Le ministère de la Police souligne la protection des données nationales

Le ministre de la Police, Tô Lâm a averti mardi 10 août devant le Comité permanent de l’Assemblée nationale des fuites de données personnelles mais a rassuré les législateurs des solutions visant à sécuriser le système de base de données nationales sur la population.

>>Les séances de question-réponse portent sur la sécurité publique, la culture, le sport

>>Début des séances de questions-réponses

Questionnées à ce sujet par les députées Sui Huong de la province de Gia Lai et Nguyên Thi Thuy de la province de Bac Kan, le ministre Tô Lâm a qualifié la situation d’alarmante à l’échelle mondiale et nationale alors que le cadre juridique et la prise de conscience de la population sur la protection des données personnelles laissent encore à désirer.

"Chaque jour, nous devons faire face à des milliers d’attaques contre le système de base de données nationale sur la population, dont de nombreuses attaques venues de l’étranger", a-t-il fait savoir, ajoutant que la connexion des données de la population et celles des ministères et agences sera établie seulement si la sécurité est garantie.

Lors de la séance d’interpellations dans le cadre de la 14e session du Comité permanent de l’Assemblée nationale,
Photo : VNA/CVN

Le responsable a fait savoir que le ministère de la Police a soumis à dix reprises au gouvernement le projet de décret sur la protection des données personnelles qui est dans sa dernière phase et sera bientôt promulgué. Il est prévu qu’en 2024, le ministère de la Police étudiera et conseillera le gouvernement à soumettre à l’Assemblée nationale pour promulgation une loi sur la protection des données, a-t-il déclaré.

Le ministère de la Police renforcera les activités du Comité de pilotage national de la cybersécurité, peaufinera le mécanisme de coordination intersectorielle pour traiter les affaires de manière synchrone, perfectionnera le cadre juridique, améliorera les capacités et les moyens des forces de cybersécurité, de prévention et de lutte contre la criminalité liée aux hautes technologies, a-t-ilajouté.

Le ministre de l’Information et de la Communication, Nguyên Manh Hùng, a pour sa part déclaré que certains décrets sur la gestion des plates-formes transfrontalières, telles que Meta (Facebook) et Youtube, ont été modifiés et devraient être promulgués au 3e trimestre de cette année.

Si les autorités ont fait supprimer avant 2018 environ 5.000 clips vidéo contiennant des éléments nocifs des plates-formes sociales, le nombre d’intox, de fausses nouvelles enlevées a été multiplié par 20 et celui de clips vidéo ayant un contenu nocif s’est élevé à près de 100.000 à présent.

Le ministère de l’Information et de la Communication a lancé le Centre national de cybersécurité, capable de traiter 300 millions de nouvelles par jour contre 100 millions auparavant. Il a créé le Centre de traitement de fausses nouvelles du Vietnam. Supprimer les fausses informations, nettoyer les ordures dans le cyberespace sont le travail de l’ensemble du système politique, des ministères, des branches, des localités et de toute la population, a-t-il encore indiqué.

VNA/CVN