20/02/2020 16:41
Les députés irlandais se réunissent jeudi 20 février pour la première fois depuis les législatives marquées par une percée historique des républicains du Sinn Fein, sans nouveau gouvernement car les discussions entre les trois principaux partis politiques du pays sont dans l'impasse.
>>Le Sinn Fein devient la deuxième force parlementaire en Irlande
>>Gerry Adams quittera la présidence du parti Sinn Féin en 2018

Le Parlement irlandais, en juin 2017.
Photo : AFP/VNA/CVN

La forte progression du Sinn Fein à l'issue du scrutin du 8 février a chamboulé le paysage politique irlandais, dominé depuis un siècle par les deux grands partis de centre-droit, le Fianna Fail et le Fine Gael du Premier ministre sortant Leo Varadkar.

Les 160 députés du Dail, la chambre basse du Parlement irlandais, doivent se réunir à partir de 12h00 GMT. Après l'élection du président de la Chambre, le "speaker", les différentes formations politiques présenteront leurs candidats au poste de Premier ministre (Taoiseach), occupé par M. Varadkar depuis juin 2017.

Mais faute de majorité et d'accord entre les partis, la séance risque fort de tourner court.

La répartition des sièges est particulièrement éclatée: le Fianna Fail compte 38 députés, le Sinn Fein 37, le Fine Gael 35.

Autrefois considéré comme la vitrine politique de l'IRA, l'Armée républicaine irlandaise, organisation paramilitaire opposée à la présence britannique en Irlande du Nord, le Sinn Fein se trouve aux portes du gouvernement.

Lors du scrutin, où les électeurs composent eux-même leur liste en classant les candidats par ordre de préférence, le Sinn Fein a été placé en tête par 24,5% des électeurs, devant les deux grands partis centristes. Mais le parti républicain dirigé par Mary Lou McDonald n'avait présenté que 42 candidats, soit environ moitié moins que le Fianna Fail et le Fine Gael.

Composition du Dail Eireann, la chambre basse du Parlement irlandais après les élections législatives du samedi 8 février.
Photo : AFP/VNA/CVN

Les propositions de ce parti de gauche en matière de logement, de santé, problématiques au cœur des préoccupations des Irlandais, ont rencontré un franc succès, mais une autre question surgirait au coeur du débat s'il accédait aux responsabilités : celle de l'unification de l'Irlande.

Le Sinn Fein est la deuxième force politique sur l'île, que ce soit dans la province britannique d'Irlande du Nord ou dans la République au sud. Il veut un référendum dans les cinq ans, voire trois ans, qui viennent.

L'accord du Vendredi Saint, qui a mis fin en 1998 à trois décennies de violences qui ont fait 3.500 morts, prévoit qu'un référendum soit organisé s'il apparaît qu'une majorité de la population est favorable à l'unification.

De nouvelles élections ? 

Le rapport de forces au Parlement est tel qu'il faudra qu'au moins trois partis s'entendent pour former un gouvernement de coalition.

Fianna Fail et Fine Gael ont tous deux exclu de travailler avec le Sinn Fein, qui de son côté a pris des contacts avec de plus petits partis à gauche dans l'espoir de former une large alliance. Mais les chances de succès semblent minces.

Le chef du gouvernement sortant Leo Varadkar, qui a fait campagne sur son succès dans les négociations sur le Brexit pour trouver une solution évitant le retour d'une frontière physique entre les deux Irlande, a déclaré qu'il se préparait à entrer dans l'opposition.

Selon le journaliste politique de la radio-télévision publique RTE Micheal Lehane, le Premier ministre semble envisager une alliance avec le Fianna Fail en "dernier recours".

Et si les trois principaux partis ne travaillent pas ensemble, les Verts, quatrième force politique avec 12 sièges, pourrait avoir un rôle décisif.

Ils ont proposé au Sinn Fein, au Fianna Fail et au Fine Gael de les rencontrer à partir de vendredi 21 février. "Nous proposons ces rencontres bilatérales pour clarifier points d'accords et différences avec chacun des partis", a déclaré dimanche 16 février le leader du parti, Eamon Ryan.

"Nous espérons que cela nous permettra de nous assurer que des négociations sur la formation d'un gouvernement soit basée sur une réelle analyse politique", a-t-il ajouté.

Les discussions pourraient être longues et en cas d'échec, conduire à de nouvelles élections.

Après les dernières législatives de 2016, il avait fallu 70 jours pour former un gouvernement de coalition entre Fine Gael et Fianna Fail.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Centre de l’information et de la bibliothèque Luong Dinh Cua

COVID-19 : les entreprises touristiques renforcent la sécurité Face à la situation compliquée de l'épidémie de COVID-19, le Service du tourisme de Hanoï a ordonné aux unités, aux entreprises, aux organisations et aux particuliers de renforcer les mesures de sécurité dans la lutte et la prévention de la pandémie ; d’estimer les effets de cette épidémie sur le secteur du tourisme.