Le non Chuông n'a pas pris une ride !

Qui dit chapeau conique (non la en vietnamien) dit village Chuông. Situé au milieu d'une région rurale, en banlieue de Hanoi, ce village de métier traditionnel suit toujours son rythme de vie, fier de son produit introuvable ailleurs, ce dans le monde entier.

Comme l'ao dài (tunique traditionnelle du Vietnam), le non la rend la femme vietnamienne plus gracieuse. Ce genre de coiffure de feuille a très longtemps été un objet inséparable des femmes. Elles le portent chaque fois qu'elles sortent, qu'il pleuve, qu'il vente ou qu'il fasse soleil. Dans la rue, au champ, au marché, à la pagode ou à la maison communale, on voit partout l'image des chapeaux coniques blancs ondoyant suivant les pas de leurs porteurs. Pourtant, en cette époque où les chapeaux modernes en toile colorée sont très en vogue, cette belle image ne subsiste plus que dans les régions rurales. Un défi pour le village Chuông qui vivait pour une grande part de son métier d'appoint.

Malgré tout, grâce à la politique de Dôi moi (Renouveau) qui encourage les métiers traditionnels, le chapeau conique a réussi à trouver une bonne issue. Le village Chuông revit à son rythme d'antan. Une visite dans cette contrée rurale en vaut la peine.

Cadeau pour princesses

Sur le chemin amenant au village Chuông, on croise une quantité folle de motos et vélos transportant chacun un "mont" de chapeaux coniques blancs attachés en colis. Au bout du village, se tient le marché de chapeaux coniques où s'entremêlent des stands bondés. On y trouve, outre des piles de non la, d'innombrables matières premières destinées à leur fabrication, comme feuilles non, fils de plastique, fils de laine, tiges de bambou très fines cour- bés en cercle, armature de non la…

Un processus de confection long et compliqué

"Le +non la+ fabriqué au village Chuông se distinguait autrefois dans toute la région du Nord pour sa qualité. D'une forme à la fois fine et gracieuse, le +non+ Chuông était considéré comme un joli cadeau à offrir à la reine et ses princesses dans la Cour", lance avec un brin de fierté une vieille dame, en présentant ses chapeaux coniques aux clients. Ces derniers viennent pour la plupart des régions environnantes, voire de provinces lointaines. "Le +non Chuông+ se distingue pour son élégance et son utilisation durable. J'y viens fréquemment en acheter, de l'ordre de 500 pièces à chaque fois, afin d'en revendre aux habitants de ma région", explique Mme Ha, une commerçante venue de Bac Giang (Nord).

En faisant un tour dans le village Chuông, on trouve partout des habitants, de différentes générations, confectionner le non la dans la véranda de leur maison. "La confection du chapeau conique se pratique ici depuis belle lurette. Tous les villageois, homme ou femme, vieillard ou jeune, sont capables d'en faire. Car, on est initié à ce métier dès l'enfance ", révèle l'artisan Trân Canh, 83 ans. La quasi-totalité des 4.000 familles du village Chuông fabriquent le non la.

Si ce produit a l'air léger et fragile, sa confection est loin d'être simple. C'est un processus long et compliqué, qui comporte des étapes bien précises demandant un habile savoir- faire. Les feuilles non doivent être cueillies dans les forêts de Thanh Hoa ou de Quang Binh (provinces du Centre). On les frotte tout d'abord dans le sable, puis on les sèche trois fois sous le soleil, jusqu'à tant qu'elles deviennent blan-ches. Les feuilles sont ensuite scin- dées suivant leurs nervures avant d'être palissonnées au moyen d'un soc en fer. S'ensuit l'étape de formation de l'ossature du chapeau qui se compose de 16 cercles faits des fines tiges de bambou. Les cercles doivent être différents en diamètre, allant graduellement de 2 cm à 45 cm. On met ensuite l'ossature sur un cadre conique, pour la recouvrir de trois couches de feuilles blanches, avant de procéder à la couture. C'est l'étape qui réclame le plus d'habileté.

L'expérience de l'artisan fait ici toute la différence. Avec un fil de plastique, on fixe les feuilles sur les cercles, de sorte que les maillons soient réguliers et droits. Le non la prenant forme, il sera chauffé à l'aide d'une flamme de soufre, puis enduit d'une couche d'huile pour devenir plus blanc et plus solide.

En moyenne, un artisan expérimenté doit consacrer un mois plein pour fabriquer une trentaine de chapeaux coniques. Et le village de Chuông en produit de trois à quatre millions par an.

Les modèles de non la se diversifient

Le non Chuông est jusqu'ici encore préféré des femmes des campagnes du Nord. Depuis 20 ans, outre le marché domestique, ce produit empli de féminité du village Chuông prend la route de l'étranger. Il est exporté abondamment vers des pays agricoles, dont la Chine et la Malaisie. Selon Ta Thu Huong, qui a été la première à trouver une clientèle étrangère pour le chapeau conique, elle reçoit chaque mois deux ou trois contrats d'importation totalisant 30.000 pièces. "Le résultat devrait être encore meilleur cette année", affirme-t-elle.

Fréquemment, les entreprises d'exportation des produits artisanaux et d'objets d'art viennent passer des contrats de fabrication avec le village Chuông. De cela est née l'initiative des artisans de diversifier les modèles de non la, comme ceux destinés à l'usage de tous les jours, ceux pour la mode, les modèles décoratifs… Sans compter la restitution des modèles très anciens, appelés non cup, non thây tu, non nghê, non giang, non son, non thung…

Chose formidable, le village de Chuông devient depuis peu un site touristique, avec un afflux croissant de touristes étrangers, notamment Anglais, Français, Japonais et Chinois. La vie du village a repris des couleurs. "Il y a quelques jours, une troupe de touristes anglais a débarqué chez moi. Ils ont demandé à ma femme de les guider dans la confection du +non la+", raconte avec enthousiasme l'artisan octogénaire Trân Canh. Et de rêver d'un jour où le non Chuông disposera d'un label commercial déposé et où le village sera connu comme un site d'artisanat touristique.

Auparavant, le non Chuông a été honoré lors du Forum de coopération économique Asie - Pacifique (APEC - 2006) à Hanoi, à travers l'image d'un chapeau conique géant décorant la salle de réunion.

Nghia Dàn/CVN

(09/10/2010)

back to top