût, son régime fiscal intéressant, son environnement commercial stable, sa situation géographique favorable et ses politiques commerciales.

Une destination prometteuse

Apple a l’intention d’augmenter sa production au Vietnam. La société envisage de produire 3 à 4 millions d’Airpod sur le territoire vietnamien pendant le second trimestre de 2020, soit 30% de sa production mondiale. Le géant américain a récemment fait paraître des offres d’emploi laissant planer le doute sur la potentielle installation d’une nouvelle usine dans le pays.

"La réussite du Vietnam dans la lutte contre la pandémie a aidé le pays à maintenir son économie au premier trimestre et a renforcé son attractivité auprès des investisseurs étrangers. Les entreprises euro-péennes sont persuadées que c’est une destination prometteuse. L’objectif du gouvernement consiste simultané-ment à contenir la propagation du virus et à relancer l’économie pour rassurer les investisseurs", a affirmé Nicolas Audier, président de l’EuroCham au Vietnam.

Le constat est identique pour Hong Sun, vice-président de l’Association des entreprises sud-coréennes au Vietnam. "Les entreprises sud-coréennes apprécient les actions menées par le Vietnam pour garder son économie à flot. Le gouvernement a agi rapidement et efficacement contre la propagation du virus et a su accompagner les entreprises lourdement impactées. De fait, nous nous engageons à y rester plus longtemps et à soutenir son développement", a-t-il déclaré.

Pour accueillir ce nouveau flux d’investissement, le Vietnam a décidé de modifier les Lois sur l’investissement et les entreprises. Un programme d’action a été mis en place par le gouvernement. Par ailleurs, les localités sont invitées à libérer les terrains et à moderniser leurs infrastructures pour favoriser l’implantation des entreprises étrangères après la crise sanitaire.

Thê Linh/CVN
 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une expérience inoubliable pour les étudiants francophones au Vietnam