23/01/2020 17:22
Un groupe de sept députés démocrates désignés de la Chambre des représentants des États-Unis, tenant le rôle de procureurs dans le procès en destitution contre le président Donald Trump, a commencé mercredi 22 janvier son réquisitoire initial expliquant pourquoi M. Trump devrait être reconnu coupable et destitué, alors que le procès en destitution au Sénat est entré dans sa seconde journée.

>>Apre bataille sur les règles au procès en destitution de Trump
>>Destitution de Trump : les deux camps fourbissent leurs armes pour le procès

Les membres de l'équipe démocrate de l'accusation au procès en destitution du président américain Donald Trump au Sénat. Photo : AFP/VNA/CVN 


Adam Schiff, qui dirige l'équipe et mène, en tant que président de la commission des renseignements de la chambre des représentants, a présenté son argumentaire, basé sur les conclusions de l'enquête de la chambre basse, selon lesquelles les relations de M. Trump avec l'Ukraine et son mépris des pouvoirs d'investigation du Congrès constituaient des fautes passibles de destitution, affirmant que le président devrait être condamné et destitué.

Dans un discours rappelant aux sénateurs leur devoir d'agir avec impartialité, le député démocrate de Californie a fait valoir que la Constitution confère aux sénateurs en charge du procès la responsabilité d'être des jurés impartiaux, d'assurer un procès équitable et d'évaluer les preuves indépendamment de leur affiliation partisane ou de leur vote lors des dernières ou des prochaines élections, car leur devoir est envers la Constitution et l'État de droit.

Si M. Trump n'est pas condamné et démis de ses fonctions pour abus de pouvoir et obstruction au Congrès, a mis en garde M. Schiff, les futurs présidents "agiront comme s'ils étaient eux-aussi au-dessus des principes de responsabilité, de supervision du Congrès, ou du droit".

Pendant ce discours de M. Schiff, la Maison Blanche a selon des informations fait circuler des prospectus contestant la destitution. "Nos pères fondateurs craignaient que la destitution ne soit utilisée à mauvais escient comme un outil partisan, plutôt que comme le remède sérieux qu'elle est destinée à être", d'après les mêmes sources.

En vertu d'une résolution du Sénat approuvée tôt mercredi 22 janvier au terme de 12 heures de débat contentieux, les procureurs désignés de la Chambre des représentants et l'équipe d'avocats de M. Trump disposent chacune des deux parties de 24 heures pour présenter leur argumentaire initial respectif. Si elles décident d'utiliser tout le temps qui leur est alloué, chaque équipe aura l'obligation de terminer son plaidoyer dans un délai de trois jours.

Xinhua/VNA/CVN 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Nguyên Thu Thuy, la céramiste des espaces urbains

Hôtellerie : Hanoï prête à accueillir la F1 Malgré les difficultés causées par le coronavirus, de nombreux hôtels sont prêts pour la course de Formule 1 prévue en avril à Hanoï. Ces établissements joueront un rôle non négligeable dans la promotion de l’image de la capitale vietnamienne, une destination sûre et attrayante.