26/11/2020 14:14
Après les annonces, place à l'explication de texte : le Premier ministre Jean Castex doit détailler jeudi 26 novembre les mesures d'allégement du confinement exposées par Emmanuel Macron et qui présentent encore de nombreuses zones de flou.
>>La situation s'aggrave aux États-Unis, l'Europe allège les restrictions
>>Macron allège le confinement et appelle à la responsabilité

Le Premier ministre Jean Castex était auditionné mardi 17 novembre à l'Assemblée nationale.
Photo : AFP/VNA/CVN

Le rituel est désormais bien rôdé : d'abord une allocution d'Emmanuel Macron, suivie mardi soir 24 novembre par près de 30 millions de Français, pour dévoiler les termes d'un allègement du confinement et "fixer un cap". Charge ensuite aux ministres de préciser "les mesures de réouvertures et les protocoles qui prévaudront".

Lors de sa conférence de presse jeudi 26 novembre à 11h00, Jean Castex sera entouré de cinq membres du gouvernement, dont Olivier Véran (Santé) et Bruno Le Maire (Économie) et Roselyne Bachelot (Culture), pour assurer ce service après-vente.

Les grandes lignes du plan de l'exécutif sont connues. Le desserrement se fera en trois étapes. Après des semaines de polémique, les petits commerces pourront rouvrir samedi 28 novembre avec un protocole sanitaire renforcé.

Les offices dans les lieux de culte seront de nouveau permis et il sera possible de se déplacer, avec une attestation, dans un rayon de 20 km autour de son domicile, pendant trois heures. Le Premier ministre "reviendra sur cette règle des 20 km et 3 heures pour rappeler que cela ne signifie pas qu'il faut aller chez les uns ou les autres" et multiplier les interactions, explique son entourage.

À condition que la situation sanitaire continue à s'améliorer, les salles de cinéma, les théâtres et les musées pourront rouvrir à leur tour le 15 décembre lorsqu'un couvre-feu national nocturne replacera le confinement en vigueur depuis le 29 octobre.

Enfin, à partir du 20 janvier, après des fêtes de fin d'année placées sous haute surveillance, les restaurants - mais pas les bars - pourront accueillir à nouveau des clients, là aussi si tout va bien.

L'amélioration de la situation sur le front épidémique, observée depuis la mi-novembre, s'est confirmée mercredi 25 novembre avec un nombre de malades hospitalisés désormais sous la barre des 30.000.

La pression continue à baisser également en réanimation. Mais plus de 16.000 nouveaux cas positifs ont été confirmés mercredi, bien au-delà du palier des 5000 cas/jour fixé par Emmanuel Macron pour continuer à desserrer l'étau.

Aides et assouplissement 

Si le cadre est posé, les interrogations restent nombreuses et de nombreux secteurs sont toujours dans l'attente de directives.

Un malade du COVID transféré de Lyon vers Strasbourg par hélicoptère le 12 novembre.
Photo : AFP/VNA/CVN

D'autres misent encore sur un assouplissement des restrictions. La Conférence des évêques de France a assuré mercredi que la limitation à 30 personnes maximum par office religieux, y compris dans les cathédrales, allait être revue.

Les stations de ski, prises de court par les annonces présidentielles semblant exclure une réouverture pour Noël, espèrent aussi encore pouvoir infléchir la position du gouvernement.

Alors que Jean Castex avait parlé lundi 23 novembre d'une "réponse définitive le 5 décembre", un arbitrage définitif n'est cependant pas attendu jeudi.

Le Premier ministre devrait également clarifier la situation pour le sport amateur. Mardi 24 novembre, Emmanuel Macron a seulement évoqué la reprise des "activités extra-scolaires", en plein air à partir de samedi 28 novembre et en salle à partir du 15 décembre.

Olivier Véran devrait, lui, revenir sur la campagne "massive" de vaccination qui doit démarrer fin décembre/début janvier, enjeu crucial sur lequel l'exécutif est attendu au tournant, après les ratés sur les masques et les tests.

"Les vaccins et la question de l'isolement seront abordés", selon l'entourage de Jean Castex. "Mais il ne faudra pas attendre" de détails supplémentaires par rapport aux déclarations d'Emmanuel Macron qui a lancé le débat sur des conditions d'isolement plus contraignantes des cas positifs en appelant le Parlement à s'en saisir.

Il y aura en revanche davantage de précisions sur les mesures à destination des jeunes, des précaires et des intermittents promises par le chef de l'État ainsi que sur les aides à destination des entreprises.

Emmanuel Macron a annoncé mardi 24 novembre que pour les entreprises fermées administrativement, pourraient obtenir une aide correspondant à 20% de leur chiffre d'affaires annuel. D'autres secteurs, partiellement fermés, pourraient aussi être concernés, avec une aide modulée, avance-t-on dans l'entourage du Premier ministre.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Hông Mi, l'alcool qui fait la fierté de Bac Hà

COVID-19 : la stratégie de Hanoï pour relancer le tourisme en 2021 Comment sauver le tourisme suite à la crise sanitaire ? Hanoï et ses acteurs touristiques ont déjà préparé un plan de relance pour 2021. Le cap est clairement fixé : le marché intérieur !