La Francophonie en Asie-Pacifique : un dynamisme nouveau ?

Ving-cinq ans après le VIIe Sommet de la Francophonie à Hanoï, pourrait-on parler d'un nouveau dynamisme de la Francophonie dans cette région Asie-Pacifique ? C'est ce que marque le colloque international qui s’est tenu les 7 et 8 décembre à Hanoï.

>> Francophonie : 1re Mission économique et commerciale au Vietnam et au Cambodge

>> XVIIIe Sommet de la Francophonie : renforcer la connectivité pour avoir un meilleur avenir

>> La Francophonie, un grand potentiel pour les entreprises vietnamiennes

Le colloque international intitulé "La Francophonie en Asie-Pacifique : vers un nouveau dynamisme ?" s'est tenu les 7 et 8 décembre à Hanoï.

Organisé par l'Académie diplomatique du Vietnam et l'Institut international pour la Francophonie de l'Université Jean Moulin Lyon 3, le colloque international intitulé "La Francophonie en Asie-Pacifique : vers un nouveau dynamisme ?" s’est déroulé en présentiel à Hanoï et en ligne.

En tant qu’événement académique, ce colloque de deux journées fut également l'occasion de célébrer le 25e anniversaire du VIIe Sommet de la Francophonie tenu à Hanoï en 1997.

"Le VIIe Sommet de la Francophonie à Hanoï était d'une importance capitale pour le développement institutionnel de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) avec l'élection de son premier secrétaire général, SEM Boutros Boutros-Ghali ; ancien secrétaire général des Nations unies et avec l'adoption de la Déclaration de Hanoï, qui entérinait pour la première fois la coopération économique entre les États et gouvernements membres. Ce premier et seul Sommet tenu en Asie-Pacifique a été un événement essentiel pour l'ouverture internationale du Vietnam. En effet, c'était la première fois qu'un événement d'une telle envergure était organisée dans le pays. Il a contribué à renforcer les liens entre les États et gouvernements de l'espace francophone et le Vietnam, qui a bénéficié d'une visibilité accrue sur la scène internationale", affirme Kaloyan Kolev, spécialiste de la Représentation régionale pour l'Asie et le Pacifique de l'OIF.

"Lors du Sommet de Djerba tenu il y a quelques semaines, la Francophonie a célébré son cinquantenaire. Après un demi-siècle, d'une Agence de coopération culturelle et technique (ACCT), la Francophonie s'est profondément transformée et est devenue aujourd'hui une organisation internationale à part entière, de plus en plus pesante sur la scène internationale, un espace de solidarité et de coopération, et un formidable instrument de rapprochement entre les peuples francophones. Dans le projet francophone d’aujourd’hui, la région Asie-Pacifique occupe une place importante. En effet, le Sommet de Hanoï en 1997, qui est le premier et le seul en terre d'Asie jusqu'à maintenant, a constitué un tournant significatif, tant pour la Francophonie que pour le Viet Nam", dit Nguyên Thi Vân Anh, directrice adjointe du Département des organisations internationales du ministère vietnamien des Affaires étrangères, également correspondante nationale du Vietnam auprès de l’OIF.

Elle ajoute : "Ce sommet a également initié l'idée une Francophonie économique qui est devenue une réalité aujourd'hui, le succès de la première Mission économique et commerciale de la Francophonie au Vietnam et au Cambodge, conduite par la secrétaire générale Louise Mushikiwabo en mars dernier, témoigne parfaitement de cette nouvelle réalité".

Pour le Viet Nam, ce sommet a marqué un jalon important de notre politique étrangère en général et de notre diplomatie multilatérale en particulier. Avec la participation des 48 États et gouvernement membres et observateurs, il était la plus grande rencontre internationale que le Vietnam ait abritée jusqu'alors.

L’Asie-Pacifique s’adapte

Des participants du colloque prennent la pause.

Ving-cinq ans après le Sommet de Hanoï, pourrait-on parler d'un nouveau dynamisme de la Francophonie dans cette région Asie-Pacifique ?

L'Asie-Pacifique dispose en effet d'une position géopolitique importante sur le plan du développement et de la sécurité internationale. Elle est devenue actuellement la région la plus dynamique du monde sur le plan économique. Force est de constater un regain d’intérêt pour l’apprentissage du français dans certains coins de la région Asie-Pacifique ainsi qu’un renforcement des coopérations multiformes, dont la coopération Sud-Sud et tripartite, entre ou avec des pays membres de la Francophonie, surtout avec l'Afrique francophone. C'est en effet un mouvement logique vu les potentialités de la Francophonie, un espace qui représente 14% de la population mondiale, 16% du revenu national brut mondial et 20% des échanges mondiaux de marchandises. De plus, la langue française est la 3e langue des affaires et la 4e langue utilisée sur Internet.

Le Vietnam, où se trouvent les bureaux régionaux de l'OIF et de l'Agence des universités de la francophonie (AUF), est toujours considéré comme le pionnier de la Francophonie en Asie-Pacifique et ce même si la place de la langue française y a quelque peu diminué.

"Nous espérons qu'à l'issue de ce colloque, des idées novatrices et des propositions concrètes seront avancées pour contribuer à nos efforts communs visant à redynamiser la Francophonie dans la région et à faire de la Francophonie une communauté encore plus solidaire au service d'un monde de paix, de stabilité et de développement durable", estime la diplomate Nguyên Thi Vân Anh.

Texte et photos : Quê Anh/CVN

back to top