L’art vestimentaire des Pa Di

Les Pa Di sont un sous-groupe de l’ethnie Tày. Dans la province septentrionale de Lào Cai, ils sont environ 2.000 à vivre dans les communes montagneuses du district de Muong Khuong. Les femmes Pa Di portent des costumes aux couleurs naturelles qui ont une longue histoire.

>>Préservation et valorisation des langues vernaculaires

>>La danse folklorique, un art ancré dans la culture vietnamienne

Femmes Pa Di en costume traditionnel.
Photo : BDT/CVN

Les Pa Di ont même une légende expliquant les origines de leur chapeau féminin. Leurs ancêtres ne supportaient pas de vivre loin de leurs enfants. Aussi vivaient-ils ensemble, toutes les générations sous le même toit. Mais, cette situation ne pouvait pas durer éternellement et lorsqu’ils sont devenus trop nombreux, les premières petites familles sont parties vivre ailleurs. Pour marquer leur attachement à leurs origines, les Pa Di ont décidé que les femmes porteraient dorénavant un chapeau en forme de toit, qui rappelle ce toit commun sous lequel ils vivaient tous, fait savoir Po Xin Phuc, une Pa Di de Muong Khuong.

"Ce chapeau symbolise la maison commune des Pa Di, il nous distingue des autres communautés et nous en sommes fiers", dit-elle.

Le chapeau est en lin et tissé artisanalement. Les femmes le renforcent en appliquant plusieurs couches de cire d’abeille, avant de le plier en forme de toit. La partie ronde qui entoure la tête est décorée avec des grains d’argent représentant les grains de maïs et de riz, symboles de l’abondance. L’arrière du chapeau dispose d’un cadre rectangulaire en argent sur lequel sont gravées des images de plantes et d’oiseaux.

Le costume des femmes Pa Di n’est pas moins original. Il comprend un haut et une jupe dont les couleurs dominantes sont l’indigo, le vert clair et le noir. Le haut est court et boutonné à droite, de tous petits boutons en argent qui forment une ligne transversale du cou à la hanche. La jupe, qui descend jusqu’aux chevilles, est couverte d’un tablier de la même couleur. La bordure du tablier est blanche, la même couleur que celle du morceau de tissu au niveau des manches. Po Xin Phuc se dit fière de porter cet habit traditionnel à l’occasion des fêtes.

"Je suis heureuse de porter ce costume qui est le résultat d’un travail laborieux et minutieux des femmes Pa Di. Il leur a fallu beaucoup de temps pour confectionner un si beau vêtement", déclare-t-elle.

Le tissage, la broderie et l’assemblage de morceaux d’étoffe de couleurs différentes sont les trois techniques essentielles d’un costume féminin Pa Di. Il n’est considéré comme réussi que si celui ou celle qui le regarde a l’impression que les motifs de décoration changent à chaque mouvement, souligne Po Zin.

"Un costume doit avoir diverses couleurs: noir, gris, jaune, vert et autres. La multitude des couleurs est un élément essentiel de l’art vestimentaire Pa Di", affirme-t-elle.

Quand une fille Pa Di se marie, ses parents lui donnent comme dot un beau costume traditionnel. Cette pratique n’a pas changé, même si aujourd’hui, les femmes Pa Di ne s’habillent à l’ancienne qu’à l’occasion des fêtes.

En 2020, le ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme a inscrit l’art décoratif des costumes Pa Di au patrimoine culturel immatériel national.

VOV/VNA/CVN