Le MoLISA sollicite l’entrée de près de 8.500 experts étrangers

Le ministère du Travail, des Invalides et des Affaires sociales (MoLISA) a proposé au gouvernement de lever une interdiction et d’autoriser 8.459 travailleurs étrangers hautement qualifiés parmi des milliers restés en rade d’entrer au Vietnam, soulignant les difficultés de leur trouver des remplaçants.

>>L’envoi de main-d’œuvre en République de Corée est à exploiter

>>Près de 67.000 travailleurs envoyés à l’étranger au 1er semestre

Selon un rapport qu’il a envoyé au Premier ministre le 30 mars, le MoLISA a déclaré que plus de 68.500 ressortissants étrangers sont autorisés à travailler au Vietnam, principalement en provenance de la République de Corée (23.581) et de la Chine (15.310).

La pénurie de main-d’œuvre hautement qualifiée est un casse-tête des entreprises au Vietnam.

La plupart d’entre eux, principalement des professionnels ou des travailleurs hautement qualifiés, n’ont pas pu rentrer au Vietnam après les vacances du Têt (Nouvel An lunaire) fin janvier en raison de restrictions de déplacement face à la pandémie du nouveau coronavirus, qui a causé beaucoup de difficultés à leurs entreprises, selon le ministère. Les entreprises sont recommandées de trouver des remplaçants, mais la plupart ont dit qu’il fallait beaucoup de temps pour trouver des personnes pour ces postes car cela nécessite des qualifications professionnelles, une expérience de gestion et des compétences en langues étrangères exceptionnelles et peu de Vietnamiens peuvent répondre à ces exigences dans l’immédiat, a-t-il expliqué.

Si la pénurie de main-d’œuvre hautement qualifiée se poursuivait, cela affecterait considérablement les opérations des entreprises et affecterait l’avancement de nombreux projets nationaux clés, a averti le MoLISA. Les administrations locales et les missions diplomatiques étrangères ont demandé de donner la priorité à l’entrée de 8.459 travailleurs étrangers, en majorité chinois et sud-coréens, selon le ministère.

Ils comprennent quelque 2.000 employés de projets clés nationaux utilisant de nouvelles technologies, notamment le projet de métro urbain Cat Linh – Ha Dong financé par la Chine à Hanoi, qui nécessite une centaine d’experts chinois ou le projet de centrale thermique Vinh Tân 1, avec 76 experts chinois; l’usine LG Display de Hai Phong (200 ingénieurs sud-coréens); Samsung Display Vietnam Co., Ltd. à Bac Ninh (700); Samsung Electro-Mechanics Vietnam Co., Ltd. et sa société partenaire à Thai Nguyên (150); et Texhong Co., Ltd. (77).

La proposition s’inscrit dans une série de mesures strictes de distanciation sociale ordonnées à l’échelle nationale par le gouvernement à partir du 1er avril pour contenir le COVID-19, qui n’a montré aucun signe de répit.


VNA/CVN