27/11/2020 12:06
Les pénuries et la rareté des ressources en eau doivent être traitées rapidement au niveau mondial, car elles affectent plus de 3 milliards de personnes dans le monde, a souligné l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) dans sa principale publication annuelle, SOFA, rendue publique jeudi 26 novembre.
L’eau potable, élément indispensable aux activités humaines.
Photo : Hông Diêp/VNA/CVN


Selon le rapport de la FAO sur la situation mondiale de l'alimentation et de l'agriculture (SOFA) 2020, la quantité annuelle des sources d'eau douce disponibles par personne a diminué de plus de 20% au cours des deux dernières décennies, ce qui augmente la nécessité de repenser l'utilisation de l'eau en fonction des divers secteurs économiques, et notamment du plus grand utilisateur actuel : l'agriculture.


La pénurie des ressources d'eau est un problème particulièrement grave en Afrique du Nord et en Asie occidentale, où la quantité annuelle par habitant a chuté de plus de 30% et "atteint à peine 1.000 m3, ce qui est traditionnellement considéré comme le seuil d'une grave pénurie d'eau", estime la FAO. "Aujourd'hui, 1,2 milliard de personnes vivent dans des zones agricoles où les sécheresses ou l'extrême rareté de l'eau sont très fréquentes", a souligné Andrea Cattaneo, économiste principal de la FAO, dans un message vidéo lançant le rapport sur Twitter.

"Les pressions croissantes sur les ressources en eau douce menacent à la fois la sécurité alimentaire mondiale et les fragiles écosystèmes aquatiques. De plus, l'escalade de la concurrence pour l'eau crée des tensions et exacerbe encore l'inégalité d'accès à l'eau", a-t-il expliqué. Si l'on considère tous ceux qui, au niveau mondial, vivent dans des zones où la pénurie d'eau ou la rareté de l'eau sont graves ou très graves, plus de 3,2 milliards de personnes ont été touchées, selon le SOFA.

Dans le rapport, les experts de la FAO ont formulé des recommandations spécifiques pour relever les défis de l'eau dans l'agriculture, notamment en investissant dans des utilisations non consommatrices d'eau (comme l'aquaculture) et dans des sources d'eau non conventionnelles, en investissant dans les technologies et les infrastructures d'irrigation afin d'accroître la productivité de l'eau et en faisant un meilleur usage de l'eau de pluie, en particulier dans les zones de cultures touchées par des sécheresses récurrentes.

Cependant, toute stratégie réussie doit commencer par une comptabilité et un audit solides de l'eau, car "la sensibilisation est essentielle", considère la FAO. "Avec ce rapport, la FAO envoie un message fort", a expliqué le directeur général de la FAO, Qu Dongyu, dans l'avant-propos du rapport.

"Les pénuries d'eau et la rareté de l'eau dans l'agriculture doivent être traitées immédiatement et avec audace si nous voulons que notre engagement visant à atteindre les Objectifs de développement durable (ODD) soit pris au sérieux", a-t-il souligné.


APS/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Fête de la gastronomie populaire au village de Uoc Lê

D’importants potentiels de coopération en matière de tourisme médical Le Vietnam possède un énorme potentiel de tourisme médical qui devrait aider le pays à attirer plus de touristes étrangers, y compris ceux du Japon, a remarqué le professeur associé et Docteur Luong Ngoc Khuê, directeur du Département d'examen et de traitement médicaux.